"On est en plein dans le calme avant la tempête" Jean-Marie Picot

 |  | 1122 mots
Lecture 6 min.
Jean-Marie Picot préside le tribunal de commerce de Bordeaux depuis décembre 2019.
Jean-Marie Picot préside le tribunal de commerce de Bordeaux depuis décembre 2019. (Crédits : Agence Appa)
"L'activité du tribunal décroît statistiquement [...] Comme si le Covid avait amélioré la situation générale... Mais nous savons qu'il n'en est rien !" La mise garde de Jean-Marie Picot, le président du tribunal de commerce de Bordeaux, est limpide. Dans une interview à La Tribune il appelle les chefs d'entreprises en difficultés à ne pas se voiler la face et agir dès aujourd'hui pour ne pas subir la tempête économique promise pour 2021.

LA TRIBUNE - Après le déconfinement, vous expliquiez vous attendre à une fin d'année "très dure" sur le plan économique. Où en est-on à la mi-octobre ?

JEAN-MARIE PICOT - Depuis le mois de juin, j'ai constaté à Bordeaux, comme dans tous les tribunaux de commerce de France, une évolution mais dans le sens contraire. C'est-à-dire qu'on a le sentiment d'être en plein dans cette période calme avant la tempête. On a moins d'instances en contentieux général, moins en référés et moins en dépôts de bilan. L'activité décroît statistiquement, ce qui est aussi lié au fait au fait que l'Urssaf n'assigne plus. Aujourd'hui, on est donc plutôt autour de douze litiges en référé par semaine contre 45 après le déconfinement. Comme si le Covid avait amélioré la situation générale... Mais nous savons qu'il n'en est rien. Cela signifie donc que, pour l'instant, les mesures qui ont été prises permettent aux entreprises, au moins en trésorerie, de continuer à survivre.

Lire aussi : Entreprises et indépendants : quelles cotisations Urssaf à la rentrée avec la Covid-19 ?

Est-on dans une forme de gel de l'économie, de mise sous perfusion ?

Nous savons qu'un apport de trésorerie ne fait pas une survie d'entreprise, en tous les cas pas durablement. Nous sommes donc obligés de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :