Pays basque et Périgord : la French Tech étend son réseau en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  877  mots
(Crédits : French Tech)
Et deux qui font six. Outre sa "capitale" à Bordeaux, le réseau French Tech compte désormais six communautés en Nouvelle-Aquitaine avec la labellisation qui vient d'être accordée pour trois ans à deux nouveaux territoires : French Tech Pays basque et Périgord Valley. Voici ce qu'il faut en retenir.

[Article mis à jour le 18/05/20 avec le nom du président de French Tech Pays basque]

Lors de la refonte du réseau French Tech au printemps 2019, six ans après son lancement, la Nouvelle-Aquitaine a hérité de cinq labels au coq rouge : Bordeaux, en tant que "capitale French Tech" et quatre autres communautés : Atlantic Valley, Limousin, Lot-et-Garonne et Pau-Béarn. Le cru 2020 a labellisé 15 nouveaux territoires en France et à l'étranger le 3 mai dernier dont deux nouvelles communautés en Nouvelle-Aquitaine : French Tech Pays basque, dans les Pyrénées-Atlantiques, et Périgord Valley, en Dordogne. Encore en cours de structuration, ces deux entités réunissent chacune plusieurs dizaines d'entreprises et de soutiens officiels. Soutenues par French Tech Bordeaux, elles s'inscriront dans la démarche régionale de coopération avec les autres acteurs néo-aquitains de la French Tech.

Lire aussi : Qui sont les quatre communautés French Tech de Nouvelle-Aquitaine ?

French Tech Pays basque

  • Son histoire

Alors que la communauté French Tech Pau Béarn est née l'an dernier, la côte basque a attendu le train de 2020 pour solliciter ce label. La candidature a été montée en quelques semaines notamment par les équipes de Pays basque digital, la grappe d'entreprises d'édition numérique du Pays basque, avec la technopole Izarbel et Estia-Entreprendre.

  • Ses membres

La démarche a réuni 135 soutiens provenant à la fois d'entreprises locales (102 soutiens) que des acteurs institutionnels du territoire (33 soutiens) dont la communauté d'agglomération du Pays basque, le département des Pyrénées-Atlantiques, la CCI Bayonne Pays basque et biens d'autres. Parmi les entreprises, la French Tech Pays basque met notamment en avant son savoir-faire dans les domaines de la glisse, le tourisme et l'aéronautique mais aussi le numérique, l'agroalimentaire et la construction. Y figurent notamment Coleen, Solikend ou encore Njuko.

  • Ses projets

La communauté en est encore au tout début de l'histoire mais d'ores et déjà plusieurs axes de développement ont été identifiés en plus de l'accès facilité aux programmes French Tech nationaux et internationaux. Le premier est d'établir des ponts entre ces domaines d'excellence en favorisant le développement inter-filières pour faire émerger des fertilisations croisées : nouvelles relations, nouvelles idées, nouvelles compétences. L'idée est ensuite de monter des projets inter-territoires et notamment de nouer des liens privilégiés avec les voisins de French Tech Pau Béarn, l'écosystème bordelais et, au-delà, avec Paris et l'international.

  •  Ses pilotes

Le président de French Tech Pays basque est Hubert Forgeot, CEO d'Aguila Technologies, entreprise spécialisée dans les systèmes électroniques et les objets connectés.

  • Son bâtiment totem

La French Tech Pays basque sera hébergée dans l'immédiat dans les locaux de Pays basque digital, au sein de la technopole Izarbel, à Bidart. Lorsqu'il sera livré a priori en 2021, le futur siège polyvalent du Crédit agricole Pyrénées Gascogne, le Connecteur, à Biarritz, devrait également accueillir des évènements French Tech.

Lire aussi : Le Crédit agricole s'offre un Connecteur à 50 M€ à Biarritz

Périgord Valley

  • Son histoire

La candidature French tech a été bâtie en parallèle de la constitution de Digital Valley, le projet de pôle numérique initié depuis trois ans par la communauté d'agglomération du Grand Périgueux et la Région Nouvelle-Aquitaine. La communauté Périgord Valley est ainsi le fruit d'une impulsion publique-privée réunissant les collectivités et des entreprises du territoire.

  • Ses membres

La candidature a réuni plus d'une cinquantaine de soutiens d'entreprises et acteurs publics locaux dont le Grand Périgueux, le conseil départemental de Dordogne et les trois chambres consulaires départementales ainsi que les entreprises accompagnées par l'incubateur H24 et la pépinière Capacités.

  • Ses projets

La démarche, encore à ses débuts, s'attachera dans l'immédiat à animer l'écosystème, encourager les créations d'entreprises et stimuler les coopérations et les synergies pour favoriser l'émergence de projets collaboratifs à forte valeur innovante. Un autre enjeu sera de convaincre des profils spécialisés dans les compétences technologiques et numériques de venir s'installer et de rester en milieu rural. Enfin, l'idée est de faire de cette communauté un laboratoire structurant en matière de R&D pour les filières stratégiques de Dordogne que sont l'agro-alimentaire et le secteur du tourisme. Dans cette perspective, la montée en compétence dans la data et le big data constitue l'un des axes prioritaires de Digital Valley.

  •  Ses pilotes

Le board de French Tech Périgord Valley, composé de treize membres, sera co-présidé par deux entrepreneurs : Olivier Defaux, le CEO et co-fondateur de l'entreprise Dreamtronic, spécialisée dans la digitalisation des espaces et les tablettes tactiles, et Emanuele Monderna, fondateur de la startup Dermoioniq, spécialisée dans les produits innovants pour les soins de la peau à base d'eau.

  • Son bâtiment totem

C'est le nouveau siège de la communauté d'agglomération du Grand Périgueux, prévu pour 2021 dans le quartier de la gare à Périgueux, qui fera office de bâtiment symbolique pour la French Tech Périgord Valley au sein des 300 m2 qui seront attribués au pôle Digital Valley.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :