Bordeaux Aéroparc : le Cockpit dédié à l’innovation et à l’entrepreneuriat sera livré en 2023

C’est une nouvelle étape dans le développement de l’opération d’intérêt métropolitain (OIM) Bordeaux Aéroparc. La première pierre du projet immobilier Coeur Aéroparc a été posé, vendredi 22 octobre, à Mérignac. Il accueillera notamment le futur siège social de la technopole Bordeaux Technowest à proximité immédiate du site de Dassault et de la future cité des savoirs aéronautiques et spatiaux, Tarmaq. Livraison prévue au second semestre 2023.

3 mn

Le bâtiment disposera d'une volière à drones sur le parvis
Le bâtiment disposera d'une volière à drones sur le parvis (Crédits : Quartus)

Son nom : le Cockpit. La première pierre du projet Coeur Aéroparc, symboliquement arrivée par drone, a été posée ce vendredi 22 octobre à Mérignac au cœur de l'opération d'intérêt métropolitain (OIM) Bordeaux Aéroparc, à proximité des sites de Dassault Aviation et de Thales. La future cité des savoirs aéronautiques et spatiaux, Tarmaq, sera, pour sa part, implantée juste en face.

"Ce projet fait partie d'un tout. Nous sommes dans un des hauts lieux de l'aéronautique et cela nous donne une responsabilité. L'objectif est de favoriser les interactions entre les différentes structures de l'aéronautique, spatial, défense (ASD) dans toutes leurs étapes de développement économique", a rappelé Alain Anziani, maire de Mérignac et président de Bordeaux Métropole.

Lire aussi 4 mnEspace : la Nouvelle-Aquitaine met son think-tank Way4Space sur orbite

Sur le territoire métropolitain, la filière ASD est aujourd'hui constituée de 300 entreprises, qui représentent 20.000 emplois et deux milliards d'euros de chiffre d'affaires. Sept grands groupes sont présents ainsi qu'une centaine de sous-traitants et des structures militaires notamment spécialisées dans la maintenance aéronautique.

De la création d'entreprise à l'implantation

Implanté sur un terrain de près de 40.000 m2, le futur bâtiment accueillera précisément le siège social de la technopole Bordeaux Technowest aujourd'hui à l'étroit, son incubateur-pépinière de startups et trois de ses hôtels d'entreprises, le pôle de compétitivité Aerospace Valley, l'institut Evering / IMA (Ingénierie Maintenance Aéronautique) de l'université de Bordeaux, un hôtel d'entreprises géré par le promoteur Quartus, un volière à drones sur le parvis, ainsi que le restaurant "Lulu dans la Prairie" déjà présent sur site.

"Le modèle pépinière et incubateur a fait ses preuves. Nous aurons ici des ateliers et des services à l'entreprise avec un pôle d'experts et de consultants dédiés à la création, à l'innovation, je pense aussi à des experts-comptables, des commissaires au compte, en définitive toute l'artillerie dont a besoin une entreprise. C'est un pôle que nous allons créer pour répondre aux besoins au moment de la création, du développement et ensuite de l'implantation d'une entreprise. S'il n'y avait qu'un seul chiffre à retenir, ce serait celui là : nous avons accompagné en trois ans une dizaine de sociétés qui ont créé 200 emplois dans l'ASD", a expliqué François Baffou, directeur général de Bordeaux Technowest.

Réalisé par l'opérateur Quartus (architecte : Olivier Brochet / BLP et associés), le Cockpit aura nécessité quatre ans d'études et un investissement de 35 millions d'euros porté par Groupama. La livraison est prévue au second semestre 2023.

Lire aussi 5 mn« Les drones sont une micro-filière extrêmement innovante. C'est encore le début de l'histoire »

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.