Le motoriste Rolls-Royce s'implante à Bordeaux, au plus près du Falcon 10X de Dassault

EXCLUSIF. C'est un grand nom de l'histoire aéronautique qui rejoint l'écosystème de la métropole bordelaise. Le fabricant de moteurs d'avions Rolls-Royce PLC va en effet débuter la construction au Haillan d'une plateforme de support industriel. Objectif : se rapprocher physiquement du futur Falcon 10X de Dassault Aviation sur lequel son moteur Pearl est embarqué. Explications.

3 mn

Le moteur Rolls-Royce Pearl 10X, dérivé du Pearl 15, équipera le Falcon 10X de Dassault Aviation, incitant le motoriste à s'implanter à Bordeaux Métropole.
Le moteur Rolls-Royce Pearl 10X, dérivé du Pearl 15, équipera le Falcon 10X de Dassault Aviation, incitant le motoriste à s'implanter à Bordeaux Métropole. (Crédits : Dassault Aviation)

Le terrain de 7.000 m2 est localisé sur la commune du Haillan, à l'ouest de Bordeaux et au cœur de l'opération d'intérêt métropolitain Bordeaux Aéroparc qui réunit la grande majorité des 300 entreprises et 26.000 emplois de la filière aéronautique-spatial-défense en Gironde. Situé non loin des locaux de Dassault Aviation, Thales, Safran ou encore Sabena, il est surtout à quelques centaines de mètres à peine de ceux de Dassault Falcon Service. C'est là que le motoriste britannique Rolls-Royce PLC, qui emploie 44.000 salariés dans 49 pays du monde pour un chiffre d'affaires de 10,6 milliards d'euros en 2021, a obtenu fin avril un permis de construire en bonne et due forme pour un bâtiment de stockage de pièces mécaniques pour l'entretien de moteurs d'avions.

Un bâtiment de support industriel

Discrètement déposé au nom d'une société civile immobilière, ce document autorise la construction d'un bâtiment de 2.000 m2 abritant des entrepôts en rez-de-chaussée et des bureaux à l'étage. Les travaux débuteront au second semestre 2022.

Rolls-Royce

Le visuel du futur bâtiment de Rolls-Royce au Haillan (crédits : Cabinet d'architecture GUENE).

À terme, le site devrait accueillir, selon nos informations, une vingtaine de salariés de Rolls-Royce pour travailler sur le précieux moteur Pearl 10X tant pour des tâches de préparation opérationnelle que pour des travaux de recherche et développement. C'est en effet le Rolls-Royce Pearl 10X, dérivé de l'actuel moteur Pearl, qui a été retenu au printemps 2021 pour équiper le futur avion d'affaires de Dassault Aviation, le Falcon 10X dont la mise en service est prévue pour fin 2025.

Lire aussi 2 mnFalcon 10X : le nouvel avion d'affaires de Dassault Aviation en images

"Pour préparer la production du futur moteur Rolls-Royce Pearl 10X, nous travaillons à l'implantation d'une infrastructure de support à la ligne de production de Dassault. La construction du nouveau centre de support de production au Haillan débutera plus tard cette année", a confirmé Rolls-Royce à La Tribune ce lundi 13 juin.

"Le bâtiment fera partie de notre réseau global de support et de service client qui comprend plus de 75 centres aux États-Unis, en Europe, au Moyen-Orient et en Asie ainsi que plusieurs centres de stockage de moteurs et de pièces détachées autour du monde."

Concrètement, la vingtaine de salariés prévue à Bordeaux, au plus près des équipes de Dassault Falcon Service, sera chargée de la préparation opérationnelle des moteurs Pearl 10X pour faciliter leur intégration au futur avion d'affaires. Ce dernier, sera doté d'une autonomie de 13.890 kmlomètres ce qui lui permettra de relier sans escale New York à Shanghai, Los Angeles à Sydney ou Paris à Santiago. Avec 2,03 m de haut et 2,77 m de large, le Falcon 10X revendiquera la cabine la plus spacieuse et confortable du marché et sera propulsé par les 18.000 livres de poussée du Pearl 10X. Ce moteur, qui subit actuellement une série de tests techniques avancés, devrait être compatible avec des carburants durables à 100 %.

Lire aussi 4 mnL'aéroport Bordeaux-Mérignac propose du carburant durable à hauteur de 30 %

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 16/06/2022 à 17:33
Signaler
Il est de plus fréquent t logique que les fournisseurs assemblent leurs moteurs au plus près de la chaîne d'assemblage des avions comme dans l'automobile

à écrit le 16/06/2022 à 12:41
Signaler
Une pensée pour Safran et son Silvercrest, même si il n'est pas de la même gamme de poussée que le Pearl. Échec incompréhensible de Safran qui a pourtant réussi la partie chaude du Sam146 15 ans plus tôt.

le 16/06/2022 à 23:34
Signaler
Ou peut etre un sabotage industriel comme l'echec avec turbopropulseur de Safran les autres comme PW ou RR ne veulent pas qqun autre de prendre un morceau de leur gateau industriel

à écrit le 16/06/2022 à 10:45
Signaler
Qu'est--ce qui se passe avec des motoristes francais comme Safran par exeple?

le 17/06/2022 à 7:09
Signaler
peut etre que les decideurs sont issu des ecoles de commerce et pas des ingenieurs le mal bien francais depuis des decennies

à écrit le 16/06/2022 à 9:47
Signaler
Oh... pourtant churchill n'arrête pas de nous prévenir, pardon de nous hurler du danger des gauchos bobos écolos qui font fuir tous les investisseurs du monde à cause de polpot et staline et des bébés phoques... exagérait il rien qu'un peu ? :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.