Comment Viji travaille à une industrie textile plus responsable et transparente

 |  | 592 mots
Lecture 3 min.
Anne-Laurence Villemonteil a fondé Viji avec Josselin Vogel.
Anne-Laurence Villemonteil a fondé Viji avec Josselin Vogel. (Crédits : Viji)
LE MOIS DE L'ENGAGEMENT. La Tribune entame une série sur cinq semaines intitulée "le mois de l'engagement" consacré aux enjeux de la Responsabilité sociale et environnementale. La startup Viji développe des solutions de traçabilité pour les acteurs de la filière textile. En proposant de faciliter et d'authentifier les démarches RSE des uns et des autres, elle se pose en tiers de confiance entre les consommateurs et les marques et fabricants tout en réfutant toute démarche militante.

"Tout acte d'achat est un acte militant parce qu'on choisit à qui on donne son argent et c'est aussi vrai quand on achète un vêtement", assure Anne-Laurence Villemonteil, la cofondatrice avec Josselin Vogel, de la startup Viji, basée à La Teste-de-Buch, près de Bordeaux. Pour autant, pour fonder son choix en fonction de ses propres critères encore faut-il avoir accès à des informations fiables.

"Aujourd'hui, pour choisir vous disposez du nom de la marque et de l'étiquette de composition qui donnent des informations parfois trompeuses ou incomplètes. D'où l'intérêt d'un outil de traçabilité où toutes les étapes de certification, de la fabrication à la vente, sont indiquées clairement. C'est l'objectif de Viji", avance l'entrepreneure qui entend ainsi apporter sa brique à l'édifice d'une industrie textile plus responsable.

Lire aussi : Engagement ou rentabilité ? La difficile équation des jeunes entreprises de la mode

"Permettre aux gens de s'informer"

Et si elle est déterminée à "aider les consommateurs et les marques à reprendre la main", Anne-Laurence Villemonteil réfute toute démarche militante et écarte tout système de notation ou de recommandation :

"Si on veut privilégier le local, on peut acheter dans une petite boutique près de chez soi ou choisir du made in France, de la seconde main, une marque française mais qui ne fabrique pas en France, une marque étrangère qui fabrique en France, etc. Il y a de multiples paramètres sans même compter ceux qui veulent privilégier une approche bio ou vegan. Donc on veut permettre aux gens de s'informer et de savoir ce qu'ils font mais sans leur recommander telle ou telle approche."

Concrètement, deux ans après sa création, Viji a développé une plateforme permettant aux marques et aux usines d'indiquer les démarches RSE, les labels et autres certifications dont elles disposent. Les consommateurs peuvent ensuite les consulter. "On se charge de collecter la data, de vérifier et d'authentifier les déclarations auprès des organismes concernés et on indique pour chaque information si elle est seulement déclarative ou authentifiée. Notre enjeu est bien sûr d'aller vers une information de plus en plus exhaustive et vérifiée ce qui permettra aussi aux marques de reprendre la main sur leurs circuits et sites de fabrication", précise la dirigeante qui s'appuie sur une dizaine d'années d'expérience dans l'industrie textile, notamment au Vietnam.

Lire aussi : ESS : Pitigaïa, marque de puériculture 100 % bio et charentaise, lance son e-shop

160.000 euros de chiffre d'affaires en 2021

Convaincue que cet exercice de transparence pourra redonner des couleurs et de la valeur à toute la filière textile actuellement en grande difficulté, essorée notamment par la course vers le low-cost et la fast fashion, Anne-Laurence Villemonteil ne s'inscrit pas non plus dans une démarche marketing. "Nous ne sommes pas là pour faire de la publicité pour les marques ni pour booster les ventes parce qu'au contraire on pense qu'il y en a déjà trop ! On veut seulement tirer tout le monde vers le haut et le mieux disant", insiste-t-elle.

L'offre, proposée sur abonnement repose sur un modèle BtoB avec un site et une application mobile grand public et un plugin branché sur les sites e-commerce. Elle a déjà convaincu 22 marques et usines. Avec quatre collaborateurs, Viji a généré 65.000 euros de chiffre d'affaires en 2020 et vise 160.000 euros en 2021. La startup cherche également à lever des fonds pour réunir entre 600.000 et un millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2021 à 10:28 :
"En proposant de faciliter et d'authentifier les démarches RSE des uns et des autres, elle se pose en tiers de confiance entre les consommateurs et les marques et fabricants tout en réfutant toute démarche militante."

La RSE est une démarche miliante ! ^^

"L'enjeu de la RSE résulte au départ de demandes de la société civile (associations religieuses, écologiques, humanitaires ou de solidarité)" source wiki

Mais bon par contre la schyzophrénie de notre dictature néolibérale qui ne veut surtout pas se présenter comme dictature, déformant copieusement le langage en ce sens impose de finir par raconter n'importe quoi, comme eux, si on ne veut pas en subir leur profond besoin de punir.

Courage hein ! ^^

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :