Kanopée Koncept cible entreprises et aménageurs pour faire venir l’agriculture en ville

 |   |  839  mots
Un atelier de sensibilisation et avec, au fond, la pergola.
Un atelier de sensibilisation et avec, au fond, la pergola. (Crédits : Kanopée Koncept)
La startup bordelaise Kanopée Koncept, créée en décembre 2018, propose un modèle d’agriculture urbaine aux entreprises et aux aménageurs. Déjà présente sur trois sites en Gironde, la société installe des modules de culture dans des espaces non utilisés, s’occupe de la récolte, propose des ateliers de sensibilisation et s'apprête à vendre des paniers de fruits et légumes. Une serre de 300 m2 a été récemment inaugurée dans une résidence de Floirac dans la métropole bordelaise.

Alors qu'une ferme urbaine de 14.000 m² est annoncée sur les toits du parc des expositions à Paris, une serre d'agriculture urbaine de 300 m2 vient d'être inaugurée sur la métropole bordelaise, à Floirac. Derrière ces deux réalisations, Agripolis est à la manoeuvre. Pour autant, pas de travail à distance. A Bordeaux, la jeune société parisienne s'est associée à un acteur local, la startup Kanopée Koncept qui s'est lancée dans l'agriculture urbaine fin 2018 en proposant un modèle clé en main.

Elle installe des modules de culture dans des espaces libres et non utilisés (espaces verts, terrasses, toits, etc.), récolte, entretient, et greffe à cela des ateliers de sensibilisation ainsi qu'un système de paniers pour les consommateurs. Son produit phare ? Une pergola avec de la culture en hydroponie, hors-sol, qui justifie le passage d'un "kanopée kulteur", salarié de la startup, pour la récolte. "L'hydroponie, c'est notre métier", insiste François Millet co-fondateur de Kanopée Koncept dont le siège social est basé à Saint-Médard-en-Jalles.

BtoB et BtoC

La société cible des entreprises privées à la recherche de solutions RSE (responsabilité sociétale des entreprises) mais pas nécessairement. "Notre souhait était de proposer un accompagnement sur le bien-manger, mais la boucle est effectivement bouclée avec la démarche RSE", témoigne Joackim di Dio, responsable du développement chez Adam, entreprise spécialisée dans la fabrication de packaging en bois à Sainte-Hélène (Gironde), et qui fait appel à Kanopée Koncept depuis septembre dernier. "Nous étions restés sur une petite défaite après la mise en place d'un potager dans l'entreprise. Malgré les bonnes volontés, cela n'a pas tenu dans le temps. Il manquait un accompagnateur."

La terrasse du restaurant Les Tables Vatel, à Bordeaux, est également équipée d'un module pour faire pousser des herbes aromatiques dont se sert le chef Adrien Ferran.

Kanopée Koncept

Le module installé sur la terrasse des Tables Vatel à Bordeaux (crédits : Kanopée Koncept).

Mais la cible principale de Kanopée Koncept reste les promoteurs et les constructeurs dans le cadre de projets de logements collectifs. Alors que François Millet assure qu'il s'agit d'un "plus" pour aller décrocher un concours, Laurie Lougarre, directrice des opérations chez Bouygues Immobilier reconnait que "c'est effectivement différenciant". Et François Millet de dérouler :

"Dans un programme de construction, les échelles de prix permettent d'intégrer plus facilement le coût d'une pergola, qui représente près de 20.000 €. Enfin, si le promoteur prend en charge le financement de l'outil, derrière, c'est quelque chose qui va fonctionner sans lui."

Le modèle économique repose sur une partie en BtoB qui consiste pour Kanopée Koncept à vendre la prestation de conception et d'installation de l'espace. La startup peut aussi proposer une mise à disposition de la pergola. "Nous facturons alors une prestation d'implantation et une mensualité pour la mise à disposition, l'entretien et un atelier." Les ateliers de sensibilisation peuvent être pris en charge par l'entreprise. "Mais il est aussi possible de basculer dans du BtoC. Les paniers seront, quant à eux, forcément payés par les consommateurs."

Lire aussi : Covid-19 : le big-bang des circuits de distribution de fruits et légumes en Gironde

Démarche globale

Pour autant, "cela ne suffira jamais à nourrir toute une ville", soutient François Millet qui associe des agriculteurs en périphérie. A Floirac, sur les 100 paniers visés, à 20 € chacun, 40 % des produits viendront de la serre. "Le reste sera constitué au maximum de produits issus de l'agriculture biologique de proximité. Mais nous mettrons, par exemple, de la banane en précisant le nombre de kilomètres parcourus. Et si nous faisons bien notre travail, les consommateurs finiront par acheter des produits de saison et de proximité", explique François Millet.

"Mais au-delà de la question de la production, se sont greffées à ce projet des notions de création de lien social, entre les consommateurs et les producteurs mais aussi entre les personnes d'une même entreprise quelles que soient leurs fonctions. Quand on végétalise un toit, que l'on créé une zone d'ombre, on évite aussi de monter en température. On créé des îlots de fraîcheur et on favorise la biodiversité", assure enfin François Millet.

Lire aussi : Canicules : comment rafraîchir Bordeaux ?

Kanopée Kulture, espère s'implanter dans cinq ou six nouveaux lieux dans les prochains mois. "Actuellement, des promoteurs nous sollicitent pour des tests en interne. Des zones commerciales sont également intéressées", explique François Millet. L'application qui servira à la mise en place des paniers sera quant à elle testée fin avril avec la première récolte de fraises dans la résidence Ladéra de Floirac. Aucune levée de fonds n'est envisagée, mais une augmentation de capital est prévue dans l'année.

Kanopée Koncept

La serre installée dans la résidence de Floirac, lors de l'inauguration fin janvier (crédits : Kanopée Koncept).

Lire aussi : Bordeaux Métropole doit-elle viser l'autosuffisance alimentaire ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :