Numérique : quand pénurie de développeurs et levées de fonds ne font pas bon ménage (3/3)

ENQUÊTE. La pénurie de professionnels du numérique est un sujet regardé de très près par les investisseurs dans les startups. Avec une ligne de conduite claire : sans développeur senior à bord, difficile voire impossible de lever des fonds. La personnalité du directeur technique et la stabilité de son équipe sont donc des clefs. Et en cas d'augmentation de capital, une part toujours plus importante servira à recruter des développeurs et autres profils tech. Troisième volet de notre enquête.

6 mn

La présence d'un profil tech expérimenté parmi les cofondateurs est désormais incontournable pour une startup qui chercher à lever des fonds dans le numérique.
La présence d'un profil tech expérimenté parmi les cofondateurs est désormais incontournable pour une startup qui chercher à lever des fonds dans le numérique. (Crédits : CC Pixabay by Alexas_Fotos)

"Cette question est devenue un juge de paix pour les investisseurs : s'il n'y a pas un développeur ou un profil technique à bord, il n'y a pas de fonds. C'est aussi simple que ça !", résume Guillaume-Olivier Doré, président de l'association Finaqui qui fédère des business angels néo-aquitains. "Lever des fonds avec seulement une vision, une promesse et un powerpoint, c'était encore possible il y a cinq ans... Aujourd'hui c'est totalement inenvisageable ! Les investisseurs ne prennent plus le risque au regard du taux d'échec trop élevé", poursuit celui qui est aussi vice-président de French Tech Bordeaux. Une analyse qui confirme ce que beaucoup d'investisseurs de l'écosystème bordelais constatent ces derniers mois : la pénurie de profils techs - développeurs full stack web ou mobile, UX designers et autres data scientits, etc. - est non seulement un frein à l'activité de bon nombre de startups et d'entreprises mais aussi un potentiel obstacle pour les jeunes pousses du numérique qui chercheraient à lever des fonds.

Lire aussi 9 mnStars, salaires, télétravail : l'emploi des développeurs web en ébullition à Bordeaux (1/3)

"Un prérequis essentiel"

En clair, il est devenu tellement compliqué de recruter des développeurs web que cette question est désormais un critère central d'évaluation pour les investisseurs potentiels dans des entreprises du numérique. "Les startups ont en général 80 % de charges de personnel et principalement pour rémunérer des profils tech. Aujourd'hui, il n'est pas rare que l'on recommande de revoir à la hausse ce postes de dépenses quand on interroge les modèles économiques", explique Romain Febvre, directeur de participation chez GSO innovation et GSO Expansion. Difficile de faire autrement alors que l'inflation salariale pour les métiers du numérique depuis trois ans à Bordeaux se situe entre + 20 % et +25 %.

Le marché de l'emploi se tend toujours plus à tel point que la question des ressources humaines est donc plus que jamais centrale. Et la présence d'un profil tech expérimenté parmi les cofondateurs est désormais incontournable. "S'il n'y a pas déjà un directeur technique parmi les cofondateurs, on considère que l'entreprise ne sera pas à en mesure de recruter les bons profils de développeur, ni même de recourir à des prestataires extérieurs", résume un troisième investisseur.

Lire aussi 8 mnRecruter des développeurs web ? Face à la pénurie, les solutions des entreprises bordelaises (2/3)

Un constat qui est surtout handicapant pour les startups les plus jeunes portées par des profils juniors. "Avoir au moins un directeur technique ou, à défaut, un développer full-stack ou un UX designer parmi les fondateurs c'est, de mon point de vue, un prérequis essentiel pour créer une startup et je crois que tout le monde l'a déjà plus ou moins intégré", nuance Romain Febvre. Mais il reconnaît que l'équation se corse encore quand il s'agit de prétendre à une levée de fonds :

"Dans les dossiers sur lesquels on décide de prendre position chez GSO Innovation, il y a toujours une personne à bord qui va a minima, et je dis bien a minima, maîtriser le sujet technologique grâce à au moins trois à cinq ans d'expérience. On ne parle pas d'un profil junior ! Sinon, on considère que l'équipe n'est pas complète !"

