Transition énergétique : la 22e édition des Assises européennes se tient 100% en ligne

 |  | 749 mots
Lecture 4 min.
La centrale solaire de Labarde, à Bordeaux.
La centrale solaire de Labarde, à Bordeaux. (Crédits : Agence APPA)
La 22e édition des Assises européennes de la transition énergétique, organisées par la Communauté urbaine de Dunkerque, en partenariat avec l'Ademe, Bordeaux Métropole et le Grand Genève, a débuté ce 12 janvier. L'occasion pour les représentants des collectivités, les acteurs économiques, experts et membres de la société civile de faire le point sur l'étendue des savoir-faire en matière de transition énergétique. Cette édition entièrement en ligne portera sur les enjeux de la résilience.

Lancées en 1998 par la Communauté urbaine de Dunkerque (CUD) et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), les Assises européennes de la transition énergétique ont entamé leur 22e édition, en partenariat avec Bordeaux et le Grand Genève. L'événement réunira représentants des pouvoirs publics, instances économiques, personnalités du monde académique et de la société civile pour débattre de la thématique de la transition énergétique appliquée aux territoires. Le fil conducteur de cette nouvelle édition digitale sera "une économie et des collectivités résilientes".

Transferts de compétences et mise au point sur les savoir-faire

Les participants pourront assister à cet événement 100% en ligne, dont un premier temps fort aura lieu durant les trois premiers jours de plénières, du 12 au 14 janvier, suivi d'une programmation d'ateliers spécifiques échelonnés sur deux mois, du 18 janvier au 12 mars 2021. Les débats porteront sur des thématiques aussi variées que l'économie circulaire, le gaz renouvelable, la gestion de l'eau, les transports, la végétalisation ou la performance énergétique des logements. Bordeaux Métropole y animera des ateliers sur la rénovation des réseaux de chaleur, à partir d'un retour d'expérience du cas des Haut de Garonne, ainsi que sur la rénovation des copropriétés en conformité avec les nouvelles normes thermiques.

Selon Arnaud Leroy, président de l'Ademe, "il est important de rendre public ce que font les collectivités". L'événement vise à sensibiliser et informer sur les avancées et réflexions des entreprises, Etats et experts et de faire le point sur les derniers concepts et pratiques en termes de politiques publiques, entre collectivités de différentes tailles. A ce titre, l'Agence met en œuvre le programme Cit'ergie qui manage et labellise les collectivités engagées dans des politiques respectueuses sur le plan climatique, énergétique et de préservation de l'air, et encadre à l'heure actuelle plus de 200 collectivités. Sa plateforme "Agir pour la transition" propose également divers conseils et aides aux financements à destination des élus qui souhaitent se mettre au vert.

Lire aussi : Quand le local nourrit la transition énergétique

"Des territoires plus résilients"

Alors que les collectivités locales ont été amenées à jouer un rôle de premier plan dans la gestion de la crise sanitaire, la 22e édition de ces Assises européennes porte sur le thème de la résilience : "un mot qu'on a beaucoup entendu ces derniers temps", indique Patrice Vergriete, président de la Communauté urbaine de Dunkerque. "Nous avons compris avec la crise sanitaire que les prochaines décennies connaitront une série de crises : nos territoires devront se montrer résilients".

La métropole organisatrice met en avant ses avancées en termes de performance énergétique : lauréate du prix "Territoires d'innovation" autour de la modernisation de son complexe industrialo-portuaire, Patrice Vergriete annonce également la mise en place d'un champ d'éoliennes offshore. En 2019, la communauté d'agglomérations de Dunkerque a également mis en place la gratuité des transports publics ce qui aurait permis, selon l'élu, de "doubler la fréquentation des transports publics".

Lire aussi : Dunkerque : le succès du bus gratuit se confirme

« Montrer que l'écologie est complémentaire d'autres objectifs »

De son côté Alain Anziani, le président de Bordeaux Métropole, a souligné la nécessité "d'une nouvelle gouvernance" en matière d'écologie. Alors que "la conscience du défi climatique n'a jamais été aussi importante", l'élu PS pointe la "discordance entre les discours très généreux" et "des objectifs jamais atteints", qu'il explique par la quantité de domaines sur lesquels les métropoles sont sollicitées, pour des budgets limités.

Pour le président de la métropole, il s'agit de faire de la transition énergétique une source d'attractivité : "La question écologique nécessite une nouvelle gouvernance, de nouvelles priorités, de nouveaux choix : nous devons créer un enthousiasme pour l'écologie, montrer qu'elle est complémentaire à la réalisation d'autres objectifs". Le Président du Grand Genève, Antonio Hodgers, a également souligné l'importance de la mobilisation des différents acteurs du territoire : "Le citoyen peut faire un bout des efforts, mais la majorité doit venir des collectivités publiques et privées", a-t-il affirmé.

Lire aussi : "Pour rendre une entreprise écologique, il faut d'abord parler de ses ressources"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :