Cosmétique : Dermoioniq transforme l'esturgeon en soins pour la peau

Basée à Bordeaux et Périgueux, la startup Dermoioniq exploite le collagène d'eau douce, issu de carcasses d'esturgeon, pour mettre au point des produits cosmétiques haut-de-gamme. Protégé par trois brevets, la jeune pousse de 11 salariés doit doubler de taille d'ici la fin de l'année et est en passe de boucler une levée de fonds de plus d'un million d'euros.

4 mn

Emanuele Monderna, au centre, entouré d'une partie de l'équipe de Dermoioniq
Emanuele Monderna, au centre, entouré d'une partie de l'équipe de Dermoioniq (Crédits : Dermoioniq)

Au-delà de son accent italien, son large sourire et sa carrure de rugbyman, Emanuele Monderna porte une double casquette de kinésithérapeute et de chef d'entreprise. Arrivé en Dordogne en 2018, il s'est rapidement intéressé aux questions de cicatrisation de la peau grâce aux étonnantes capacité du collagène d'eau douce. Le résultat c'est la société MHW Care et la marque Dermoioniq, établie entre Bordeaux et Périgueux, qui propose plusieurs gammes de produits cosmétiques pour le soin de la peau.

Trois brevets déposés

Le collagène c'est cette protéine, le plus souvent d'origine animale, qui confère aux tissus une résistance mécanique à l'étirement favorisant ainsi l'élasticité et la régénération. Et en Dordogne et en Gironde, deux départements qui concentrent six des sept producteurs français de caviar, l'entrepreneur italien a trouvé une matière première d'excellence : l'esturgeon.

"Nous n'achetons pas le collagène directement, nous achetons la matière première, c'est-à-dire les peaux, carcasses et têtes d'esturgeon, auprès de certains producteurs locaux puis nous procédons à l'extraction du collagène d'eau douce grâce à un procédé protégé par trois brevets et issu de plusieurs année de recherche et développement. La pureté et la traçabilité du collagène d'eau douce que nous obtenons est sans commune mesure avec ce que propose la concurrence", assure Emanuele Monderna à La Tribune.

Mais cette matière première d'excellence a un coût très élevé puisque Dermoioniq paie son collagène "environ douze fois plus cher que les concurrents, soit autour de 2,5 €/Kg contre 0,30 €/Kg, et il faut y ajouter le coût de la transformation !". Les produits Dermoioniq sont composés à 99 % d'ingrédients issus d'actifs naturels, promet la société qui ne peut cependant disposer de la certification bio tout simplement parce que les esturgeons bio ça n'existe pas. La fabrication, qui se fait en Charente-Maritime, devrait atteindre 12.000 flacons en 2021.

Lire aussi 4 mnFrench Tech Périgord fixe ses priorités et Sarlat accueille la Startup Supercup

Positionnement haut-de-gamme

Au total, sur un marché du cosmétique qui s'apparente à une jungle concurrentielle, difficile avec de telles contraintes de se démarquer sur les prix. Dermoioniq opte donc pour un positionnement haut-de-gamme pour ses différents produits, notamment auprès de la clientèle étrangère. "Dans les trois ans qui viennent, nous allons chercher à monter en volume, la marge n'est donc pas la priorité dans l'immédiat. Nous distribuons nos produits via note propre site e-commerce, une quinzaine de points de vente en Nouvelle-Aquitaine, 25 en France et quelques-uns à l'international notamment à Dubaï et en Russie", précise le chef d'entreprise, également vice-président de French Tech Périgord Valley.

Dermoioniq

Échantillons de produits Dermoioniq (crédits : Dermoioniq).

La crise sanitaire a bouleversé les plans de la startup qui visait d'abord un marché BtoB avec la reconnaissance de ses produits comme dispositifs médicaux (classe 1). C'est finalement la vente aux particuliers en BtoC qui a pris le relais ces 18 derniers mois et se retrouve à être le moteur de l'entreprise. L'objectif est d'atteindre un million d'euros de chiffre d'affaires dès 2021, dont environ un tiers à l'export. C'est ensuite l'export qui sera la principale source de croissance puisque Dermoioniq espère y réaliser 80 % de son activité d'ici six ans tout en doublant de chiffre d'affaires chaque année.

Et pour financer cette ambitieuse feuille de route, Emanuel Monderna est en passe de boucler une levée de fonds de plus d'un million d'euros. De quoi permettre de renforcer l'équipe de onze salariés sur des fonctions commerciales et marketing pour gagner en notoriété et en visibilité. Des discussions sont notamment en cours avec des enseignes spécialisées dans la cosmétique. Dermoioniq devrait compter 25 collaborateurs en fin d'année.

Lire aussi 5 mnQu'est-ce qu'Evergreen, le nouveau fonds régional pour soutenir des startups à impact ?

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.