"La stabilité de l'équipe tech est un facteur clef"

La compétence, le profil et la réputation du directeur technique est ainsi regardée de près par les investisseurs pour jauger sa capacité à attirer et fédérer les profils nécessaires sur un marché très tendu. Car plus que la composition de l'équipe à l'instant T, c'est la trajectoire qui est particulièrement scrutée par les business angels, prévient Guillaume-Olivier Doré :

"Le critère n'est pas tant de savoir si le CTO [chief technical officer] tient la route, mais si lui et son équipe auront la capacité de préserver dans le temps la valeur du code, qui constitue la vraie propriété intellectuelle de la startup. Il est essentiel de pouvoir mettre à à jour ce code, le simplifier et l'améliorer au risque d'accumuler une dette technique très pénalisante. Et pour cela, il faut une équipe technique stable dans le temps, c'est un facteur clef. Autrement dit, s'il n'y a pas un noyau technique stabilisé depuis deux ou trois ans, on n'y va pas !"

L'équipe tech, premier poste de dépenses

Ce qui peut poser des situations insolubles pour certaines entreprises : sans profils tech seniors, pas de levée de fonds... mais sans levée de fonds, difficile de pouvoir proposer des salaires de marché pour attirer des profils de qualité ! Il faut donc impérativement s'associer avec les bons profils et les bonnes compétences dès le départ. Ludivine Romary, la fondatrice et dirigeante de la startup MyEli, 26 ans et au profil Inseec purement marketing, l'a bien compris. Celle qui prépare une levée de fonds en série A de plusieurs centaines de milliers d'euros pour début 2022 a pris soin d'associer Fabien Blancafort, son directeur technique toulousain, au capital de l'entreprise dès début 2021. C'est lui qui a piloté le prototypage du bijou connecté avec le Catie tandis que l'application mobile a été confiée à l'agence Mink. Cette levée servira notamment à internaliser les développements futurs... en recrutant deux développeurs !

Car, malgré ces conditions complexes, de nombreuses entreprises, jeunes et moins jeunes, arrivent heureusement à lever des fonds. Le bilan à l'échelle nationale atteint d'ailleurs des niveaux historiquement hauts, y compris en octobre 2021. Mais dans la plupart des cas, cet argent frais servira d'abord à donner les moyens à l'entreprise d'étoffer et fidéliser son équipe technique... et de participer à son tour à la surenchère salariale.

Lire aussi 4 mnSalaires, fiches de poste, profils : French Tech Bordeaux publie un guide des métiers numériques

"Aujourd'hui, compte tenu des niveaux de salaires pratiqués et de la concurrence sur le marché de l'emploi, on considère que pour une levée de fonds en seed ou en amorçage, 60 à 80 % des fonds serviront à recruter des profils techniques pour muscler la R&D tandis qu'entre 20 et 40 % viseront des profils commerciaux", indique Romain Febvre, de GSO Innovation. Un ratio qui s'inverse à partir de la série A quand le produit est déjà développé et sur le marché. Globalement, plus l'entreprise est jeune et plus la part consacrée aux recrutements de développeurs sera importante. "Entre l'équipe purement technique et l'équipe produit, on arrive effectivement aux deux tiers de la levée de fonds pour les premiers tours de table", confirme ainsi Guillaume-Olivier Doré.

Le recrutement de développeurs web sera en effet l'une des priorités de la startup Everping, dont les deux fondateurs aux profils complémentaires, Aurélien Negret (CEO) et Nicolas Burel (CTO), viennent justement de lever 1,8 million d'euros en amorçage.

Lire aussi 4 mnComment Everping veut bousculer la gestion des parcs informatiques des PME

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.