Cdiscount ouvre sa porte à des startups pour révolutionner la logistique

 |   |  747  mots
NoMagic.AI développe un robot capable de sélectionner un produit en vrac et de l'empaqueter.
NoMagic.AI développe un robot capable de sélectionner un produit en vrac et de l'empaqueter. (Crédits : Cdiscount)
Cdiscount, dont le siège social est basé à Bordeaux, a inauguré vendredi à Canéjan son incubateur de startups, "The Warehouse", dédié à l’innovation logistique. Cinq jeunes pousses font partie de la première "promotion", toutes retenues pour répondre aux problématiques liées à la pénibilité du port de charge, à l’automatisation, à la gestion des flux et à la flexibilité du process. Les robots sont bien évidemment présents, mais pas que...

Des robots qui vont chercher des bacs de produits sur des étagères pouvant atteindre 10 mètres de haut, et les apportent aux opérateurs afin de leur permettre d'assembler les commandes passées sur internet. Ce n'est pas de la science-fiction, c'est le produit développé par la startup Exotec Solutions et testé depuis 2016 au sein de l'entrepôt de Cdiscount à Cestas près de Bordeaux. Objectif pour le leader français du e-commerce, filiale du groupe Casino : optimiser sa préparation de commandes. Pour les opérateurs, le gain est évident :

"Ce système nous fait gagner du temps, on est moins fatigué et c'est ludique", reconnait Carole, préparatrice de commandes chez Cdiscount.

Exotec

Les robots d'Exotec montent sur des étagères de 10 mètres de haut (crédit HL).

Un produit concluant donc pour Cdiscount. Mais c'est aussi le modèle collaboratif qui a séduit le géant du e-commerce qui a décidé de créer son propre incubateur de startups "The Warehouse" à Canéjan, en Gironde, pour réinventer les solutions logistique de demain.

"Avec The Warehouse, l'enjeu est de créer la supply chain 4.0, essentielle et stratégique", a déclaré Emmanuel Grenier, PDG de Cdiscount.

Cdiscount

Emmanuel Grenier, PDG de Cdiscount, Pierre-Yves Escarpit, directeur des opérations de l'e-commerçant et Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, lors de l'inauguration (crédit HL).

Un terrain de jeu de 500 m2

Ce nouvel espace, dédié à l'innovation logistique, est composé d'un entrepôt entièrement recréé sur 300 m2 et d'un espace de co-working de 200 m2. L'occasion pour les startups de mettre au point des applications logicielles ou robotiques, voire d'intelligence artificielle, de tester leurs innovations en conditions réelles, mais aussi et surtout de valider leur business model et d'accélérer leur accès au marché.

"Cela nous permet d'avoir plus de chance de réussir", reconnait simplement Sébastien Ecault, cofondateur et dirigeant de la société E-cobot.

Cinq startups ont intégré les locaux de The Warehouse à la suite d'un premier appel à projets portant sur les problématiques liées à la pénibilité du port de charge, à l'automatisation, à la gestion des flux et à la flexibilité du process.

Ainsi, Ez-Wheel, a conçu un système de roues électriques autonomes permettant une assistance au déplacement de charges lourdes en entrepôt. HRV développe des solutions pour prévenir l'apparition de troubles musculo-squelettiques. NoMagic.AI, éditeur d'algorithmes, permet d'apprendre des tâches de manipulation à des robots collaboratifs. E-cobot conçoit des solutions cobotisées pour améliorer la performance industrielle. "On parle bien de cobot et non de robot dans la mesure où il ne remplace pas l'homme. Il l'aide", insiste Sébastien Ecault. Enfin, ShopRunBack propose d'améliorer l'expérience client pour le retour des colis lourds.

HRV

Pierre Foubert, commercial pour la startup HRV, teste sa solution (crédit HL).

6 à 8 mois d'accompagnement

Dès leur entrée dans "The Warehouse", les startups ont entre 6 à 8 mois pour mettre au point leur produit. Pour y parvenir, elle travaillent aux côtés d'experts métiers de la supply chain et participent à des ateliers, organisés chaque semaine pour contextualiser leurs solutions et obtenir des retours opérationnels sur la pertinence de leur design.

"Les grands groupes qui parrainent des startups, c'est un modèle que j'aime bien", souligne Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine.

Mais au delà de cet aspect, c'est un plaidoyer en faveur de la robotisation qu'il déroule :

"Je préfère automatiser des tâches et ainsi voir disparaitre certains métiers. Le robot est une réponse à la pénibilité et la dépénibilisation, c'est mon ADN."

35 millions de colis expédiés par an

La Région Nouvelle-Aquitaine a financé le projet d'incubateur à hauteur de 150.000 € pour un investissement total dont le montant total est gardé secret par Cdiscount. Le spécialiste du e-commerce non alimentaire avance en revanche d'autres chiffres. Le site de Cdiscount a réalisé un volume d'affaire de plus de 3,4 milliards d'euros en 2017 (+ 10% en un an) avec 35 millions de produits expédiés. Le chiffre d'affaires de l'ensemble est ressorti à 2,122 Md€ en 2017, en hausse de 9,3 % par rapport à 2016. Cdiscount, ce sont aussi 500.000 m2 d'entrepôts dont 110.000 à Cestas. Les capacités de stockage ont été augmentées de 70% au sein de ses 3 pôles-clés en France : Bordeaux, Paris et Lyon.

Cdiscount

Cdiscount possède plusieurs entrepôts de stockage à Cestas, sur 110.000 m2 (crédit HL).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2018 à 16:02 :
Beaucoup d’anglicismes pour faire moderne et efficace, mais en fait beaucoup de processes déjà existant renforcés par des robots sans doute de plus en plus perfectionnés ......
Réponse de le 21/06/2018 à 11:18 :
et donc ? J'ai pas compris le fond de votre pensée.
Au passage en Français on dit processus et pas process.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :