BoxEaty incite à manger consigné

 |   |  620  mots
De gauche à droite, Elise Fillette, Yann Thielin et David Bertolle, les 3 associés.
De gauche à droite, Elise Fillette, Yann Thielin et David Bertolle, les 3 associés. (Crédits : BoxEaty)
Elle veut en finir avec les emballages alimentaires jetables dans la restauration ! BoxEaty, fondée il y a un an à Bordeaux, propose depuis cet été une solution clé en main aux restaurateurs qui font de la vente à emporter. Elle leur loue des contenants en verre consignés tandis que la société s’occupe toute la boucle logistique - livraison, collecte et nettoyage - en travaillant avec des acteurs locaux. L’objectif est d’atteindre la trentaine de restaurants partenaires en 2020.

Ce n'est pas une révolution mais une réponse, par le retour de la consigne, à une problématique. Sur la métropole bordelaise, six tonnes d'emballages alimentaires sont jetées chaque jour pour la restauration rapide. (*) "L'objectif est d'avoir un impact significatif sur ce volume de déchets en le réduisant de moitié sur les prochaines années", affiche d'emblée BoxEaty, société fondée, fin 2018, à Bordeaux par Yann Thielin, rapidement rejoint par Elise Fillette et David Bertolle. Et c'est au moyen d'une solution clé en main proposée aux restaurateurs qui font de la vente à emporter, qu'elle compte y parvenir. L'idée : remplacer les emballages alimentaires jetables qui ont une durée de vie très courte, une dizaine de minutes en moyenne, par des contenants en verre réutilisables et consignés.

4.000 emballages évités

Le concept officiellement lancé le 15 juillet est simple. Le restaurateur sert le repas dans un contenant en verre avec le supplément consigne de 4€, facturé une seule fois. Une fois le repas fini, le consommateur ramène son emballage et récupère un jeton à utiliser pour son prochain repas. Le restaurateur loue, quant à lui, chaque contenant. "Nous étions à 40 centimes le contenant en juillet, mais nous allons passer à un tarif entre 50 à 80 centimes en fonction du lieu et du nombre de contenants utilisés. Nous sommes partis un peu trop bas", confie Elise Fillette, en charge de la communication.

Le restaurateur ne s'occupe, en revanche, ni de la collecte ni du nettoyage. "C'est BoxEaty qui gère la boucle logistique avec des acteurs locaux chargés de récupérer les contenants sales pour qu'ils soient nettoyés et de les livrer une fois propres", explique Yann Thielin. En trois mois, les coursiers bordelais ont ainsi parcouru 350 kilomètres. Le personnel du restaurant Le Jardin Pêcheur a quant à lui effectué 70 heures de nettoyage. Et alors que cinq foodtrucks installés au siège de Cdiscount et le restaurant Paus'k ont accepté de jouer le jeu dès le départ, "ce sont un peu plus de 4.000 emballages à usage unique qui ont été évités, soit 122 kilos en se basant sur un emballage de 30g", annonce Elise Fillette.

Cap sur 2020

Parmi les prochaines étapes, une campagne de crowfunding devrait être lancée fin novembre avec l'objectif d'atteindre 8.000 euros. "Il s'agira de s'équiper de nouveaux contenants et d'un lave-vaisselle en tunnel, pour internaliser une partie du nettoyage notamment." La priorité pour BoxEaty, qui travaille désormais avec 11 restaurateurs, est de se développer sur la métropole bordelaise, l'objectif étant d'atteindre la trentaine de partenaires en 2020.

Cette même année, une borne de collecte chargée de récupérer les contenants sales et de délivrer les jetons, devrait compléter la solution. Enfin, BoxEaty, qui rejoindra l'ancien l'ancien site Citroën de Mérignac en début d'année prochaine dans le cadre d'un projet d'occupation temporaire, prévoit de rencontrer en 2020, les acteurs de deux initiatives similaires dans le sud de la France - En Boîte le Plat à Toulouse, Loop eat à Montpellier - pour faire connaissance, échanger sur leurs concepts respectifs et leurs difficultés et pourquoi pas envisager une synergie par la suite. Pour rappel, le Parlement européen a approuvé en mars dernier une nouvelle législation interdisant les produits plastiques à usage unique dès 2021.

------------

(*) Calcul basé sur le nombre d'habitant à Bordeaux Métropole en 2016 (796.000) et l'étude de l'Ademe "Le gisement des emballages ménagers en France", sur la restauration rapide en 2012

BoxEaty

Un prototype de la borne de collecte a été présenté fin septembre à l'occasion du festival Zéro déchet Zéro Gaspi organisé par le Smicval (crédit BoxEaty).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :