Où en est le marché immobilier à Bordeaux et en Nouvelle-Aquitaine ?

Après 18 mois de stop & go sur le marché immobilier, les prix des appartements dans l'ancien continuent d'afficher un dynamisme certain dans la plupart des grandes villes de Nouvelle-Aquitaine, à l'unisson de la tendance nationale, selon Seloger. Le tout sur fond de taux d'intérêt qui restent très bas. Le marché des maisons semble, lui, marquer le pas dans la métropole bordelaise.

3 mn

Alors que la construction de logements neufs marque le pas dans la métropole bordelaise, le prix des appartements anciens continue de grimper.
Alors que la construction de logements neufs marque le pas dans la métropole bordelaise, le prix des appartements anciens continue de grimper. (Crédits : Agence APPA)

"Pas de répit pour la hausse des prix dans les grandes villes françaises", observe Michel Mouillart, le directeur scientifique de la plateforme SeLoger, mettant en avant une hausse des prix des appartements anciens au moins égale à +5 % sur un an dans 85 % des villes de plus de 100.000 habitants. En août 2020, cette proportion n'était que de 68 %. Ainsi, toujours selon la plateforme, les prix signés dans l'immobilier ancien en France entière ont progressé de +3.4 % sur 12 mois en août 2021, comme en août 2019 et en août 2020, contre +4.8 % à la fin de l'année dernière.

Lire aussi 6 mnImmobilier: les villes qui restent attractives pendant la crise Covid, celles qui ont moins la cote

Cette tendance à la hausse qui se maintient est tirée d'abord par le prix des appartements anciens : +6,8 % sur un an en août 2021 à 4.024 €/m2 en France entière, contre +4.2 % en juillet 2020, à la sortie du 1er confinement, et +3.6 % en juillet 2019, lorsque le marché était au mieux de sa forme. En parallèle, les prix des maisons anciennes affichent un léger recul (-1,2 %) sur douze mois. "Le resserrement de l'accès au crédit constaté en juillet a découragé une partie de la demande, celle qui depuis quelques mois avait retrouvé un certain dynamisme et remplacé les néoruraux", considère Seloger.

Lire aussi 4 mnLe périurbain, un « mode de vie » plus apprécié qu'il n'y paraît

La tendance est peu ou prou la même en Nouvelle-Aquitaine où neuf des dix agglomérations mesurées par Seloger affichent des hausses des prix des appartements anciens sur un an à fin août 2021. Voici le détail des niveaux moyens des prix relevés et de l'évolution sur douze mois dans les grandes villes de la région :

A noter qu'à l'instar du décrochage constaté à l'échelle nationale, les prix des maisons anciennes dans la métropole bordelaise enregistrent une baisse sensible sur douze mois avec un recul de -5,6 % à 4.523 €/m2. Pour Michel Mouillart, "un profond changement a à peu près partout transformé le marché des maisons [dans les métropoles] : l'attrait de la maison individuelle n'est plus aussi fort qu'auparavant et la demande solvable capable d'acquérir les biens proposés s'est progressivement épuisée ; d'autant que les financements bancaires espérés durant les confinements sont de plus en plus difficiles à obtenir."

Lire aussi 7 mnImmobilier : les villes moyennes ont-elles vraiment le vent en poupe autour de Bordeaux?

Du côté des taux appliqués aux crédits immobiliers accordés par les banques en Nouvelle-Aquitaine, le baromètre Emprunt-direct observe une stabilité, à des niveaux qui restent donc historiquement bas. Pour une durée de 20 ans, les taux oscillent entre 0,85 % et 1,25 % en fonction de la qualité des dossiers des emprunteurs tandis que pour les emprunts étalés sur 25 ans les taux se situent entre 1,05 % et 1,55 %. Sur le trimestre écoulé, la durée moyenne des crédits immobiliers négociés par ce courtier s'établit à 23,2 ans pour un taux moyen de 1,26 %.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.