E-commerce : "Cdiscount lancera le 1er avril sa filiale dédiée à son offre de marketplace BtoB"

 |  | 1685 mots
Lecture 9 min.
François Albenque, directeur du développement et des services de Cdiscount, et Thomas Metivier, directeur de la marketplace, de l'international, de la stratégie et de l'innovation.
François Albenque, directeur du développement et des services de Cdiscount, et Thomas Metivier, directeur de la marketplace, de l'international, de la stratégie et de l'innovation. (Crédits : Cdiscount)
INTERVIEW. Face au succès croissant de Vinted, Le Bon Coin et Mirakl, le géant français du e-commerce Cdiscount opère un double virage stratégique vers le marché de l'occasion et vers les distributeurs professionnels. Une filiale dédiée à une offre de marketplace BtoB sera ainsi créée le 1er avril 2021 avec une force de frappe de 250 salariés. De quoi initier de nouveaux relais de croissance pour un Cdiscount, toujours en quête de rentabilité. François Albenque, directeur du développement et des services, et Thomas Metivier, directeur de la marketplace, de l'international, de la stratégie et de l'innovation, répondent aux questions de La Tribune.

LA TRIBUNE - Après les partenariats conclus avec Geev fin 2019 puis Patatam mi 2020, vous venez de vous doter d'une offre entièrement dédiée au marché de l'occasion. Pourquoi ?

FRANÇOIS ALBENQUE, directeur du développement et des services - Parce qu'on se rend compte que c'est un marché très important, évalué autour de sept milliard d'euros pour sa seule dimension e-commerce, et qui est en plein essor avec une progression d'environ 15 % par an. En 2020, 60 % des Français ont déclaré avoir un acheté un produit d'occasion sur Internet, donc c'est un phénomène de masse et c'est important que le leader français du e-commerce soit aussi présent sur ce marché qui répond à une demande croissante de nos clients. Et puis ce marché de l'occasion en CtoC, de client à client, répond aussi à deux enjeux importants pour nous. Le premier est c'est la recherche de pouvoir d'achat des Français qui est impacté par la crise. Le deuxième c'est notre volonté d'accompagner nos clients dans cette démarche plus responsable et plus écologique. C'est une offre qui a donc vocation à se développer et à s'étoffer comme nous venons de le faire avec la vente de véhicules d'occasion.

L'enjeu est aussi d'aller concurrencer d'autres acteurs en forte croissance sur ce créneau tels que Le Bon Coin et Vinted...

Oui, tout à fait. C'est un marché qui progresse très vite et on va aller chercher de la différenciation avec notre approche de site multi-spécialiste qui permet de trouver aussi bien de l'informatique, de l'électroménager, du meuble, du vin ou du vêtement. Bref, une offre plus étoffée. D'autre part, on est en mesure de proposer à nos clients un parcours 100 % numérique avec des envois et livraisons assurés avec notre réseau partenaire Mondial Relay.

Ce virage vers l'occasion et le marché de la seconde main est-il aussi une manière d'anticiper la réglementation sur le réemploi et la fin de vie de vos produits ?

En effet, on est bien conscient de ces enjeux....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2021 à 16:59 :
Il est ou le SAV chez ces gens là svp ?
a écrit le 11/02/2021 à 15:18 :
Si c'est pour brancher leurs milliers de vendeurs chinois, ça me semble plus simple d'utiliser Oberlo.
a écrit le 11/02/2021 à 10:42 :
Un haut responsable d'un important site de Cdiscount à Cestas (Gironde) a été mis en examen lundi dernier à Bordeaux soupçonné du vol de données personnelles de potentiellement 33 millions de clients qui ont ensuite été proposées à la vente sur le Darknet, partie cachée d'internet, a-t-on appris vendredi de sources concordantes. Le cadre a été mis en examen des chefs d'"extraction frauduleuse de données contenues dans un système de traitement automatisé", d'"abus de confiance" et d'"escroquerie", "au préjudice de Cdiscount", sur la période du 1er octobre 2020 au 30 janvier 2021, selon le parquet qui confirmait une information du journal Sud Ouest.La justice soupçonne le cadre d'avoir téléchargé illégalement sur son ordinateur une base contenant potentiellement les données personnelles des quelque 33 millions de clients de la plateforme de vente en ligne, selon une source proche du dossier.
Réponse de le 12/02/2021 à 21:10 :
Cdiscount qui veut faire passer un responsable d entrepôt pour un haut cadre pour éviter le débat sur l absence de tout contrôle interne quant à l’accès de ses données clients...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :