Emploi : pourquoi Ethypik recrute dans la rue

 |  | 1007 mots
Lecture 5 min.
Nicolas Morby est le fondateur et dirigeant de la startup Ethypik qui part à la rencontre des demandeurs d'emploi dans la rue
Nicolas Morby est le fondateur et dirigeant de la startup Ethypik qui part à la rencontre des demandeurs d'emploi dans la rue (Crédits : Ethypik)
Appliquer les techniques des collectes de dons dans la rue au secteur du recrutement : c'est le modèle défendu par la startup Ethypik accompagnée par Technowest à Bordeaux et Rhizom à Paris. Son fondateur Nicolas Morby en est convaincu : pour toucher des publics qui restent dans l'angle mort des processus de recrutements, il faut aller les rencontrer dans la rue avec des outils adaptés. Explications sur les ambitions et le modèle économique de cette jeune entreprise créée en avril 2020.

Les 27, 28 et 29 octobre, ils étaient cinq collaborateurs d'Ethypik à arpenter les allées du centre commercial de Bordeaux Lac, la place Jean Cayrol à Ginko et la place de l'Europe au Grand Parc. Objectif : aller à la rencontre des passants pour leur proposer un questionnaire rapide en vue de mieux cerner leur profil et de leur proposer un emploi. Un peu plus d'un mois plus tard, les résultats sont là assure à La Tribune Nicolas Morby, le fondateur et dirigeant de cette startup : 768 contacts ont été noués, 104 personnes ont été retenues et 40 sont aujourd'hui en poste en CDD ou en CDI, à temps partiel ou à temps plein. Principalement dans des emplois de service à la personne.

Lire aussi : Recrutement, emploi, formation : ces startups bordelaises qui font bouger les lignes

Depuis sa création en avril 2020, en plein confinement, Ethypik, qui est incubée à la fois chez Rhizome, à Paris, et chez Technowest, à Bordeaux, indique avoir placé 70 candidats auprès de sept entreprises en Ile-de-France et en Gironde.

"Seulement 30 % des 104 personnes sélectionnées à Bordeaux fin octobre avaient un diplôme. Notre volonté c'est de toucher tout le monde et notamment d'aller rencontrer des personnes qui ont abandonné...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :