Cosmétique : avec NoxiDoxi la pollution s’efface en beauté

Tous les observateurs du marché de la cosmétique s’accordent sur un fait : les produits cosmétiques qui offrent des solutions de lutte contre les agressions liées à la pollution ont un fort potentiel économique. Pionnière de ce marché, la marque bordelaise NoxiDoxi est déjà partie à la conquête de ce business mondial. Elle annonce en exclusivité une levée de fonds d'1,5 M€ et recrute.
Le marché des cosmétiques anti pollution est porteur d'espoirs, NoxiDoxi, société innovante créée et dirigée par Soumya Tahiri est positionnée sur celui-ci depuis 2013.
Le marché des cosmétiques anti pollution est porteur d'espoirs, NoxiDoxi, société innovante créée et dirigée par Soumya Tahiri est positionnée sur celui-ci depuis 2013. (Crédits : Appa)

Pas facile de se faire une place dans le marché de la cosmétique dominé mondialement par des géants... sauf quand on est, dès 2013, positionné en expert de la recherche et du développement sur un sujet à peine émergeant mais qui se révèle être un des plus porteurs pour l'avenir du secteur.

C'est précisément ce qui est en train de se produire pour NoxiDoxi, marque créée et portée depuis 2013 par Soumya Tahiri, ancienne cadre international pour de grandes marques de cosmétiques. Installée à Bordeaux, Soumya débarque seule sur le marché de la cosmétique simplement armée de molécules capables de transformer en business une conviction, née de son expérience : les produits cosmétiques capables de lutter contre les effets du tabac et de la pollution, bref de la vie citadine.

Sa stratégie fait mouche assez rapidement. Moins de deux ans après le lancement des premiers produits NoxiDoxi, la marque bordelaise, d'abord distribuée en pharmacies, puis dans les réseaux de parfumeries, s'avère rentable. En 2015, la société, qui compte alors 4 personnes, commence à tisser sa toile à l'international en validant son réseau de distributeurs.

1,5 M€ levés, une filiale US créée

"En fin d'année 2015 nous avons signé des contrats de distribution en Italie et  en Thaïlande. Depuis le début de l'année 2016, nous avons finalisé la Suisse, la Chine et la Corée", souligne Soumya Tahiri.

Dans le même temps, NoxiDoxi, à l'issue de quatre mois d'étude de marché, a créé une filiale aux USA, basée à New York.

"Nous avons identifié le partenaire idéal, qui connaît bien les marques cosmétiques françaises et le marché américain. Aux USA, nous avons réinventé notre packaging, retravaillé la marque, les noms... on a presque créé une nouvelle marque pour ce marché."

La petite société bordelaise au rayonnement désormais planétaire a placé 2016 sous le signe de la notoriété et de l'investissement pour NoxiDoxi qui vient de réussir une levée de fonds de 1,5 M€ (Business angels + Bpifrance) et qui va voir ses effectifs passer de 4 à 8 personnes dans les semaines qui viennent.

"Nous recrutons notamment un directeur technique pour la partie digitale de notre communication et de nos ventes, un directeur export et un directeur marketing, en charge des relations presse, des relations avec les équipes internationales", souligne la PDG qui vise un chiffre d'affaires de 1 M€ cette année.

Nouveau brevet, nouveaux produits en fin d'année

Après avoir consacré beaucoup d'effort à installer la marque à l'export, la société bordelaise entend, très rapidement, renforcer son ancrage sur le marché français. Le référencement annoncé de sa gamme sur le site Nocibe.fr devrait y contribuer un peu au moins en termes de notoriété virale.

Pensée, dès sa création, comme une PME et non une TPE, la société NoxiDoxi se dit en capacité de répondre au développement attendu de la demande.

"Nous avons pensé la production et le stockage comme si nous étions une PME. En termes de production, réalisée dans la Cosmetic Valley de Chartres, en Normandie et en Bretagne, nous sommes taillés pour réaliser jusqu'à 50 M€ de chiffre d'affaires !", assure Soumya Tahiri.

NoxiDoxi n'en est pas (encore ?) là mais, restée fidèle à son ADN marqué par la R&D, la société bordelaise élargira, dès septembre, sa gamme de 6 produits, avec une innovation qui ne concernera pas le visage.

"Nous sommes un expert de l'antipollution, pas une  simple marque de cosmétique", prévient Soumya Tahiri.

Le dépôt d'un deuxième brevet en fin d'année, et le lancement d'un produit unique au monde pour les yeux cette fois, confirment cette stratégie... qui suscite l'intérêt, voire la convoitise d'acteurs majeurs du secteur de la cosmétique. NoxiDoxi aurait déjà été draguée à trois reprises.

"Il est extrêmement difficile de percer dans ce marché de la cosmétique", précise Soumya Tahiri. "Nous avons eu la bonne idée, la bonne équipe et le bon timing, il est donc normal que notre émergence suscite l'intérêt."

Ces approches, qui témoignent, pour le moins, de la pertinence du modèle économique de NoxiDoxi n'ont, à ce jour, pas l'air de... polluer la marche en avant désormais mondiale de la PME bordelaise.

NoxiDoxi

Pour adresser le marché des USA, où elle a créé une filiale (New York), NoxiDoxi a adapté le packaging et même les noms des produits de sa gamme (crédit photo NoxiDoxi)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 11/05/2016 à 15:07
Signaler
Merci pour l'article. Je vais de découverte en découverte. Je viens de découvrir une toute jeune marque de cosmétiques qui fait aussi un produit antipollution. C'est la marque suisse Reficis. Noyi doxi, avec son nom original et, me fait envie aussi.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.