"Avec la crise, on a moitié moins de candidatures que l'an dernier ! " Audrey Guidez, ANDRH

 |  | 1136 mots
Lecture 6 min.
Audrey Guidez, DRH du groupe Aliénor, est aussi la présidente en Nouvelle-Aquitaine de l'Association nationale des DRH.
Audrey Guidez, DRH du groupe Aliénor, est aussi la présidente en Nouvelle-Aquitaine de l'Association nationale des DRH. (Crédits : Audrey Guidez)
INTERVIEW. "Il y a une vraie frilosité en matière de mobilité professionnelle puisque cela représente toujours un risque pour le candidat : on sait ce qu'on a mais pas ce qu'on aura", alerte Audrey Guidez, présidente en Nouvelle-Aquitaine de l'Association nationale des DRH. Egalement DRH de la PME Aliénor Ingénierie, elle revient sur le moral en berne des salariés comme des chefs d'entreprises, la multiplication des PSE et le rôle central du dialogue social.

LA TRIBUNE - Comment les directeurs et directrices des ressources humaines traversent-ils la période actuelle ?

AUDREY GUIDEZ - La séquence du confinement / déconfinement a été une période éprouvante avec une difficulté pour le DRH à trouver sa place entre la direction de l'entreprise, les salariés et les syndicats. Il y a eu des changements législatifs et réglementaires nombreux, complexes et à grande vitesse. Il a donc fallu gérer tout cela, le passage au télétravail à 100 % puis la sortie de cette nouvelle organisation. On est désormais sur un consensus dans beaucoup d'entreprises autour de deux jours de télétravail par semaine. C'est une nouvelle organisation hybride. La majorité des salariés n'avaient pas vraiment envie de revenir au bureau pour des questions d'habitude, d'organisation familiale ou de risque sanitaire. Bien souvent, dans beaucoup d'entreprises, c'est le DRH qui s'est retrouvé en première ligne et seul pour gérer tous ces aspects nouveaux.

Lire aussi : 85 % des salariés néo-aquitains pensent que leur métier a évolué avec la crise sanitaire

Depuis quelques semaines, on voit les annonces de plans de licenciements, ces fameux plans de sauvegarde de l'emploi (PSE), se multiplier. Avec un volume qui serait le double de celui de l'an dernier à la même époque. Comment voyez-vous...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2020 à 10:39 :
Il est évident que cette femme qui fait le vide des boites où elle passe par le biais de harcèlements (cf tribunaux des prud’hommes des départements où elle est passé) constate une baisse des candidatures...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :