« 15 % à 20 % des TPE/PME sont des entreprises zombies qui ne survivront pas à la crise »

 |  | 1869 mots
Lecture 10 min.
Stéphane Regnier dirige RCA Consulting, une entreprise basée en Gironde spécialisée de la gestion financière des TPE et PME.
Stéphane Regnier dirige RCA Consulting, une entreprise basée en Gironde spécialisée de la gestion financière des TPE et PME. (Crédits : RCA Consulting)
INTERVIEW. "Pour pouvoir redémarrer leur activité tout en remboursant le Prêt garanti par l'Etat, ces entreprises vont devoir afficher un chiffre d'affaires équivalent à 120 % ou 130 % de celui de 2019... On se demande bien comment ça pourrait arriver !", observe Stéphane Regnier, le directeur général de RCA Consulting, qui ne croit pas au scénario d'une reprise euphorique. Ce spécialiste de la trésorerie des TPE et PME analyse pour La Tribune l'équation particulièrement dangereuse de la sortie de crise pour 15 à 20 % des petites et moyennes entreprises. "Ça sent le roussi...", prévient-il.

LA TRIBUNE - Quelles sont les problématiques financières rencontrées par vos clients dirigeants de TPE et de PME ?

STÉPHANE REGNIER, directeur général de RCA Consulting - Le contexte que nous traversons aujourd'hui est très particulier et pourrait devenir explosif quand le gouvernement donnera un calendrier crédible de sortie de la crise sanitaire et des aides qui vont avec. Beaucoup d'entreprises ne savent tout simplement pas comment elles vont faire pour effectivement redémarrer leur activité ! Leur problématique c'est notamment de savoir comment sortir du PGE (prêt garanti par l'Etat) : est-ce qu'il faut le rembourser ou est-ce qu'il vaut mieux le garder et, si oui, avec quelles modalités ?

Le problème c'est que pour prendre une bonne décision, dans des situations qui peuvent être extrêmement différentes, il faut s'appuyer sur des simulations fiables. Or, les TPME et PME disposent de très peu d'outils de gestion prévisionnelle de la trésorerie. Elles sont donc très nombreuses à se retrouver dans le brouillard à bidouiller des tableaux Excel qui ne leur apportent pas de réponses !

Quels sont les principaux paramètres à prendre en compte avant de décider vis-à-vis du PGE ?

Le PGE concerne 670.000 entreprises, soit environ une entreprise sur six. Nombre d'entre elles sont aujourd'hui en demeure de prendre une position sur le PGE sans avoir les bonnes cartes en main. D'autant que, déjà avant la crise, les entreprises françaises souffraient d'une rentabilité moyenne inférieure à celles constatées dans la plupart des pays européens. Cela peut être lié à la fiscalité importante en France et à des besoins en fonds de roulement élevés à cause de structures lourdes. Mais cela signifie surtout que pour être en mesure de redémarrer leur activité tout en remboursant le PGE, ces entreprises vont devoir afficher une rentabilité plus élevée qu'avant la crise. En d'autres termes, il va leur falloir afficher un chiffre d'affaires équivalent à 120 % ou 130 % de celui enregistré 2019, et ça on se demande bien comment ça pourrait arriver !

Cela pourrait-être le cas avec un scénario optimiste de reprise vigoureuse dès le second semestre...

Je ne crois pas vraiment à un scénario de l'euphorie du jour au lendemain avec la fin de la crise sanitaire. Il va bien sûr y avoir un effet rebond mais, mécaniquement, il ne pourra pas durer très longtemps puisque depuis plusieurs mois les entreprises ont bloqué leurs investissements et leurs embauches tandis que, dans pratiquement tous les secteurs, les tarifs des matières premières ont explosé et que les capacités de transport maritime vont atteindre un plafond si tout le monde redémarre en même temps. Donc, techniquement, le redémarrage à plein régime de l'économie ne sera pas possible en trois mois, voire même en six mois à un an ! Ce n'est évidemment pas vrai pour tous les secteurs mais ce sont les secteurs les plus capitalistiques et industriels qui mettront le plus de temps à retrouver des conditions à peu près normales. Et avec 80 à 90 % du chiffre d'affaires de 2019 et une rentabilité encore plus dégradée qu'elle ne l'était déjà à l'époque, il me semble difficile d'imaginer de pouvoir rembourser un PGE qui représente parfois un quart du chiffre d'affaires annuel de l'entreprise.

Lire aussi : Industrie : la flambée du coût des matières premières met les PME sous pression

Dans ces conditions, faut-il s'attendre à ce que des reliquats de PGE restent dans le bilan des entreprises pendant encore cinq voire dix ans comme le disait Mikael Hugonnet, le président de l'Ordre des experts-comptables de Nouvelle-Aquitaine ?

Oui, parce que quand l'Etat constatera l'impossibilité de rembourser ces PGE il va les décaler, à mon avis, au moins de trois à cinq ans de plus parce que le calendrier actuel est totalement improbable. Deuxièmement, il y a énormément d'entreprises aujourd'hui qui sont ce qu'on appelle des entreprises zombies, c'est-à-dire qu'elles n'ont pas les moyens de ressortir de cette crise normalement, elles sont sous perfusion des aides publiques et toujours dans l'attente de l'aide d'après. C'est une réalité ! René Ricol, l'ancien Haut-commissaire à l'investissement, estimait ainsi que pour beaucoup de TPE qui vont se retrouver à la barre du tribunal de commerce l'Etat allait devoir tout simplement subventionner la dette pour éviter la liquidation et les garder en activité !

Stéphane Regnier

C'est justement le sens des récentes déclarations de Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des finances, qui évoque des annulations "au cas par cas"...

Oui ça va dans le bon sens mais tout dépend de quelle partie de la dette et de quelle entreprise on parle ! Bruno Le Maire connaît mieux les grandes entreprises du CAC 40 que les TPE/PME mais en termes d'emploi et de nombres d'entreprises il vaut mieux s'occuper des millions de TPE. Selon nos estimations, 15 % à 20 % des TPE/PME sont des entreprises zombies qui ne survivront pas à la crise parce qu'elles n'ont la capacité ni de redémarrer sans aides ni de changer leur modèle économique !

Concrètement, de quel type d'entreprises parlez-vous ?

On peut citer l'exemple des sous-traitants de l'aéronautique, nombreux notamment en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie. Ce sont des entreprises qui font vite quelques millions ou dizaines de millions d'euros de chiffre d'affaires mais, quand elles doivent absorber une baisse de -30 % à -40 % de leurs carnets de commandes liés à des donneurs d'ordre comme Airbus, la situation devient très compliquée. Soit elles licencient la moitié de leurs salariés et se vident de leurs compétences, souvent très pointues ; soit elles ne peuvent pas s'en sortir dans un contexte où les perspectives de l'aéronautique ne sont pas riantes même à long terme alors que le coût des matières premières augmente. Ce sont des boîtes dont le modèle est complètement déstabilisé et pour longtemps !

Lire aussi : Industrie : Faut-il une rallonge au plan de relance aéronautique ?

Aurait-il fallu conditionner l'octroi d'un PGE à une réflexion en profondeur sur le modèle économique de l'entreprise, comme le suggéraient certains professionnels, pour éviter que le PGE ne serve qu'à gagner du temps ?

Oui, pourquoi pas. Mais schématiquement, il y a deux cas de figures : des entreprises qui ont souscrit un PGE par précaution et n'y ont pas touché ; et d'autres qui ont déjà consommé quasiment l'intégralité de leur PGE parce qu'elles n'avaient pas le choix et n'ont rien changé. Pour celles-là, la situation est dramatique parce que l'équation est impossible à résoudre en l'état, notamment parce que la transformation numérique est passée par là et s'accélère.

Lire aussi : 100 milliards d'excès de trésorerie: que vont faire ces entreprises qui ont gardé tout leur PGE ?

Quelle est la part de ces deux catégories d'entreprises dans votre clientèle parmi celles qui ont effectivement souscrit un PGE ?

Ce n'est pas un chiffre exact, mais selon des observations concordantes, on estime qu'il y a environ 50 % des entreprises qui n'ont pas touché à leur PGE et qui sont donc en capacité de le rembourser instantanément s'il le faut. L'autre moitié l'a consommé soit en partie, soit en totalité. Par ailleurs, lors des crises économiques précédentes, on a observé que 17 à 18 % des entreprises disparaissent à l'issue de la crise entre les faillites, les cessions et les fermetures pures et simples. Avec la crise actuelle, qui est aussi violente qu'inédite, on risque d'avoir plus que 17 % de disparitions. J'ai peur qu'à partir du second semestre 2021, les dégâts se matérialisent durement. Les efforts massifs des pouvoirs publics iront peut-être jusqu'à l'élection présidentielle du printemps 2022 pour des raisons politiques mais pas au-delà.

RCA Consulting

Vous parliez de la faiblesse structurelle de la trésorerie des entreprises françaises. Comment expliquez-vous qu'en mars 2020, lors du 1er confinement, beaucoup d'entreprises n'avaient même pas six semaines de trésorerie dans leurs caisses ?

Cela rejoint la question de la faible rentabilité et celle de la gestion de nos TPE/PME. Ces chefs d'entreprises sont souvent des bons techniciens mais pas forcément des bons gestionnaires. Ensuite, je pense aussi que les experts-comptables ne s'intéressent pas suffisamment aux enjeux de trésorerie parce qu'ils se concentrent sur les obligations légales et la gestion actuelle et passée. Sur ces aspects de pilotage budgétaire, la France est en retard notamment par rapport au monde anglo-saxon. Ensuite, rappelons-nous que 2019 a été une très bonne année pour de très nombreux secteurs ! Personne n'anticipait une mauvaise année 2020 et ne prévoyait donc d'épargne de précaution. Aujourd'hui, on est dans l'exact inverse.

La position d'attentisme de beaucoup d'entreprises se mesure notamment dans le recul - annulation ou report - de leurs investissements. Quelle est l'ampleur de ce phénomène chez vos clients ?

La vitesse de circulation de la monnaie se situe à un niveau historiquement faible ce qui diminue son effet multiplicateur pour l'économie et signifie que les acteurs économiques dépensent globalement moins. Chez les TPE/PME, les dispositifs d'aides en 2020 - reports de charges, chômage partiel, PGE, etc. - ont permis de gagner du temps mais pas d'écarter le danger. Tout l'enjeu est désormais de se projeter dans l'avenir et de gérer au mieux la trésorerie qui est un élément plus important que la rentabilité ou le chiffre d'affaires. Beaucoup de TPE et PME ont arrêté d'embaucher et d'investir par précaution et faute de visibilité.

Outre un effacement de tout ou partie de la dette par l'Etat, quelles sont vos conseils aux chefs d'entreprise qui se trouvent dans les situations que vous décrivez ?

Il faut se faire aider par un spécialiste qui sera capable de simuler plusieurs hypothèses de redémarrage plus ou moins optimistes pour permettre de se projeter et de prendre des décisions fondées. Dans plusieurs scénarios la boîte peut disparaître mais, pour l'instant, le chef d'entreprise ne le sait pas et n'est donc même pas en capacité de prendre des décisions pour éviter ces scénarios en modifiant le modèle économique avec des objectifs de court et moyen terme. L'urgence aujourd'hui est donc d'éviter de rester dans le noir et se contentant de répéter "jusqu'ici tout va bien" ! Sinon, il y aura une casse économique énorme. Les derniers chiffres du mois de mars 2021 esquissent à mon avis un retournement de la tendance sur les disparitions d'entreprises avec en particulier 80 % d'entreprises qui sont directement liquidées au tribunal de commerce ! Ça sent le roussi...

