Carrefour booste le déploiement national de So.bio

Passer de huit à 90 magasins So.bio en trois ans. Tel est le pari de Carrefour qui a racheté l’enseigne spécialiste de produits bio lancée en 2005 en Gironde et qui entend désormais peser sur le plan national. Pour accélérer le développement de So.bio, le groupe a débloqué des moyens financiers mais sans opérer de rapprochement entre la grande distribution et la distribution spécialisée. C’est So.bio qui pilote le pôle bio spécialisé de Carrefour.

4 mn

L'enseigne So.bio compte aujourd'hui 51 points de vente.
L'enseigne So.bio compte aujourd'hui 51 points de vente. (Crédits : So.bio)

Reims, Paris, Nancy, Orléans, Cournon d'Auvergne ou encore Saint-Jean-de-Maurienne. Historiquement présents dans le sud de la France, des magasins So.bio ouvrent désormais partout en France à un rythme très soutenu. Alors qu'il y avait seulement huit points de vente en 2019, il en existe aujourd'hui 51. Ils seront un peu moins de 70 à la fin de l'année et 90 en 2022 ! Sous l'impulsion de Carrefour, qui a racheté l'enseigne spécialisée dans le bio en 2018, So-bio se développe via l'ouverture de succursales, le rachat de magasins et la croissance du nombre de franchisés.

Lire aussi 5 mnLes entreprises du bio ont connu une croissance soutenue en 2020 (1/3)

"So.bio bénéficie de la force de frappe du groupe Carrefour qui a renforcé les moyens financiers mis à sa disposition pour prendre à bail les nouveaux locaux, investir dans des travaux d'aménagement ou encore dans des montants de stock. So.bio bénéficie également du travail des équipes Carrefour en charge du développement du parc ce qui lui permet d'accéder à une banque de données pour l'acquisition de nouveaux locaux", détaille Benoît Soury, directeur du marché bio pour le groupe Carrefour, interrogé par La Tribune.

Pas de rapprochement avec la GMS

En revanche, pour le reste, et en particulier sur la question du positionnement tarifaire, Benoît Soury, auparavant directeur général du distributeur spécialisé de produits bio La Vie Claire, insiste :

"Il n'y a pas eu de changement ! L'enseigne conserve son équipe achat, son autonomie sur le choix des fournisseurs et de la négociation avec les fournisseurs. Il n'y a aucun lien sur les achats entre Carrefour et So.bio et aucun produit de la marque Carrefour chez So.bio. Il n'y a aucune marque commune."

Il y a donc d'un côté la grande distribution, de l'autre le réseau spécialisé et enfin le e-commerce, via le site Greenweez racheté en 2016. "Nous souhaitons continuer à investir sur ces trois volets", prévient Benoît Soury qui n'exclut pas de nouvelles opérations de croissance externe dans le domaine de la distribution spécialisée.

Lire aussi 3 mnLa concentration dans le secteur du bio suscite des interrogations (2/3)

So.bio en pilote

"Carrefour est leader de la distribution de produits bio dans la grande distribution avec 23 % de parts de marché. Nous ne sommes pas leader dans la distribution spécialisée mais nous avons l'ambition de la développer et c'est So.bio qui est la pierre angulaire de ce développement", explique Benoît Soury.

Les équipes de So.bio pilotent et gèrent, en l'occurrence, les magasins So.bio mais aussi les magasins Bio c' Bon, également rachetés par Carrefour en 2020. Les points de vente So.bio sont situés en périphérie pour une surface comprise entre 300 et 800 m2, ceux de Bio c' Bon en centre-ville (entre 200 et 200 m2).

Hors magasin, So.bio compte 50 collaborateurs à Canéjean (Gironde), où est situé le siège social de la société. Une vingtaine de salariés sont également mobilisés sur le terrain pour le développement du réseau. "Nous avons multiplié par trois les effectifs de So.bio", assure Benoît Soury qui annonce également la création de quatre postes d'acheteurs régionaux. L'enseigne souhaite développer l'offre en produits locaux. "Le local qui représente aujourd'hui 8 % de l'offre produit et du chiffre d'affaires est en croissance. Nous pourrons doubler dans les deux ou trois ans", assure Benoît Soury.

Lire aussi 4 mnMade in France ou équitable : quand le bio ne suffit plus, il faut encore se démarquer (3/3)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 04/10/2021 à 13:16
Signaler
Le "Bio" de la grande distribution, c'est du bio industrialisé. C'est mieux que la "m...e" de l'agroindustrie, mais on est loin du compte si on prend en compte tous les paramètres qui garantissent un vrai "Bio".

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.