Produits festifs : les producteurs de caviar mobilisent face à la concurrence chinoise (2/3)

 |  | 2533 mots
Lecture 13 min.
Un esturgeon de la pisciculture Sturia (groupe Kaviar)
Un esturgeon de la pisciculture Sturia (groupe Kaviar) (Crédits : Anne-Claire Heraud)
La crise sanitaire, qui a entraîné la fermeture des restaurants et l'effondrement des ventes à l'export, ne pouvait pas être une bonne nouvelle pour les producteurs de caviar néo-aquitains. Mais la montée en puissance des productions chinoise et italienne, qui se livrent à une guerre sur les prix, est un problème encore plus inquiétant, estiment les professionnels. C'est pourquoi certains d'entre eux réclament la création d'une indication géographique protégée (IGP) Aquitaine, pour sortir du conflit par le haut.

Comme les autres filières à l'origine de produits agricoles, piscicoles ou ostréicoles festifs, très dépendants des fêtes de fin d'année, les producteurs de caviar français abordent ce Noël 2020 et le Premier de l'an qui va suivre par le côté obscur de la croissance. Pour eux non plus la fermeture des restaurants n'est pas une bonne nouvelle.

Lire aussi : Produits festifs : quel bilan pour les huîtres de Nouvelle-Aquitaine en 2020 ? (1/3)

C'est la raison pour laquelle le président (PS) de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, a intégré le caviar dans son plan de communication de fin d'année ciblé sur cinq productions néo-aquitaines jugées à la fois comme très connues au niveau national et très sensibles à la crise du Covid-19. Ce qui se comprend mieux quand on sait que sur les sept producteurs de caviar répertoriés en France, six se trouvent en Nouvelle-Aquitaine.

La France : 3e producteur mondial de caviar en 2019

Juste avant cette initiative néo-aquitaine, Pisciculteurs de France, représentant la filière d'élevage de poissons, avait lancé un manifeste intitulé "Exigez le caviar français !". Un manifeste dans lequel sont posés les enjeux.

"Avec 43,5 tonnes de caviar « made in France » en 2019, l'Hexagone s'impose comme le 3e producteur mondial de caviar, après la Chine et l'Italie (....) mais notre filière française est menacée. La crise sanitaire et ses répercussions économiques ont un impact considérable sur la filière aquacole du caviar, qui voit ses marchés privilégiés (restauration et tourisme) se fermer, alors que la concurrence des importations chinoises, elle, ne faiblit pas. La survie du secteur est en jeu et il y a urgence (...)", souligne le manifeste.

Ce dernier en appelle à la mobilisation des consommateurs et "des responsables politiques, des acteurs économiques, des chefs, bien évidemment, mais également de la grande distribution et du commerce de proximité", proclame le texte dans une ambiance de mobilisation générale.

Une spécialité de Nouvelle-Aquitaine

D'après la profession, le caviar importé de Chine couvre ainsi désormais 40 % des ventes en France. Un effet de la guerre des prix avec un marché du caviar où les Chinois n'hésitent pas à faire du dumping pour prendre l'avantage. Les enjeux pointés sont d'autant plus importants pour notre région qu'en 2019 la Sologne (Centre-Val-de-Loire) n'a produit que 2 tonnes d'œufs d'esturgeons, sur une production nationale estimée à 43,5 tonnes.

Les sept producteurs de caviar français :

  • Prunier Manufacture (le plus ancien) : Montpon-Ménestérol (Dordogne/Nouvelle-Aquitaine)
  • Groupe Kaviar : Saint-Sulpice-et-Cameyrac (Gironde/Nouvelle-Aquitaine)
  • Caviar de France : Biganos (Gironde/Bassin d'Arcachon/Nouvelle-Aquitaine)
  • L'Esturgeonnière : Le Teich (Gironde/Bassin d'Arcachon/Nouvelle-Aquitaine)
  • Perle Noire : Les Eyzies-de-Tayac (Dordogne/Nouvelle-Aquitaine)
  • Caviar de Neuvic : Neuvic (Dordogne/Nouvelle-Aquitaine)
  • Caviar de Sologne : Saint-Viâtre (Loir-et-Cher/Centre-Val-de-Loire)

Autrement-dit, 41,5 tonnes de ces œufs de poisson ont été produites à partir...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2020 à 13:35 :
les consommateurs citoyens s' ils veulent soutenir la filière aquitaine doivent boycotter le caviar chinois.
pour cela, l' origine géographique doit être déclarée tant en grande surfaces, que dans les restau et magasins spécialisés.en cas de fraude, faisons comme en italie: fermeture immédiate et définitive du commerçant-restau fraudeur.
Réponse de le 21/12/2020 à 15:04 :
Habituellement, quand l'origine n'est pas marquée on n'achète pas ? Quand c'est flou y a un loup.
Le miel UE et hors UE voire UE, l'huile d'olive UE et hors UE (Tunisie) on les laisse sur les rayons, ça manque de précision. Enfin c'est ce que je fais, je préfère du miel d'acacia Bulgarie ou Hongrie, au moins on sait d'où ça vient. Ne pas se fier non plus aux noms, sauf ceux correspondant à une filière, mais le marketing crée des consonances pour tromper (huile de marque italienne UE et non UE par ex, lire l'étiquette arrière).
Je ne consomme pas de caviar, sais pas si ça en vaut la peine(?luxe raffiné), comme quantité d'autres produits.
Picard "Caviar français, Direct producteur" 30€/30g.
a écrit le 21/12/2020 à 11:06 :
Élever des esturgeons pour Démocratiser le caviar ! La Chine Communiste/Staliniste, premier producteur de ce produit symbole du luxe. Du caviar pour le prolo?
Non, pour toutes les Nomenklatura (corrompues) à travers le Monde et quelques consommateurs béats dont le temps de cerveau disponible a été décérébré par la publicité. (Je dis "quelques" par charité... chrétienne.. ou autre !)
a écrit le 21/12/2020 à 10:26 :
Pourtant la nouvelle politique économique américaine est orientée massivement vers le protectionisme économique qui ici semblerait parfaitement naturelle, c'est le cas de le dire, à apliquer.

Mais une dictature financière a ses raisons que la raison ignore.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :