Les coopératives agricoles inquiètes d'une crise majeure dans la restauration

 |  | 690 mots
Lecture 4 min.
L'éventuelle non réouverture des restaurants et l'écoulement des produits festifs sont pour les coopératives agricoles des bombes à retardement.
L'éventuelle non réouverture des restaurants et l'écoulement des produits festifs sont pour les coopératives agricoles des bombes à retardement.
Les coopératives agricoles françaises viennent de rappeler qu'elles pèsent lourd dans l'agriculture et l'agroalimentaire, en particulier en Nouvelle-Aquitaine, première région agricole de France. L'inquiétude de Dominique Chargé, président de Coop de France, d'assister à un effondrement de la restauration est partagée par son homologue régional, Denis Baro.

En novembre; les représentants du monde coopératif agricole se sont livrés à un tour de France, rendu virtuel par la seconde séquence de confinement. C'est ainsi que Dominique Chargé, président de Coop de France, Denis Baro, président de la coopération en Nouvelle-Aquitaine, et Philippe Sommer, le délégué régional, ont fait un point global sur l'évolution de cette importante filière agricole. La Nouvelle-Aquitaine est la première région agricole de France et Philippe Baro a tenu a rappeler le rôle central joué par la coopération dans ce secteur d'activité.

"La Nouvelle-Aquitaine compte 270 coopératives, unions et Sica [société d'intérêt collectif agricole], auxquelles s'ajoutent 1.700 Cuma [coopératives de matériel agricole]. Ce tissu fédère au total 63.000 agriculteurs adhérents et emploie 29.000...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :