Cdiscount va filialiser ses entrepôts (2/4)

 |   |  703  mots
Cdiscount opère à partir de 500.000 m2 d'entrepôts répartis sur trois pôles logistiques. Ici, celui de Cestas près de Bordeaux
Cdiscount opère à partir de 500.000 m2 d'entrepôts répartis sur trois pôles logistiques. Ici, celui de Cestas près de Bordeaux (Crédits : Cdiscount)
EXCLUSIF. Le géant bordelais du e-commerce Cdiscount s'apprête à créer une filiale qui lui appartiendra et qui abritera les activités de ses entrepôts. Objectifs : gagner en agilité et commercialiser plus facilement ses compétences en la matière auprès de vendeurs tiers. Le sujet est désormais vital chez les e-commerçants, tant la rapidité de la livraison et les facilités proposées sont devenues essentielles aux yeux des internautes. Second volet de notre enquête consacrée au colosse français.

Cdiscount va filialiser dans les prochaines semaines des éléments stratégiques pour tout e-commerçant : ses entrepôts, et donc ses activités logistiques. Soit 500.000 m2 répartis sur trois pôles logistiques : Paris Ile-de-France, Bordeaux-Cestas et Lyon-Andrézieux. Le 1er janvier 2019, Pierre-Yves Escarpit, directeur général adjoint de Cdiscount en charge de la supply chain, prendra la tête de cette nouvelle filiale baptisée Clogistique. Le leader français des sites d'e-commerce, qui a confirmé l'information à La Tribune, précise que rien ne changera pour les salariés qui travaillent dans ces entrepôts, les conditions restant identiques. Cette filiale appartiendra à 100 % à Cdiscount. Plus précisément, elle sera, selon une source syndicale, détenue à 85 % par Cdiscount et à 15 % par Easydis, filiale logistique du groupe Casino en France, créée en juillet 2000. Cette dernière est dédiée aux activités de préparation de commandes magasin et de livraison pour ses principales enseignes du groupe en France. C'est notamment Easydis qui opèrera le futur entrepôt de 60.000 m2 de Cdiscount à Andrézieux, dans la Loire.

Un double objectif

Pourquoi ce choix stratégique ? Cdiscount se contente d'expliquer que la logistique obéit à ses propres enjeux, sans donner pour l'heure plus de détails.

"L'objectif est probablement double", complète un bon connaisseur du sujet. "Filialiser ses entrepôts peut permettre à Cdiscount de vendre plus facilement à des e-commerçants tiers ses activités logistiques. D'autre part, une filiale peut lui donner davantage d'agilité et donc l'autoriser à aller plus vite dans ses prises de décision sur les sujets logistiques. Par exemple, en entrant rapidement au capital des startups qui testent leurs solutions au sein de l'incubateur de solutions logistiques The Warehouse fondé par Cdiscount."

La mécanique est simple : plus la startup avance dans ses phases de test, à condition que ces derniers soient concluants, et plus elle se retrouve en position de force en prenant de la valeur. Potentiellement, la jeune pousse peut donc faire monter les enchères. Si Cdiscount raccourcit ses process de décision, elle peut éviter d'être dans la position du client et devenir plus rapidement actionnaire des pépites qu'elle a repérées. Voir les acquérir.

La logistique, point fort de Cdiscount

La logistique et donc la capacité à livrer rapidement sont devenues, avec le prix, un des éléments primordiaux qui font le succès d'un marchand en ligne. Face à un Amazon qui a lourdement investi sur le sujet et popularisé l'idée d'une livraison très bon marché et très rapide, Cdiscount, distancé bien que n°2 du e-commerce en France, se devait de bouger. La livraison à J+1, voir le jour même, devient incontournable. Parallèlement, la multiplicité des points de retrait, la possibilité de suivre en temps réel le colis, la précision des livraisons que l'on peut affiner, font aussi l'objet d'attentes fortes des consommateurs. Cdiscount propose aujourd'hui la livraison le jour même à Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Strasbourg et Marseille et permet en outre à ses clients parisiens de choisir des créneaux horaire.

"S'il y a bien un axe où Cdiscount joue à armes égales avec les gros, c'est bien la logistique locale, observe un concurrent. Aussi gros soit Amazon, ils sont bien obligés d'avoir des entrepôts en France pour livrer leurs clients. Là, la stratégie de Cdiscount d'innover sur ce sujet et de créer un écosystème autour de cette problématique est très pertinent. Ils peuvent d'ailleurs aider un certain nombre de petits acteurs verticaux et spécialisés dans des solutions de supply chain très évoluées. Cdiscount est un grand chêne, alors s'il peut aider des petites pousses par sa capillarité nationale et son inertie rassurante, ça peut être un pari gagnant."

En interne, 500 des 1.800 salariés de Cdiscount basculeront, selon une source syndicale, dans le giron de la nouvelle filiale Clogistique.

/////////////////////////////

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :