L'Urssaf et Entraide & entrepreneurs s'allient pour aider les entreprises en difficultés

 |   |  625  mots
(Crédits : Reuters)
L'Urssaf Aquitaine et l'association Entraide & entrepreneurs ont signé, lundi 5 mars, une convention pour accompagner les chefs d'entreprise qui se retrouvent en grandes difficultés au point de mettre en péril leur société. L'Urssaf entend redorer son image en renforçant son rôle de conseil tandis que l'association pourra étendre ses interventions en amont des situations difficiles.

"Quand une entreprise a des difficultés, l'Urssaf fait en général partie des premiers à le savoir", sourit Henri Lourde-Rocheblave, le directeur régional de l'Urssaf Aquitaine (Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales), avant de regretter que "les entrepreneurs n'aient pas le réflexe de nous contacter le plus tôt possible pour mettre en place un accompagnement et des délais de paiement". Et c'est justement pour y remédier que l'Urssaf régionale a décidé d'établir un partenariat formel avec l'association Entraide et entrepreneurs (E&E) qui accompagne les chefs d'entreprise en difficulté depuis début 2017.

Un soutien moral et technique

Concrètement, les deux signataires s'engagent sur une meilleure diffusion des informations sur les mécanismes de protection sociale et de recouvrement ainsi que sur un traitement individualisé des dossiers par des correspondants clairement identifiés dans chaque structure. "Dès que l'on rencontrera un chef d'entreprise en difficulté, on lui donnera les coordonnées de l'association", précise Henri Lourde-Rocheblave. Cela permettra aux bénévoles d'E&E d'agir au moment le plus opportun : "Ce qui nous coûte aujourd'hui, c'est que les entreprises viennent nous voir trop tard. Tout l'enjeu est donc d'intervenir au plus tôt", analyse Claudine Péry, la présidente de l'association et ancienne cadre de 60.000 Rebonds, structure associative qui accompagne les entrepreneurs après la faillite.

Entraide & entrepreneurs, créée en avril 2016, est opérationnelle dans la région bordelaise depuis janvier 2017 auprès des PME de moins de 25 employés. Son réseau de bénévoles a déjà accompagné 27 entreprises comptant 142 salariés. 14 sociétés sont sorties d'affaire tandis que 13 accompagnements sont encore en cours, dont 5 situations de redressement judiciaire. "Nos coachs bénévoles établissent un état des lieux de la problématique de l'entrepreneur et de son entreprise qui peut durer un mois comme un an. Nous apportons une aide morale et comportementale et une aide technique et logistique sur les problématiques métiers. Tout cela est gratuit", détaille Claudine Péry

Un enjeu de communication pour l'Urssaf

L'autre objectif de cette convention est de redorer le blason de l'Urssaf à travers des actions de communication :

"Pour l'Urssaf, se révéler engagée dans une politique d'accompagnement des entreprises en difficulté, le plus en amont possible de l'accumulation de dettes, ne peut qu'atténuer une image trop répressive qui dissuade nombre de cotisants de prendre contact dès les premiers signes d'alerte. Pour l'association, un partenariat avec un acteur institutionnel est de nature à asseoir sa crédibilité", est-il ainsi inscrit noir sur blanc dans la convention.

L'an dernier l'Urssaf Nouvelle-Aquitaine a accordé 10.700 délais de paiement à des entreprises pour un montant total de 55 M€. L'organisme souhaite accroître ses actions de conseils et se rapprocher des acteurs de terrain dans un contexte national favorable au "droit à l'erreur" pour les entrepreneurs et à la médiation entre les entreprises et les services de l'Etat.

De son côté, Jean-Eudes Tesson, le président du conseil d'administration de l'Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale), a salué cette convention en insistant sur "les hommes et les femmes qui se cachent derrière les 500 milliards d'euros que nous collectons chaque année" :

"Derrière chaque personne morale, il y a des hommes et des femmes qui entreprennent, qui prennent des risques. On le voit quand ça va très bien mais on le voit moins quand ça va très mal et que l'entrepreneur risque de tout perdre : entreprise, emploi, famille et estime de soi. Les Urssaf doivent donc avoir en tête cet aspect humain à chaque instant et cette initiative bordelaise doit être étendue ailleurs."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :