L'aéroport de Bordeaux se dote d'une nouvelle jetée internationale

Dans un contexte toujours compliqué pour le secteur aérien, l'aéroport de Bordeaux Mérignac a inauguré ce 7 octobre sa nouvelle jetée internationale mise en service au début de l'été. Objectif : améliorer la qualité de service et la performance environnementale de la plateforme aéroportuaire alors que la saison estivale a plafonné à 55 % de son niveau de 2019 et qu'un accord de rupture conventionnelle collective court jusqu'au 31 décembre.

4 mn

La nouvelle jetée internationale de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac.
La nouvelle jetée internationale de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac. (Crédits : Agence APPA)

Le soleil était au rendez-vous et les sourires s'affichaient sur tous les visages ce jeudi matin à l'aéroport de Bordeaux Mérignac pour l'inauguration officielle de la nouvelle jetée internationale du hall A. Dessiné par le cabinet Dufon Architectes, ce bâtiment abritant quatre salles d'embarquement, des commerces et des sas de contrôle aux frontières modernisés, déroule ses 3.000 m2 au pied de la tour de contrôle. "C'est une avancée majeure dans le projet de modernisation et de transition de l'aéroport en répondant à nos deux priorités qui sont d'améliorer notre qualité de service et d'améliorer notre performance environnementale", souligne Simon Dreschel, le nouveau président du directoire de la plateforme qui a pris ses fonctions au mois d'août.

Lire aussi 3 mnAéroport de Bordeaux Mérignac : Simon Dreschel nommé président du directoire

La jetée, certifiée HQE (haute qualité environnementale), apportera ainsi des gains en termes de consommation énergétique (-10 % par rapport à la règlementation thermique 2012, selon l'aéroport), d'isolation sonore et thermique, de qualité de l'air ou encore de récupération des eaux de pluie et des déchets. L'aéroport, certifié ISO 14.001 depuis décembre 2020 (système de management environnemental), vise ainsi la neutralité carbone en 2030 avec compensation pour ses activités propres, c'est-à-dire sans compter les vols. Un projet de géothermie est également à l'étude.

Une saison estivale à 55 % de son niveau de 2019

Cette inauguration est "un signe résolument optimiste", insiste Simon Dreschel, "un formidable message d'espoir", ajoute Patrick Seguin, le président de la CCI Bordeaux Gironde, alors que le transport aérien n'est pas encore sorti de l'ornière. Mais les signaux de reprise commencent à apparaître.

"Le mois d'août a été relativement bon avec un niveau inférieur de 40 % à celui de 2019. Nous devrions finir l'année 2021 à près de trois millions de voyageurs [contre 2,3 millions en 2020 et 7,1 millions en 2019, NDLR]. Le retour au niveau de trafic d'avant crise, à Bordeaux comme ailleurs, est toujours prévu sur trois ou quatre ans", indique le président du directoire.

Aéroport de Bordeaux Mérignac

Patrick Seguin et Simon Dreschel, ce jeudi 7 octobre 2021 (crédits : Agence APPA).

Plus précisément, le trafic de la saison estivale 2021 s'établit à environ 55 % de son niveau d'avant-crise, ce qui est au-dessus des anticipations de début d'année. "Sur l'automne, les prévisions sont plutôt favorables jusqu'à fin 2021 mais nous avons peu de visibilité puisque les programmations des compagnies comme les réservations des passagers se font désormais à très court terme, presque d'un mois sur l'autre", complète Jean-Luc Poiroux, le directeur du développement de l'aéroport. Au rayon des signaux positifs, il table notamment sur le retour de la clientèle des îles britanniques avec la sortie de la pandémie et sur le retour, dès cet hiver, de liaisons vers le Canada (Air Transat et Air Canada) et la Guadeloupe (Corsair). Les compagnies low cost sont, elle, déjà au rendez-vous.

Lire aussi 10 mnTourisme : quelles sont les tendances de voyage cet hiver ?

Quant à l'aviation d'affaires, segment sur lequel l'aéroport entend progresser, elle reprend également, notamment portée par les deux Falcon affrétés par Dassault Aviations deux fois par semaine pour pallier la suppression de la navette Air France vers Orly. Enfin, la rupture conventionnelle collective (RCC) actée en février dernier court toujours jusqu'au 31 décembre. Pour rappel, elle ouvre un plan de départs de 55 salariés sur la base du volontariat et est assortie d'une indemnisation bonifiée et d'une possibilité d'accompagnement à la reconversion professionnelle. Parmi les 55 départs envisagés, soit un quart de l'effectif de l'aéroport, 28 postes seront supprimés définitivement tandis que 27 ont vocation à être pourvus progressivement lorsque l'activité redémarrera réellement.

Lire aussi 3 mnL'aéroport de Bordeaux se sépare d'un quart de ses effectifs

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.