Lire aussi : Faillites d'entreprises : la déferlante de liquidations a-t-elle commencé ?

RCA Consulting, créé en 2006 et basée à Arès, sur le Bassin d'Arcachon (Gironde), compte parmi ses clients plusieurs centaines de cabinets d'expertise-comptable et plusieurs milliers d'entreprises principalement des PME jusqu'à 200 à 250 salariés. Avec une dizaine de salariés, l'entreprise vise un peu plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires en 2021 principalement grâce à ses prestations de consultants et l'édition de logiciels de suivi et de gestion de la trésorerie, dont Turbopilot.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2021 à 22:39 :
100% des fonctionnaires n'ont subit, ne subissent ni ne subiront jamais de faillite !
Réponse de le 30/04/2021 à 10:05 :
Tant mieux ,il y a près de deux millions de couple ou il y en a un qui est dans privé et l'autre fonctionnaire.Au moins en cas de licenciement dans le privé ,il restera une paie qui entrera à la maison.
a écrit le 29/04/2021 à 18:37 :
Oui, mais, le principal était de prendre rapidement au passage les aides de l'état.
a écrit le 29/04/2021 à 16:46 :
Le dépôt de bilan est à la porte de l'Elysee . Les hordes de LREM sont à la ramasse et le conseil électoral va sanctionner les hauts gradés pour haute trahison .
a écrit le 29/04/2021 à 14:45 :
Pour bien rebondir, il faut anticiper et préparer un dépôt de bilan. Pour celui qui a un métier, une clientèle, un savoir faire, c'est la bonne solution pour repartir sur des bases solides en laissant les mandataires judiciaires se débrouiller avec le bébé.
a écrit le 29/04/2021 à 9:34 :
On prévoit deux années (2021 et 2022) cataclysmiques avec des défaillances par tombereaux.
Le gouvernement en place voit arriver la baffe électorale.

Lemaire commence à tenter de désamorcer la bombe. Il a annoncé un report des remboursement après 2022 et a évoqué des possibilités d'annulation ou d'allègement de la dette.
A ce moment là c'est l"état qui reprendrait à sa charge au minimum la partie garantie (70%) et négocierait les 30% restant avec les banques.

En repoussant le remboursement, celà permet de passer la période électorale et éventuellement aux entreprises de se refaire quelques plumes.
Réponse de le 30/04/2021 à 8:33 :
Pourquoi qu’est-ce ce que vous auriez fait à la place de ce gouvernement ?
A noter qu aucune proposition ou alternative economique n es t proposée par les partis d’ oppositions ... faut dire que les échecs ils connaissent bien après 4 0 ans de pouvoir intermittent ... ou sont les c Jacob et consorts - prompts à la réaction beaucoup moins à la réflexion - proposition- ?
Quand au Rn aucune legitimite économique et trop acoquiné avec Poutine - via son financement par des banques russes- inuit comble pour un part qui se réclame de «  préférence nationale »
a écrit le 29/04/2021 à 9:09 :
ca peut coller
restaus et magasins de vetements en tete
d'ailleurs celles qui survivront n'auront aucun interet a etre rentables vu que le fisc aura besoin d'argent et les assedic aussi, donc ils sont en embuscade; le depot de bilan sera la meilleure des solutions
Réponse de le 29/04/2021 à 18:24 :
Vous vivez nu, sans chaussures, vous ne lisez rien, vous vous nourrissez de conserves et vous ne sortez jamais de votre quartier.
a écrit le 29/04/2021 à 8:30 :
Le poison lent des emprunts.
a écrit le 29/04/2021 à 8:01 :
La crise covid aura le mérite d’ assainir les secteurs économiques d entreprises parfois bidon ( pour toucher les aides de l état ou des régions)
Concentrons les moyens sur celles qui fonctionnent et celles en devenir au lieu de gaspiller de l argent public à des «  lubies «  politiques orientées (Lr etc...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :