Luz Environnement s'apprête à industrialiser le réemploi des bouteilles des vins de Bordeaux

Donner une nouvelle vie aux bouteilles des vins de Bordeaux. C'est le projet d'économie circulaire porté par Annie Le Deunff avec Luz Environnement. Moyennant deux millions d'euros, la jeune entreprise disposera au printemps au sud de la Gironde de son propre site permettant d'industrialiser le réemploi des bouteilles dans un rayon de 100 km. La montée en volume sera la clef de ce modèle en circuits courts qui ne mise pas sur la consigne mais suscite déjà des attentes dans le paysage bordelais.

5 mn

Annie Le Deunff, la fondatrice de Luz Environnement, pourra bientôt tester son usine de nettoyage, vérification et recyclage de bouteilles de vins de Bordeaux en Gironde.
Annie Le Deunff, la fondatrice de Luz Environnement, pourra bientôt tester son usine de nettoyage, vérification et recyclage de bouteilles de vins de Bordeaux en Gironde. (Crédits : Luz Environnement)

Sous le regard attentif d'un hibou signé par l'artiste bordelais A-MO, Annie Le Deunff est installée dans les locaux de l'incubateur Startup Win de Bernard Magrez, au milieu des vignes de Pessac-Léognan. C'est dans l'imagination de cette bretonne fraîchement installée à Bordeaux qu'a germé en 2018 le projet de Luz Environnement. Le principe est simple : collecter les bouteilles de vins de Bordeaux, les contrôler et les nettoyer avant de les remettre sur le marché. Pas une mince affaire tant les circuits de distribution et de consommation démultiplient aujourd'hui gisements et débouchés. Il a donc fallu faire des choix, comme elle l'explique à La Tribune :

"Pour être rentable, tant d'un point de vue économique qu'environnemental, on se concentre sur la seule bouteille bordelaise, pour faciliter l'étape de tri, et sur les plus gros gisements du territoire, en ne collectant des lots qu'à partir de plusieurs centaines de bouteilles. Cela nous amène à cibler les châteaux, les viticulteurs mais aussi la filière hôtellerie-restauration et évènementielle, notamment les gros évènements qui génèrent plusieurs milliers de bouteilles en quelques jours."

Lire aussi 4 mnFeu vert pour ïkos, le projet de village du réemploi à Bordeaux Nord

Un investissement de deux millions d'euros

Le tout dans un rayon d'une centaine de kilomètres autour de la commune de Verdelais, à 50 km au sud-est de Bordeaux, près de Langon. C'est là qu'est installée "Luz'ine" qui reprend, clin d'œil à l'histoire, les anciens locaux de l'usine Perrier. Luz Environnement y accueillera au mois d'avril une laveuse de neuf tonnes et toute une chaîne automatisée de tri, contrôle optique et laser, nettoyage et conditionnement de bouteilles. Un outil industriel sans équivalent en France qui doit permettre de traiter de 1.500 à 2.000 bouteilles par heure pour aller chercher ces gros volumes indispensables à l'équilibre de l'entreprise. Un première étape doit permettre de roder la mécanique en traitant 80.000 bouteilles dans les prochains mois.

Lire aussi 4 mnEmballage : avec le verre, Boboco mise sur le zéro déchet et le fait-maison

Pour financer cet investissement conséquent de deux millions d'euros, dont 1,3 million pour les machines, Annie Ledeunff a su convaincre une poignée de partenaires de la pertinence de son modèle économique. L'Ademe (Agence de la transition écologique) et Citeo lui ont ainsi attribué en mai 2021 une subvention de 800.000 euros. La Région Nouvelle-Aquitaine a également soutenu le projet et le reliquat a été réuni auprès de banques et, à la marge, auprès d'investisseurs particuliers dans le cadre d'une petite augmentation de capital.

"Résoudre le triangle constitué par la recherche d'un local, d'un crédit bancaire et de clients n'a pas été simple. Les lettres d'intention des futurs clients intéressés par cette démarche circulaire ont pesé et, avec les subventions, le regard des banques a aussi changé sur ce projet qui a du sens", observe Annie Le Deunff.

L'entrepreneure vise500.000 euros de chiffre d'affaires dès 202 puis 1,3 million d'euros l'année suivante. D'ici là, pour faire tourner l'usine, Luz Environnement devrait passer de deux à une dizaine de collaborateurs.

Lire aussi 3 mnCeps de vigne : Vinea Énergie compte s'imposer sur le marché du biocombustible

Pas de consigne pour l'instant

Pour ne pas se compliquer inutilement la tâche, Luz Environnement n'optera pas, dans un premier temps, pour un dispositif de consigne, contrairement à plusieurs autres acteurs soutenus par l'Ademe. "Une fois contrôlées, nettoyées et préparées, les bouteilles seront revendues en direct à des viticulteurs locaux, dont plusieurs sont déjà demandeurs, au même tarif qu'une bouteille neuve. Ensuite en augmentant les volumes, on ira chercher des prix plus attractifs. Bordeaux se doit d'être le laboratoire du réemploi. La mise en place d'un consigne viendra peut-être dans un second temps", précise l'entrepreneure.

Quant au gain environnemental, en termes d'émission carbone et de matières premières, "il est en cours d'évaluation", assure Annie Ledeunff qui ne souhaite pas avancer de chiffres au hasard :

"On travaille sur un algorithme permettant de mesurer précisément si tel ou tel gisement de bouteilles sera pertinent à la fois sur le plan économique et sur le plan environnemental. La logique de circuit court prime, c'est-à-dire qu'aller chercher en camion X bouteilles à Arcachon, par exemple, ça ne sera pas forcément pertinent, il vaudra peut-être mieux les flécher vers les circuits classiques de recyclage de proximité", détaille-t-elle.

Même si plus de la moitié des 500 à 700 millions de bouteilles de Bordeaux produites chaque année sont exportées, ça laisse à Luz Environnement un gisement potentiel gigantesque pour apporter sa pierre à l'édifice d'une filière viti-vinicole plus sobre. De son côté, si cette première usine s'avère payante, Annie Ledeunff réfléchit déjà la création de nouvelles unités de recyclage ailleurs en France, toujours dans une logique de circuits courts.

Lire aussi 4 mnVitirev Innovation réunit 50 millions d'euros pour la transition écologique des vignobles

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.