Flying Whales : le plus grand dirigeable du monde volera en Nord Gironde en 2024

 |   |  1239  mots
Stéphane Bougon, PDG de Flying Whales, Alain Rousset, président du conseil régional, Jean-Paul Labeyrie, maire de Laruscade, Eric Happert, président de la communauté de communes Latitude Nord Gironde et Lydia Héraud, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine.
Stéphane Bougon, PDG de Flying Whales, Alain Rousset, président du conseil régional, Jean-Paul Labeyrie, maire de Laruscade, Eric Happert, président de la communauté de communes Latitude Nord Gironde et Lydia Héraud, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine. (Crédits : PC / La Tribune)
C'est donc à Laruscade, dans le nord de la Gironde, que l'entreprise Flying Whales installera sur 50 hectares son site de fabrication de dirigeables géants. Une annonce faite conjointement avec la Région Nouvelle-Aquitaine, actionnaire et partenaire stratégique du projet. Cette implantation industrielle de 75 M€ promet de 200 à 300 créations d'emplois à l'horizon 2025, un an après le 1er vol prévu en 2024. Origines, implantations, marchés et modèles économiques : retour sur ce programme aéronautique hors normes.

Comme en juin 2019 au Salon du Bourget, lors de l'annonce du choix de la Nouvelle-Aquitaine au détriment notamment d'Auvergne-Rhône-Alpes et de la Région Sud, Stéphane Bougon, président directeur général de Flying Whales (baleines volantes), et Alain Rousset, président du Conseil régional, étaient côte à côte ce lundi 20 juillet pour officialiser le site qui accueillera la première usine au monde de fabrication de dirigeables géants.

Lire aussi : Dirigeables : Flying Whales choisit la Nouvelle-Aquitaine pour implanter sa ligne d'assemblage

C'est donc dans le ciel de Laruscade, commune de 2.800 habitants au croisement du Blayais, du Libournais et de la Charente, que le premier dirigeable LCA60T (Large capacity airship 60 tons) volera en 2024. Il sera difficile de passer à côté tant l'aéronef sera imposant : 154 mètres de longueur pour 40 de haut et 60 de large ! Le tout propulsé grâce à un moteur hybride thermique et électrique mais volant tout simplement grâce à de l'hélium. Un projet conçu au départ pour répondre à une problématique de l'Office national des forêts (ONF) pour ramasser du bois dans des zones inaccessibles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2020 à 9:20 :
Il est évident que le rapport poids puissance est tout simplement inversé par rapport à ces gigantesques mais surtout ultra lourds porte containers et autres bateaux croisières propulsés par de toutes petites hélices, ce gros truc porté par l'hélium consommera beaucoup moins même avec un moteur thermique.

Une belle idée, un peu risquée certes mais bon au moins une idée !
a écrit le 21/07/2020 à 2:32 :
Ce dirigeable aura pour but de ramasser du bois en zone difficile d'acces, ai-je bien lu ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :