"Pour rendre une entreprise écologique, il faut d'abord parler de ses ressources"

 |   |  2136  mots
Guillaume Michel
Guillaume Michel (Crédits : Agence APPA)
Comment rendre une entreprise écologique et résiliente ? C'est à cette question que le bureau d'études Du Vert dans les Rouages, installé à Darwin à Bordeaux, cherche à répondre. Ressources, chaîne d'approvisionnement et facteur humain : Guillaume Michel, son dirigeant, détaille à La Tribune les clefs pour réussir une transformation écologique en profondeur alors que la crise sanitaire et économique bouscule les idées en place. L'occasion d'égratigner le modèle de la startup et celui de l'hyperspécialisation territoriale et de mettre en avant la diversification, le rôle des TPE/PME et les stratégies de croissance raisonnée.

LA TRIBUNE - Qu'est-ce que du Vert dans les Rouages ?

GUILLAUME MICHEL - Le projet a vu le jour en 2018 à partir du constat que la transition énergétique est trop souvent envisagée seulement du point de vue technique et pas suffisamment par le prisme des sciences humaines. Du Vert dans les Rouages est donc un bureau d'études interdisciplinaire qui appréhende ces problématiques écologiques en croisant les sciences humaines et les sciences de l'environnement. Jusqu'à maintenant, nos clients étaient des acteurs territoriaux : les collectivités locales et les opérateurs de la transition énergétique, comme des associations par exemple. Mais désormais nous nous adressons aussi aux entreprises.

Pourquoi ce virage vers la clientèle des entreprises ?

Parce qu'on constate que les entreprises classiques appréhendent l'écologie seulement par le prisme de la RSE [Responsabilité sociétale des entreprises]. Or, c'est certainement nécessaire mais c'est très insuffisant ! Et, depuis le début de la crise, ce sont surtout des entreprises qui viennent nous voir parce qu'il y a un bouillonnement de questionnements chez les créateurs d'entreprises et les dirigeants de TPE, de PME, etc. Ils ont besoin de questionner leurs modèles et, nous, ça nous challenge pour leur apporter des réponses pertinentes à une question essentielle : comment fait-on pour rendre l'entreprise écologique ? La réponse n'est pas seulement normative ou règlementaire, il faut faire du sur-mesure, un travail d'artisan pour intégrer l'écologie au sein même de l'entreprise.

Concrètement qu'est-ce qui a changé dans le discours de vos interlocuteurs entrepreneurs ?

Jusque-là on s'interdisait de leur parler de vulnérabilité parce que ce n'était tout simplement pas possible pour eux de l'entendre. Le changement climatique ou l'érosion de la biodiversité était appréhendés avec les outils classiques de la gestion de crise et de la gestion du risque. Pour être plus écologique, le modèle de l'entreprise doit donc évoluer dans son ensemble et pas seulement dans sa proposition de valeur, sa communication ou son marketing. Par exemple, il y a quelques mois, le risque lié à la globalisation des échanges était connoté de manière idéologique, mais là on voit que subitement la régionalisation des échanges et la relocalisation de certaines activités sont sur la table. Tout le monde se rend compte de la réalité de ce risque et des connexions avec la problématique écologique. Ces enjeux sont désormais regardés très attentivement par les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2020 à 20:29 :
Du Vert autour du Rouge, la définition même de la pastèque écolo-marxiste. Ce ne sera pas facile la réalité de la mondialisation avec du baril de pétrole sous les $50. Tous ces parasites vont finir de couler la France
a écrit le 25/05/2020 à 19:50 :
Dans ressources, il y a ressources humaines. Et une ressource, c'est impersonnel et ça s'exploite. Merci à ceux qui ont posé les bases du management moderne !
a écrit le 25/05/2020 à 15:17 :
Alors que l'économie réelle est à la botte de la finance dont le principe est toujours plus de profit toujours plus vite, comment générer une entreprise écologique dans ces conditions plutôt non ?

Ce sont deux phénomènes contradictoires, opposés même là où il y a de la marge bénéficiaire il y a forcément de la pollution générée inutilement, seulement pour remplir les paradis fiscaux.

On voit bien que le green deal n'est pour la finance qu'une façon d'essayer de redorer son blason mais avec internet, qui nous donne tellement d'informations à la minute que cela en donne le tournis, nous voyons tous qu'ils continuent comme avant.

Écologie et finance sont des ennemies naturelles or tant que cette seconde a la main sur l'économie on voit mal, autre que ce qui est en marge, comme cela pourrait changer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :