Les cadres parisiens continuent à classer Bordeaux en tête de leurs rêves

 |  | 372 mots
Les cadres parisiens ont le blues et sont plus que jamais prêts à quitter Paris pour une métropole régionale.
Les cadres parisiens ont le blues et sont plus que jamais prêts à quitter Paris pour une métropole régionale. (Crédits : Reuters/Charles Platiau)
La 8e étude réalisée par Cadremploi sur "les villes préférées des cadres parisiens" pointe une intensification de l'envie de ces derniers de quitter la capitale, d'abord pour venir s'installer à Bordeaux.

La longue grève des transports en commun de décembre 2019 puis le puissant impact des 55 jours de confinement ont, semble-t-il, motivé les cadres parisiens à passer à l'action. Paris ne manque pourtant pas d'atouts pour retenir ces derniers. Mais si "l'accessibilité rapide à tous les services et à la vie culturelle" est très appréciée, respectivement par 85 % et 84 % des cadres, les inconvénients pèsent de plus en plus lourd.

C'est ainsi que 63 % des cadres jugent la capitale trop stressante, que 57 % trouvent que le coût de la vie y est trop élevé et que 48 % estiment passer trop de temps dans les transports, selon cette enquête.

Lire aussi : La Nouvelle-Aquitaine et PACA, plébiscitées par les cadres franciliens rêvant de mobilité

Une insatisfaction nourrie par l'état du marché immobilier

Comme le souligne l'étude de Cadremploi, tous critères confondus, 54 % d'entre eux se déclarent insatisfaits de leur situation. Au point que l'étude estime à 83 % la proportion de cadres qui envisage de quitter Paris ! Une situation dans laquelle la pression des prix immobiliers semble jouer un rôle important, sachant que 46 % des cadres parisiens se déclarent insatisfaits de leur logement et que 27 % déplorent de ne pouvoir investir dans l'immobilier. Trouver une maison avec quatre chambres et un jardin à Paris et non seulement difficile mais surtout financièrement inabordable. Pas facile pour autant de sauter le pas d'autant que les prix immobiliers à Bordeaux demeurent élevés comparativement à Nantes ou Toulouse.

Lire aussi : Immobilier : l'euphorie actuelle du marché bordelais va-t-elle survivre à l'été ?

La peur de ne pas trouver un emploi reste le principal obstacle à ces départs, une crainte exprimée par 66 % des cadres, qui sont par ailleurs prêts à faire des concessions sur leurs attentes. Logiquement la carte des démissions est en recul sensible (-6 % par rapport à 2019, à 46 %) tandis que celle des allers-retours Paris/Province a le vent en poupe (+7 % sur un an, à 38 %). Cadremploi estime que ce phénomène pourrait s'expliquer par la montée en puissance du télétravail.

Lire aussi : Bordeaux serait 50e des 100 villes les mieux positionnées pour l'emploi

Top 10 des villes préférées des cadres parisiens, selon Cadremploi :

  • 1/ Bordeaux
  • 2/ Nantes
  • 3/ Lyon
  • 4/ Montpellier
  • 5/ Aix-Marseille
  • 6/ Toulouse
  • 7/ Rennes
  • 8/ Nice
  • 9/ Tours
  • 10/ Lille

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2020 à 14:51 :
Eh bien qu'ils viennent à Bordeaux. La ville a des aspects agréables pour le touriste, mais y vivre et y travailler à l'année, c'est une autre histoire. Transport infernal, prix des logements au toptop, sécurité des personnes en berne, climat de plus en plus torride en été ... Ce n'est pas le paradis cette ville et alentour.
a écrit le 26/08/2020 à 10:24 :
Et du coup la gangrène spéculative se répand dans cette belle ville.

Misère !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :