French Tech Périgord fixe ses priorités et Sarlat accueille la Startup Supercup

 |  | 832 mots
Lecture 4 min.
Natalia Hérault, Olivier Defaux, Philippe Metayer, Colette Langlade et Julien Anselme, à l'occasion de la présentation officielle de French Tech Périgord Valley, le 16 mars 2021 à Périgueux.
Natalia Hérault, Olivier Defaux, Philippe Metayer, Colette Langlade et Julien Anselme, à l'occasion de la présentation officielle de French Tech Périgord Valley, le 16 mars 2021 à Périgueux. (Crédits : Département de la Dordogne)
Les membres fondateurs de French Tech Périgord Valley sont décidés à fédérer un écosystème autour de l'innovation et des startups en Dordogne. Présidée par Olivier Defaux, cette communauté veut mettre l'accent sur la cybersécurité, l'inclusion numérique, la e-santé et la formation professionnelle tandis qu'une Startup Supercup est annoncée à Sarlat-la-Canédat en octobre 2021.

"Quand je dois résumer le rôle de la French Tech en une phrase, je dis souvent que l'objectif est de faire gagner du temps aux entrepreneurs", rappelle Philippe Metayer, le directeur général de French Tech Bordeaux, ce mardi 16 mars, à l'occasion de la présentation officielle de la communauté French Tech Périgord Valley. Constituée l'an dernier, en même temps que French Tech Pays basque, il s'agit de la sixième communauté de Nouvelle-Aquitaine.

Lire aussi : Pays basque et Périgord : la French Tech étend son réseau en Nouvelle-Aquitaine

Constituée par le Conseil départemental de la Dordogne, la Communauté d'agglomération du Grand Périgueux, la Communauté d'agglomération du bergeracois, la Chambre économique de la Dordogne, et le Syndicat mixte Périgord numérique, Périgord Valley entend mettre en lumière et soutenir les jeunes entreprises innovantes d'un département très largement rural mais qui compte déjà plusieurs startups à l'instar de Relax (dispositifs de relaxation pré-opératoires), Chambelan (chaussures de luxe) et de l'incubateur H24.

L'association, qui vient tout juste de lancer sa campagne d'adhésion, est présidée par Olivier Defaux, le CEO et co-fondateur de Dreamtronic (digitalisation des espaces et des tablettes tactiles). Ce dernier est épaulé par quatre vice-présidents : Emanuele Monderna, fondateur de Dermoioniq (produits innovants pour les soins de la peau à base d'eau), Régis Braun, directeur général délégué de Fybots (robots de nettoyage), Alexandre Chevrollier, dirigeant-fondateur de Winetailors (distribution de vins et spiritueux), et Julien Anselme, directeur projets innovants chez Orange Sud Ouest et également vice-président de French Tech Bordeaux. De quoi assurer un lien étroit entre les deux écosystèmes. C'est Natalia Héraut qui assure la coordination de l'association.

Faciliter le recrutement

"Fédérer, informer, accompagner et innover sont les quatre piliers du réseau French Tech. [...] En fédérant les acteurs institutionnels, les acteurs économiques locaux et les jeunes pousses en devenir, notre action permettra d'accélérer et d'optimiser les multiples innovations portées sur notre territoire", confirme ainsi Olivier Defaux, qui espère aussi que la communauté French Tech permettra de faciliter les recrutements dans les métiers du numérique en Dordogne, notamment en donnant de la visibilité à ses entreprises. Des ponts sont d'ores et déjà prévus avec le Job Connect, l'évènement annuel de French Tech Bordeaux dédié à l'emploi dont la prochaine édition se tient le 29 avril 2021.

Périgord Valley souhaite aussi faire vivre l'écosystème périgourdin en organisant toute une série d'évènements et en facilitant la mise en réseau des acteurs du territoire entre eux et avec leurs voisins de l'écosystème bordelais et régional. Plusieurs priorités thématiques ont également été retenus par les membres fondateurs et seront abordées en priorité : la e-santé, la formation autour du numérique, la cybersécurité et l'inclusion numérique.

Lire aussi : French Tech Bordeaux accélère sur les services aux entreprises

Une Startup Supercup à Sarlat ?

Par ailleurs, la rentrée 2021 devrait voir l'organisation d'une Startup Supercup, du 1er au 3 octobre, à Sarlat-la-Canédat, jolie petite ville de 9.000 habitants et capitale du Périgord Noir. Un lieu a priori incongru pour un évènement porté par l'entrepreneur Dom Einhorn. Ce Français passé par les Etats-unis est déjà derrière l'incubateur Uniqorn Incubator qui souhaite aussi s'installer à Sarlat et affiche de très ambitions pour cette supercoupe, sous réserves des conditions sanitaires : "Nous visons un évènement de dimension internationale avec un millier de participants du monde de la tech : leaders d'opinions, investisseurs, startuppers, business angels et médias", explique à La Tribune Ouma Haiyane, la chargée de communication.

Au programme : des conférences et table-ronde, un village de startups, des job-dating et un concours international de startups sur des thématiques telles que la finance, l'agriculture, la biotechnologie, la santé, la réalité virtuelle et augmentée ou encore le e-commerce. "Le critère déterminant c'est la dimension technologique avec une preuve de concept validée. Le vainqueur gagnera six mois d'accompagnement pat Uniqorn Incubator et un chèque. Il y aura un vainqueur globale et un pour chaque catégorie", poursuit Ouma Haiyane, qui ambitionne de réunir 100 à 120 startups à Sarlat pour une quinzaine de finalistes. L'évènement a le soutien de l'office de tourisme de Sarlat, de la ville de Sarlat, de la communauté de communes Sarlat Périgord Noir et du Département de la Dordogne et est en discussion avec French Tech Périgord Valley et la Région Nouvelle-Aquitaine.

Le programme doit être annoncé le 3 mai prochain mais il fait déjà la part belle à des conférenciers internationaux. Sont notamment annoncés la présentatrice britannique Juliette Foster, l'économiste Therese Faessler, la juriste américaine Sally Robertson, le spécialiste israélien du financement participatif Tzakhi Freedman ou encore l'entrepreneur allemand dans l'IA Arndt Schwaiger.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :