Municipales 2020 : l'environnement, sujet clé du prochain mandat à Bordeaux

La protection de l'environnement se détache parmi les priorités d'action du futur maire citées par les Bordelais, dans notre sondage réalisé par Elabe pour La Tribune. Viennent ensuite la circulation et le logement, qui cristallisent des tensions, puis le développement économique et l'emploi.

8 mn

L'environnement est cité comme une priorité par les sondés, alors que Bordeaux est réputé pour sa minéralité
L'environnement est cité comme une priorité par les sondés, alors que Bordeaux est réputé pour sa minéralité (Crédits : Agence APPA)

Le sondage d'Elabe pour La Tribune sur le climat électoral bordelais et le rapport de force politique, s'intéresse également aux domaines d'intervention prioritaires qui sont attendus par les Bordelais. 44 % d'entre eux citent la protection de l'environnement, premier item qui sort du lot. Un chiffre considérable qui explique sans doute les 24,5 % d'intentions de vote enregistrés par la liste des écologistes menée par Pierre Hurmic (EELV). C'est peut-être le seul sujet sur lequel la quasi-totalité des candidats déclarés sont d'accord : l'élection de mars et les mois qui la précèderont placeront l'environnement au cœur des débats. Le maire sortant refuse de s'inscrire dans la campagne jusqu'en janvier, mais a déjà glissé quelques pistes dans ses discours : il évoque ainsi "des réponses à apporter à notre échelle" en matière de transition énergétique avec entre autres l'installation prochaine d'éoliennes urbaines horizontales ou encore la poursuite des aménagements favorisant la pratique sécurisée du vélo, déjà nombreux mais pas suffisants. Dès à présent, une partie du projet d'aménagement du quartier de la Jallère, au nord de la ville, a été stoppé. Du côté des écologistes, Pierre Hurmic a déjà annoncé que sa première décision, s'il est élu maire, serait de "déclarer Bordeaux en état d'urgence climatique. Le premier budget municipal déclinera très vite une politique de résilience. Les décisions prises jusqu'à présent sont une calamité. On ne peut pas se contenter d'une politique des petits pas, ou des petits pots." Allusion malicieuse aux arbres en pots et aux ombrières déployés cet été place Pey-Berland par la municipalité pour protéger les passants du soleil de plomb...

Lire aussi : Municipales 2020 : à Bordeaux, un match plus serré que prévu


Investi par LREM, Thomas Cazenave propose de doubler les espaces verts dans la ville. "Il est indispensable de transformer la ville pour l'adapter au défi du changement climatique parce qu'on a vu les limites de la ville de pierre et la nécessité d'aller vers la nature. Bordeaux n'a que 15 m2 d'espaces vers par habitant contre 50 m2/hab en moyenne dans les 50 plus grandes villes françaises", affirme-t-il. Candidat sans étiquette, Vincent Feltesse évoque quant à lui un "grand emprunt vert d'un milliard d'euros" exclusivement réservé à financer des projets environnementaux. Nul doute que les idées vont continuer à fourmiller dans les prochaines semaines.

Les bouchons et le prix de l'immobilier, sujets sensibles

La circulation figure au 2e rang des priorités énoncées dans ce sondage Elabe pour La Tribune. Là non plus, rien d'étonnant dans une des villes françaises les plus mal classées en matière d'embouteillages. La dernière étude de l'institut Inrix estime que le Bordelais passe en moyenne 223 heures par an dans les bouchons, à quelques encablures de Paris. Mi-septembre encore, la vaste enquête "Impact des déplacements sur l'activité économique" menée auprès de 1.073 entreprises au printemps 2019 par la CCI Bordeaux Gironde attestait d'une dégradation très sensible de la situation depuis 2012 au détriment de l'activité économique du territoire et de ses entreprises. 49 % des entreprises girondines y exprimaient des problèmes d'accessibilité et de desserte, soit un bond de 17 points en sept ans ; 89 % des entreprises girondines de plus de 100 salariés disaient être concernées par des difficultés liés au trajets domicile-travail de leurs salariés. La rocade et les entrées et sorties de l'agglomération polarisent l'attention, et les travaux en tous points de Bordeaux compliquent la tâche de l'automobiliste en centre-ville.

Les transports en commun semblent moins déchaîner les passions, malgré les nombreuses interruptions de circulation du tramway cette année pour diverses raisons. Et pourtant, ce sera un sujet structurant du prochain mandat, à la ville comme à la Métropole. Le projet de métro à 1,4 milliard d'euros qui a agité Bordeaux cette année, abandonné dès livraison de l'étude de faisabilité, aura au moins eu un mérite : il aura rappelé que la trajectoire actuelle en matière de mobilités doit trouver un nouveau souffle. "En 2030, le réseau actuel sera saturé avec la croissance démographique et l'usage croissant des transports en commun au détriment de la voiture. Il faut donc anticiper", estime Nicolas Florian. Le RER métropolitain avance doucement, récemment la création d'un barreau autoroutier pour délester la rocade des poids lourds en transit international est revenu à l'ordre du jour, Vincent Feltesse avance de son côté l'idée d'un "péage urbain avec des cliquets sociaux"...

En 3e position parmi les sujets les plus cités, on retrouve le logement. Une thématique loin d'être anodine dans une ville où le prix du m2 a flambé et qui est devenue la 2e plus chère de France derrière Paris, avant de rebasculer derrière Lyon il y a quelques semaines. En cinq ans, le prix moyen au m2 des appartements bordelais a grimpé de plus de 32 % ! Une progression vertigineuse qui a généré un phénomène de gentrification que peu contestent aujourd'hui, repoussant les ménages les moins fortunés aux confins de la métropole. Le manque de logements locatifs, sociaux comme privés, ainsi que leur prix commencent à poser des problèmes à certaines entreprises en jouant négativement sur leur attractivité. Certaines écoles supérieures ainsi que la faculté voient des étudiants renoncer, faute de réussir à trouver un point de chute.

En filigrane derrière la question immobilière se pose celle de la démographie de la métropole bordelaise. Bordeaux elle-même compte 252.000 habitants. Au dernier pointage, le prix dans l'ancien se stabilise autour de 4.500 €/m2. Son attractivité ne semble pas se démentir pour le moment. Quel est son avenir urbain ? C'est peut-être le sujet qui génèrera le plus d'avis divergents dans cette campagne. Le maire actuel estime que Bordeaux est équipée jusqu'au seuil des 300.000 habitants et doit continuer à construire. Tant Vincent Feltesse, autrefois promoteur de la métropole millionnaire, que les socialistes et les écologistes estiment que la politique de l'offre a montré ses limites et demandent un gel des grandes opérations urbaines, ou tout au moins un recalibrage. Thomas Cazenave veut réussir à mobiliser le parc de logements bordelais vacants, estimé autour de 10.000 unités. Au Parti socialiste comme chez les écologistes, on milite pour une expérimentation sur l'encadrement des loyers, repoussée par Nicolas Florian et Thomas Cazenave. Tous les mouvements ont proposé ces dernières semaines la création d'un office foncier solidaire capable de dissocier terrain et bâti pour faire baisser les prix. Le 7 octobre, le maire de Bordeaux annonçait que le dossier était mis sur les rails...

En 4e position des thèmes prioritaires arrivent le développement économique et l'emploi. Sur ce point, c'est le socialiste Matthieu Rouveyre et son mouvement "Bordeaux Maintenant" qui se sont montrés les plus clairs en appelant à "faire le deuil de l'attractivité à tout prix". Document de 50 pages à l'appui, ils estiment que "l'attractivité bordelaise a eu plus d'effets néfastes qu'elle n'a apporté de solutions pour la population locale. On va dans le mur si on ne change pas notre modèle de développement." La propreté de la ville et la sécurité ne sont qu'en 6e et 7e position, la fiscalité locale en 9e position. Cela tombe bien : pour l'heure, tout le monde a listé des projets mais bien peu ont parlé de l'évolution future des impôts...

//////////////////////////

Question posée aux sondés :

Parmi les thèmes suivants, quelles doivent être selon vous les priorités d'action pour le prochain maire de Bordeaux ? En 1er ? En 2e ? En 3e ?

Sondage Bordeaux sujets clés

 Cliquez sur l'image pour l'afficher en plein écran

Lire aussi : Municipales : les premières réactions des candidats bordelais

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.