Logistique urbaine : les projets de Poste Immo pour mailler le territoire de Bordeaux Métropole

 |  | 1003 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Agence APPA)
INTERVIEW. "La logistique urbaine se structure à plusieurs échelles pour mailler le territoire [...] Nous sommes en phase de prospection active pour trouver des biens et y investir", explique à La Tribune Philippe Corbel, le directeur régional de Poste Immo. Entrepôts, espaces logistiques intermédiaires et dernier kilomètre : il dévoile les projets de la foncière du groupe La Poste pour devenir incontournable à Bordeaux Métropole.

Retrouvez le 1er volet de cet entretien avec Philippe Corbel consacré à la stratégie immobilière de Poste Immo ici : « L'immobilier va aller de plus en plus chercher des logiques de multi-usages »

LA TRIBUNE - Le projet stratégique du groupe La Poste fixe l'objectif de devenir "un acteur incontournable du e-commerce et de la logistique". Est-ce que ce virage a été raté ces dernières années par La Poste ?

PHILIPPE CORBEL, directeur régional de Poste Immo - Non, pas du tout. C'est un processus à maturation lente tout simplement parce que les collectivités locales s'y mettent petit à petit et les prises de conscience n'ont lieu qu'en ce moment mais c'est un enjeu qui va devenir criant ! La structuration du marché immobilier ne nous aide pas non plus puisqu'il est très compliqué d'avoir des surfaces logistiques en centre-ville, là où c'est pertinent. L'offre disponible pour la logistique est donc extrêmement faible.

Mais Poste Immo bénéficie pourtant d'un atout incomparable avec son réseau de 1.160 immeubles en Nouvelle-Aquitaine dont beaucoup en centre-ville...

Oui mais il s'agit essentiellement de bureaux de postes prévus pour la gestion du courrier et pas pour de la logistique de colis et de gros volumes. Mais il y a certainement de choses à faire en effet. Cela étant dit la logistique urbaine se structure à plusieurs échelles pour mailler le territoire. Il faut d'abord des hôtels logistiques, des entrepôts de 5.000 à 20.000 m2 accessibles par des moyens lourds pour concentrer les flux avant de les envoyer, en mode doux, vers un maillage plus fin et le dernier kilomètre. Mais il faut un réseau intermédiaire que nous appelons des ELU (établissements de logistique urbaine). Ces ELU font entre 2.000 et 5.000 m2 et se situent, à Bordeaux, en extra-boulevards.

A Bordeaux Métropole, nous avons un hôtel logistique à Bordeaux Nord, près de la base sous-marine, qui a été étendu l'an dernier pour atteindre 7.500 m2 et est utilisé en temps partagé par les différentes filiales de La Poste : DPD, Coliposte, Chronopost, etc. L'objectif est que le colis reparte vers des points de distribution puis, de là, en mode doux vers une grande partie de l'agglomération. Il est évident qu'il va falloir que l'on se dote d'un autre hôtel logistique au sud de Bordeaux, par exemple dans la plateforme colis de Bègles qui fait 15.000 m2 sur un terrain de 4,3 hectares, et, pourquoi pas, d'un 3e site à l'ouest de l'agglomération. Là il faudra peut-être investir en achetant ou en construisant un entrepôt dans la zone aéroportuaire.

Au niveau des ELU, de combien de sites disposez-vous à Bordeaux Métropole et quel est l'objectif pour mailler le territoire de manière efficace ?

L'ELU c'est typiquement la catégorie de biens que l'on cherche mais qui est difficile à trouver. On est depuis l'an dernier en phase de prospection active pour trouver des biens et y investir. Cela peut être un garage qui ferme ou un bien de ce type de 1.500 à 2.500 m2 situé sur ou à côté des boulevards au niveau des barrières. L'essentiel c'est de pouvoir venir avec un 19 tonnes et se garer facilement pour pouvoir ensuite le transmettre aux transports doux puis au dernier kilomètre. L'objectif est de disposer de trois à quatre ELU sur les boulevards et d'un ou deux de plus sur la rive droite. Donc au total, si on trouve cinq ou six bâtiments de ce type dans l'agglomération ce sera très bien.

Lire aussi : Jestocke lève 1,7 M€ pour accélérer dans la logistique urbaine

Quel est l'enjeu pour le dernier maillage, celui du dernier kilomètre ? Les bureaux de Poste sont-ils ce dernier maillon de la chaîne ?

On y travaille également en recherchant d'autres typologies pour constituer un réseau de micro-hubs, c'est-à-dire des biens entre 300 et 500 m2 situés en centre-ville. Nos bureaux de Poste sont une partie de la réponse mais une partie seulement puisqu'ils sont configurés pour gérer le courrier, pas des gros volumes de colis. C'est une simple question de place physique ! Mais, oui, une partie de ces bureaux peuvent servir de point de dispersion fine des colis. Il faudra néanmoins compléter ce réseau par des acquisitions, en particulier en centre-ville. Ce que je cherche fondamentalement ce sont donc ces surfaces jusqu'à 500 m2 qui pourront héberger et rassembler les différents savoir-faire du groupe La Poste dans le domaine de la logistique : DPD, Coliposte, Chronopost, Urby, qui fait de la livraison mutualisée en palettes, Stuart, qui fait de la livraison express. C'est ce maillage là qui permettra d'éviter la démultiplication des camionnettes de livraison dans les rues de Bordeaux tous les matins.

Faut-il ouvrir ces ELU et ces micro-hubs à vos concurrents ?

Ce n'est pas du tout exclu, bien au contraire. Urby travaille déjà pour d'autres transporteurs et La Poste a vocation a travailler de manière collaborative pour que ce réseau logistique en construction soit le plus utile et efficace possible. Ces lieux peuvent aussi servir de points de recharge de vélos électrique ou de tout autre usage qui s'avèrera pertinent. Ces sont des sujets qui mobilisent aussi beaucoup les villes, les métropoles et les chambres de commerce.

La Poste déploie aussi depuis novembre 2020 la solution "Ma ville, mon shopping" proposée aux collectivités pour aider les commerçants, artisans, producteurs locaux et restaurateurs avec une plateforme de vente en ligne locale qui inclut des services logistiques de livraison à domicile. Huit contrats ont été signés en Gironde, dont Bordeaux Métropole, et quatre autres en Nouvelle-Aquitaine (*) ce qui représente 1.752 boutiques connectées dans la région, dont un tiers en Gironde. Une cinquantaine de livraisons ont été assurées dans ce cadre par les postiers.

Lire aussi : "Sans accompagnement, les marketplaces locales risquent de ne pas servir à grand chose"

////////////////////

Poste Immo en Nouvelle-Aquitaine :

  • 60 salariés
  • 600.000 m2
  • 1.164 immeubles dont 306 en propriété (400.000 m2) et 858 en location (200.000 m2)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :