Emploi : comment les entreprises bordelaises préparent l'avenir de la « génération Covid »

Qu'il s'agisse de jeunes diplômés, en quête d'un premier emploi qualifié, d'alternants visant une entreprise d'accueil ou encore de jeunes non qualifiés, celle qu'on appelle désormais la génération Covid a été profondément marquée par cette crise. Dans la métropole bordelaise, de nombreuses entreprises font le pari d'embaucher des jeunes.

6 mn

L'alternance est l'une des pistes priorisées pour faciliter l'insertion de la génération Covid sur le marché du travail, comme ici avec le Geiq BTP Bordeaux Océan au job dating organisé par La Tribune le 8 juillet 2021 à Bordeaux.
L'alternance est l'une des pistes priorisées pour faciliter l'insertion de la génération Covid sur le marché du travail, comme ici avec le Geiq BTP Bordeaux Océan au job dating organisé par La Tribune le 8 juillet 2021 à Bordeaux. (Crédits : Agence APPA)

Déjà fragilisés sur le marché du travail, les jeunes, et plus particulièrement les moins qualifiés, sont les premières victimes de la pandémie. Environ 30 % des moins de 26 ans sont au chômage en Gironde, et de mars 2020 à fin 2020, Pôle Emploi a enregistré une hausse de 10 % des jeunes demandeurs d'emploi. La réponse gouvernementale ne s'est pas faite attendre avec un plan de relance pour soutenir l'emploi des jeunes. Une première étape a été engagée à travers le plan étatique "un jeune, une solution" consacrant au niveau national 7 milliards d'euros à la formation et l'entrée des jeunes dans la vie professionnelle. Les aides à l'embauche de jeunes en CDI ou CDD de plus de trois mois (4.000 euros) ou en alternance (5.000 euros pour un mineur et 8.000 euros pour un alternant majeur) ont joué un rôle incitatif puissant pour les entreprises.

Lire aussi 9 mnEmploi : qui sont les entreprises qui recrutent à Bordeaux Métropole en 2021 ?

Les chiffres fous de l'alternance

Si 2020 a été présentée comme l'année de toutes les incertitudes, il n'en est rien pour l'alternance, qui a pulvérisé tous les records malgré la crise économique et sanitaire, avec une augmentation spectaculaire de +40 % par rapport à 2019, et la signature de 500.000 contrats. Si les aides exceptionnelles valables jusqu'en mai 2021 pour les patrons qui embauchent un apprenti ont sans aucun doute joué en sa faveur, elle illustre également un engouement des deux parties. Entreprises comme étudiants y voient en effet un modèle vertueux. Pour les jeunes, c'est d'abord la garantie de combiner diplôme, financement d'études et une meilleure employabilité à l'issue. Pour les entreprises, c'est l'occasion de former un futur collaborateur. En Gironde, le premier bilan fait état de 11.971 jeunes bénéficiaires de ces contrats en 2020. En ce qui concerne notre enquête du StartEmploi, l'emploi en alternance représente 13 % des recrutements, et la dynamique est tirée par les diplômés du supérieur avec de nombreux postes dans les secteurs du digital et de l'informatique (19 %).

L'alternance : un canal de pré-recrutement

Qu'il s'agisse de Capgemini, CGI, Atos, Onepoint ou encore Cdiscount, l'alternance s'inscrit avant tout pour ces géants de l'informatique dans une logique de pré-recrutement, sur un marché de l'emploi tendu et où il est difficile de recruter sur l'IT.

"Quand nous démarrons un contrat d'alternance avec un candidat, notre objectif est d'aller le plus loin possible, de pro- poser un CDI ou une première trajectoire de carrière. C'est un projet qui va bien au-delà de l'alternance. Lorsque nous faisons passer les entretiens pour les apprentis ou les stagiaires issus des grandes écoles bordelaises avec qui nous avons tissé des liens, c'est déjà un entretien d'embauche", témoigne ainsi Dominique Parguel, directeur de la région Nouvelle-Aquitaine chez Atos.

En France, 1.200 recrutements sont prévus dont 280 alternants chez Atos. À Pessac, sur les 110 recrutements prévus en 2021, l'entreprise accueillera 40 stagiaires, 15 alternants et 15 personnes en POE (préparation opérationnelle à l'emploi ), un dispositif de formation professionnelle pour les demandeurs d'emploi mis en place par Pôle Emploi permettant d'acquérir les compétences qui leur manquent. "Dans ce cadre précis, il s'agit souvent de jeunes dont la première orientation choisie n'a pas été la bonne, et que nous intégrons sur des projets ciblés. Ce temps d'alternance ou de formation permet de les acculturer à notre environnement, à nos processus de travail. Le taux de recrutement définitif est de 90 %", souligne Dominique Parguel. Même constat chez Capgemini qui recrute 36 alternants sur les 274 recrutements prévus. "L'apprentissage fait partie de notre ADN, nous recrutons sur des profils Bac +2 à Bac +4 et sur des parcours de 12 mois à 3 ans. Ce format fonctionne, ces jeunes restent ensuite chez nous à 80 % ", indique Béatrice Fichera aux ressources humaines.

Lire aussi 3 mn[REPLAY] Startemploi : 9.020 intentions d'embauche à Bordeaux Métropole

Les "non-diplômés" intéressent la grande distribution

L'enseigne de grande distribution Carrefour n'a pas hésité à communiquer sur une promesse d'embauche de 15.000 jeunes pour moitié dans les quartiers populaires. Au Carrefour de Mérignac, les recrutements ont commencé : 40 alternants sont prévus pour 2021.

"Un contrat de douze mois en apprentissage, avec une journée par semaine de formation maison, sur place, pour éviter les problèmes de mobilité. L'objectif est de former ces jeunes à la polyvalence du magasin : drive, caisse, mise en rayon mais aussi bio et produits frais. Nous travaillons avec les Missions locales, Pôle emploi ainsi que l'Epide, une association qui accueille des jeunes en grande difficulté. Nos apprentis sont tous majeurs et sont pour 98 % sortis du système scolaire sans diplôme. Nous avons aujourd'hui cinq groupes de 8 à 12 jeunes motivés, sur 12 mois. Avant cette aide de l'état, nous les engagions sur des contrats de 6 mois", explique Fabrice Gravelle, manager RH au sein de Carrefour Mérignac.

Sur 100 recrutements prévus, 40 seront de jeunes apprentis formés, insérés dans le cadre de ce plan jeune.

Lire aussi 5 mnFormation : l'Ecole de la 2e chance face aux décrochages scolaires post-Covid

Ouvrir son propre programme de formation pour avoir des compétences sur mesure

Cette approche, déjà prisée par certaines filières qui connaissent des difficultés de recrutements n'est pas nouvelle. La tendance revient en force aujourd'hui. Des enseignes aussi variées qu'Orange, qui va développer son Campus autour de quatre domaines prioritaires (data/IA, cybersécurité, management et compétences pour tous), l'Oréal (Real campus by L'Oréal ouvert en 2020), Norauto (avec l'ouverture récente des "Garages écoles" qui vont accueillir 450 alternants) investissent désormais dans cette démarche. C'est également le pari d'Hubside.store, qui s'est doté de sa propre Academy en alternance pour l'ouverture de son réseau de boutiques, spécialisé dans les produits multimédias neufs et reconditionnés. L'enseigne prévoit un plan de développement ambitieux : 100 points de ventes seront déployés en 2021 ( 650 recrutements) en France et 300 d'ici à 2023. Leur école d'entreprise Hubside. Store Académie propose un parcours d'intégration et de formation en alternance, et recrute 164 alternants pour sa rentrée en 2021-2022, dont 18 alternants pour ses boutiques à Bordeaux, Bègles et Mérignac.

"Les formations existantes ne prennent pas en compte la totalité de nos métiers, nous avons besoin d'apporter un niveau de compétence supplémentaire notamment sur les techniques de vente, la relation client, la qualité d'écoute. Disposer de notre propre centre de formation nous permet d'insuffler les valeurs de l'entreprise, les savoir-faire qui lui sont propres et bien sûr de sécuriser un vivier de compétences. Le turnover dans nos métiers, c'est 20 % donc 130 à 150 personnes par an. Ce sont ces départs que nous prévoyons de combler par ce format de l'alternance", explique Jean-Pierre Galera, directeur général d'Hubside.store. De quoi être optimiste pour les jeunes bordelais.

Lire aussi 4 mnNouvelle-Aquitaine : l'emploi des cadres résiste mieux que prévu, sauf pour les jeunes

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.