Territoires zéro chômeur : les clés pour comprendre cet outil expérimental

 |  | 1276 mots
Lecture 7 min.
Dans l'atelier bois de l'Esiam, divers objets et du mobilier extérieur sont fabriqués à partir de palettes recyclées destinées à l'enfouissement.
Dans l'atelier bois de l'Esiam, divers objets et du mobilier extérieur sont fabriqués à partir de palettes recyclées destinées à l'enfouissement. (Crédits : Laurie, Esiam)
La ville de Bordeaux est officiellement candidate à l’expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée qui devrait être étendue dans les prochains mois. Déjà testé dans dix territoires depuis 2017, ce dispositif a permis à des demandeurs d’emploi d’être embauchés en CDI dans des entreprises de l'économie sociale et solidaire dites entreprises à but d'emploi (EBE) pour des activités non couvertes par le secteur privé des bassins d'emploi concernés. 76 personnes ont ainsi repris le chemin du travail à Mauléon, seul territoire à avoir expérimenté ce dispositif en Nouvelle-Aquitaine.

Natacha, au chômage depuis cinq ans, a intégré l'Esiam, en juillet 2017. Quatre ans plus tard, elle l'avoue sans détour : "Je suis très fière de ce que je fais et de venir au boulot." L'Esiam, c'est le nom de l'entreprise à but d'emploi (EBE) créée sur le territoire du Grand Mauléon (Deux-Sèvres) dans le cadre de l'expérimentation nationale Territoires zéro chômeur de longue durée (TZCLD) qui a débuté en 2017 dans dix territoires français. Mais de quoi parle-t-on exactement ?

"Le mécanisme est simple, assure à La Tribune Laurent Grandguillaume,  président de l'association TZCLD. Le coût du chômage est évalué à 40 milliards d'euros par an, ce qui représente 18.000 euros par an et par personne. Face à cela, le coût d'un Smic s'élève à 20.000 euros par an. L'idée est donc de mobiliser le coût du chômage pour financer une bonne partie d'un nouvel emploi qui ne réside que sur des activités n'entrant en concurrence avec personne sur le territoire. Ensuite, le modèle économique s'équilibre avec le chiffre d'affaires de l'entreprise à but d'emploi (EBE) créée pour l'occasion. Il y a d'un coté un coût, de l'autre un investissement."

L'anticipation de Mauléon

Bilan de ces premières expérimentations : "Sur les dix premiers territoires, près de 1.000 personnes ont été embauchées en CDI dans treize EBE et nous avons démontré qu'il était possible d'éradiquer la privation durable d'emploi de longue durée dans trois des dix territoires avec seulement deux années pleines d'exercice des entreprises à but...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2020 à 17:43 :
Si il n'y a plus de chômeurs, que vont devenir les politiciens carriéristes..
(A qui je vais vendre mon shit? si plus de candidats et pas répercussion de stressés au taf)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :