Pour ses dix ans, Aérocampus vise l'international et les métiers des jets privés

 |  | 827 mots
Lecture 4 min.
Au château de Latresne, en Gironde, Aérocampus dispose d'un vaste parc d'appareils pour ses 300 élèves en formation initiale.
Au château de Latresne, en Gironde, Aérocampus dispose d'un vaste parc d'appareils pour ses 300 élèves en formation initiale. (Crédits : Aérocampus)
L'association Aérocampus Aquitaine fêtera ses dix ans en 2021 après un atterrissage positif en 2020 malgré les fortes turbulences traversées. Spécialisée dans la formation initiale et continue aux métiers de la maintenance aéronautique, ce campus unique en Europe est particulièrement sollicité à l'international et lance une nouvelle formation haut de gamme pour les personnels navigants des jets privés.

"Une année étonnante", sourit Jérôme Verschave, le directeur général d'Aérocampus Aquitaine, lorsqu'on l'interroge ce 9 février sur bilan de l'exercice écoulé avant d'expliciter sa pensée :

"Le chiffre d'affaires de nos activités évènementielles s'est effondré de -70 % et nous avons tout fermé pendant deux mois au printemps dernier en plaçant l'ensemble des équipes en chômage partiel. Mais, malgré tout, nous allons dégager en 2020 un résultat positif d'environ 200.000 euros, pas très loin des résultats habituels ! C'est une très bonne nouvelle puisque le chiffre d'affaires s'établit à 6,5 millions d'euros contre 8 millions en 2019. Ce qui nous a sauvé c'est le chômage partiel !"

L'association, créée en 2011 et financée à hauteur de 25 % par le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, emploie une soixantaine de salariés en direct auxquels s'ajoutent des personnels de l'Education nationale et des intervenants indépendants. Centrée sur les métiers de la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :