Qui sont les startups sélectionnées par la Nouvelle-Aquitaine pour le CES Las Vegas ?

 |   |  1537  mots
Une partie de la délégation de Nouvelle-Aquitaine
Une partie de la délégation de Nouvelle-Aquitaine (Crédits : La Tribune / Mikaël Lozano)
La délégation de startups qui participera au CES de Las Vegas sous la bannière de la Nouvelle-Aquitaine en janvier prochain a été présentée ce matin. Quatorze jeunes pousses exposeront au sein de l'Eureka Park, dans un espace régional au cœur de l'espace French Tech, lors du salon mondial de l'innovation.

Devenu la "Mecque de l'innovation", le Consumer Electronic Show (CES) Las Vegas s'est imposé comme un événement incontournable du monde des nouvelles technologies. Chaque édition annuelle accueille 200.000 visiteurs professionnels et 3.600 exposants durant 4 jours. La prochaine édition, du 8 au 11 janvier 2019, verra 27 entreprises de Nouvelle-Aquitaine y participer.

Retenues à l'issue d'un processus de sélection qui a épluché une trentaine de dossiers, 14 jeunes pousses porteront les couleurs régionales lors de l'événement. Elles seront regroupées sous la bannière de la Nouvelle-Aquitaine au sein de l'Eureka Park. Ce dernier n'accueille que des startups de moins de 3 ans qui ont un produit à lancer et qui ne cumulent pas plus de 2 participations. A ces critères propres au CES, se sont rajoutés ceux du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. La collectivité explique volontiers avoir été plus sélective dans le choix des startups retenues, notamment sur le plan du modèle économique ou de la capacité de croissance à l'international...

Un stand régional au sein d'un espace France

Fait notable, le point de chute de la délégation de Nouvelle-Aquitaine sera inclus au sein d'un espace plus large porté par Business France et placé sous la bannière French Tech. L'an passé, des critiques avaient émergées au plan national sur la difficile lisibilité de la présence française, éparpillée un peu partout dans l'Eureka Park sous des bannières régionales. Cette fois, les acteurs ont fait preuve de bonne volonté et les forces françaises seront pour l'essentiel regroupées au même endroit. Cet espace French Tech accueillera plusieurs pôles régionaux, dont celui de Nouvelle-Aquitaine donc. Le regroupement des startups par thématiques d'activité, souvent réclamé par les exposants comme par les visiteurs, n'est pas pour 2019 mais c'est un pas notable en avant pour une meilleure lisibilité, qu'il convient de souligner. "En nous plaçant sous la bannière French Tech, nous ne positionnerons pas comme un village gaulois", a expliqué ce matin, lors de la présentation de la délégation, Bernard Uthurry, vice-président du Conseil régional. "Il s'agit au contraire d'une volonté de jouer collectif. Nous avons aussi voulu privilégier le qualitatif au quantitatif avec environ une startup sur deux retenue seulement."

Au-delà des pépites choisies (identifiée par un * ci-dessous), 5 autres entreprises de la région exposeront sur l'une des marketplaces thématiques du CES, dans un espace privé de partenaire industriel, et 8 seront simples visiteuses. La délégation a été sous-divisée en trois thématiques fortes :

Un espace de vie connecté pour un meilleur confort

Domalys : lampe connectée baptisée Aladin permettant aux plus de 65 ans de rester plus longtemps à leur domicile et prévenant les aidants d'éventuels signes d'entrée dans la dépendance. *

Facil'iti : sur-couche web qui modifie en temps réel les sites internet pour les adapter aux personnes en situation de handicap physique, visuel ou cognitif.

Flovea : box dotée d'intelligence artificielle, pilotée par une application mobile, permettant une gestion simple et une surveillance en temps réel du réseau hydraulique d'un logement, notamment en détectant les fuites. *

Icohup : capteur léger et connecté, baptisé Rium, visant à réduire l'exposition des travailleurs exposés à la radioactivité au quotidien grâce à une plateforme web. Visualisation des données en temps réel, géolocalisation des capteurs, alertes, historique des mesures... *

Silent Space : solution active et connectée limitant l'impact du bruit en open space, diffusant un signal neutre masquant l'intelligibilité des conversations pour les voisins de bureau couplé à une LED lumineuse qui change de couleur en fonction du volume sonore émis. *

Ullo : nouvelles approches thérapeutiques de prise en soin des troubles cognitifs, avec notamment Inner Garden, bac à sable en réalité spatiale augmentée délivrant une détente rapide et prolongée grâce aux stimulations sensorielles. *

Ureflect : miroir tactile connecté entièrement personnalisable grâce à des widgets et à un système de reconnaissance faciale. *

Le digital et l'humain en interaction dans l'industrie 4.0

1A3i : solution redonnant vie aux fichiers et documents déstructurés, s'intéressant plus particulièrement aux documents graphiques afin d'en extraire les données, les valoriser et les analyser. *

AIO : son capteur Numii analyse en temps réel les mouvements et efforts des travailleurs et alimente une base de données anonymes sur la santé afin d'améliorer les connaissances médicales, mieux comprendre les besoins autour de la santé au travail, et aider le corps médical. *

Holoforge Interactive : division du studio de développement de jeux vidéo Asobo consacrée à la réalité mixte et à ses applications professionnelles, elle propose des solutions pour la formation des équipes, la maintenance, pour la visualisation de données... *

Hu&Co : développeur d'une solution intégrale dédiée à la sécurité des biens et des personnes autour de l'internet des objets et de la maison connectée.

Meshroom VR : solution de visualisation en taille réelle de projet 3D, simple d'utilisation, destinée à tous les participants et intermédiaires d'un projet, afin de gagner du temps lors de la phase de prototypage par exemple. *

Thinkdeep.ai : à la croisée de l'intelligence artificielle et de la réalité augmentée, la startup embarque dans des casques des modèles de reconnaissance d'images utiles par exemple lors de la formation d'un pilote d'avion, le casque lui donnant des informations sur les différents boutons qui se présentent à lui, ou encore dans la maintenance prédictive. *

L'homme dans la smart society

Bythewave : outil connecté adaptable à tous types de planches de surf, de snowboard... analysant l'ensemble des données recueillies et proposant au sportif apprenant à corriger ses défauts. *

Bziiit : plateforme web de captation de données sur les lieux de passage, web, réseaux sociaux, données clients... permettant aux utilisateurs d'optimiser leur communication. *

Coleen : vélos électriques haut de gamme dans un style « néo-vintage », entièrement fabriqués en France, avec un ratio poids - puissance particulièrement soigné et une application collectant des données pour fournir des statistiques en temps réel.

Stars : projet porté par deux sociétés, Lux Lingua et Kalank, permettant aux acteurs de la filière vins et spiritueux de faire la promotion de leurs produits en réalité augmentée très simplement sur les réseaux sociaux. *

Pragma Industries : vélo à assistance électrique à hydrogène, équipé d'une pile à combustible, garantissant une autonomie de 100 km, un temps de recharge ne dépassant pas la minute... Un modèle VTT sera présenté lors du salon.

Simob : solution de gyropodes en libre-service pour les entreprises et les acteurs du tourisme, pour les enjeux de la mobilité courte-distance. *

Preacor : outil développé par Ashler & Manson permettant à l'internaute de connaître en trois minutes ses chances d'obtenir un prêt immobilier et de recueillir une attestation de score qui peut ensuite être remise à un agent, un notaire, un vendeur... pour les rassurer sur ses capacités d'emprunt.

Go4ioT : dispositif baptisé Khiko de très longue autonomie détectant les mouvements inhabituels des machines et véhicules professionnels, souvent cibles de vol, et envoie des alertes au propriétaire.

ID1 : dossier médical à porter sur soi et outil de coordination dans la silver économie intégrant un cahier de liaisons vocal et une messagerie en temps réel, se présentant sous la forme d'un sticker à collecter sur un boîtier de téléassistance, d'un bracelet, d'une carte, d'un porte-clés...

Simforhealth : département de la société Interaction Healthcare, qui digitalise les environnements de santé notamment pour améliorer la formation du personnel médical via la plateforme MedicActive.

Les 14 startups sélectionnées ont toutes bénéficié d'un accompagnement pour préparer l'événement, tellement dense et exigeant qu'il nécessite une intense phase de préparation en amont. La Nouvelle-Aquitaine investit 360.000 € dans cette délégation, prenant à sa charge 50 % des dépenses liées à certains frais (coût du salon pour les exposants, formations...) et propose également des moyens tels qu'un espace de rencontre, un site internet dédié, un studio TV sur le salon... Présent ce matin, Alain Rousset, président de la Région, a souligné « la vraie recherche de sens de la part des entreprises créées » et sélectionnées. CCI International, SPN, French Tech Bordeaux, CCI Bordeaux Gironde, Bordeaux Métropole, Digital Aquitaine et Aliptic sont également partenaires. Benoît Cuisinier-Raynal, directeur général de CCI International, a conseillé aux participants d'être « agressifs en matière de communication » sur un salon où il est compliqué d'émerger, et Mathieu Roussennac, directeur de la Mission attractivité et animation des réseaux économiques de Bordeaux Métropole, les a enjoint de profiter du "choc d'opportunités" que constitue l'événement. Jérôme Leleu et David Babin, tous deux représentant French Tech Bordeaux, ont averti les exposants qu'ils allaient "prendre une claque et avoir mal aux pieds" et relevé avec justesse que le CES avait largement évolué ces dernières années et que le salon n'était plus axé que sur le BtoB, mais plutôt BtoBtoC désormais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :