"Le projet territoire zéro chômeur ne doit pas résumer la politique de l'emploi à Bordeaux"

 |  | 774 mots
Lecture 4 min.
Catherine Fabre est députée LREM de Gironde depuis 2017 et conseillère municipale de Bordeaux depuis l'été dernier.
Catherine Fabre est députée LREM de Gironde depuis 2017 et conseillère municipale de Bordeaux depuis l'été dernier. (Crédits : Assemblée nationale)
Alors que la ville de Bordeaux candidate officiellement à l'expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée (TZCLD), Catherine Fabre, députée LREM de Gironde et conseillère municipale d'opposition, explique à La Tribune pourquoi elle soutient le projet mais aussi quelles en sont les limites pratiques. "Ce n'est pas une politique de l'emploi de grande échelle. Au mieux, cela concernera entre 60 et 80 bénéficiaires dans un quartier bien précis de Bordeaux et d'ici 18 mois à deux ans", rappelle-t-elle.

LA TRIBUNE - Le groupe Renouveau Bordeaux, auquel vous appartenez, et le groupe Bordeaux Ensemble soutiennent le projet de la majorité municipale d'une candidature de Bordeaux pour expérimenter le dispositif TZCLD dans le quartier du Grand Parc. Vous avez aussi voté la proposition de loi à l'Assemblée nationale.  Pourquoi ?

CATHERINE FABRE - Parce que c'est un beau dispositif qui se donne pour promesse d'arriver à mettre en relation les besoins d'un territoire et les personnes qui y vivent. Ce sont souvent des services pas rentables, et où il n'y a donc pas d'offre dans le secteur marchand, mais qui apportent néanmoins une valeur ajoutée à la société : services à la personne et de proximité, arrosage et entretien, sensibilisation à l'environnement, etc. Ce que propose l'expérimentation c'est de financer ces services et d'embaucher en CDI des demandeurs d'emploi de longue durée. C'est un projet de territoire gagnant-gagnant qui...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :