Pourquoi Api.video se lance dans une course à l'hyper-croissance en levant 5,5 M $

 |   |  1521  mots
Cédric Montet est le créateur et dirigeant de Libcast, fondée en 2006 et devenue Api.video en 2020.
Cédric Montet est le créateur et dirigeant de Libcast, fondée en 2006 et devenue Api.video en 2020. (Crédits : Api.video)
L'entreprise bordelaise Libcast, devenue Api.video, vient de réunir 5,5 M$ auprès d'une dizaine d'investisseurs privés et de Blossom Capital, un fonds basé à Londres. Objectif : tout dépenser d'ici un an pour mettre le turbo, réunir de nouveaux fonds et s'imposer sur le marché mondial de la vidéo sur le web. Un défi vertigineux pour son créateur Cédric Montet, pour qui tout est parti d'un mail envoyé à Xavier Niel en décembre dernier. Il s'en explique à La Tribune.

Cédric Montet et ses onze salariés sont installés dans de petits locaux, rue Boudet, en plein cœur du centre-ville de Bordeaux. Créée sous le nom de Libcast en 2006, cette startup devenue TPE développe une solution d'hébergement et diffusion de vidéo en direct par le biais d'une plateforme en mode Saas (software as a service) qui permet d'héberger, d'encoder et de diffuser en temps réel et à la demande, à la bonne audience, des contenus vidéos sur tous types d'écrans. Une activité rentable permettant à Libcast de générer autour d'un million d'euros de chiffre d'affaires annuel.

Lire aussi : Libcast a permis à 230.000 élèves de discuter avec Thomas Pesquet

Libcast devient Api.video...

Jusque-là rien d'exceptionnel, si ce n'est la réussite technologique et entrepreneuriale. Le pivot majeur intervient l'an dernier en 2019 quand Cédric Montet et son équipe décident d'abandonner le Saas pour s'orienter vers une solution en API (interface de programmation d'application) jugée plus prometteuse et plus agile sur un marché de la vidéo déjà en pleine explosion. C'est donc le nom Api.video qui est retenu et qui sera très précieux pour le référencement naturel sur Google.

"On a un modèle de BtoD, business-to-developers, qui sont notre porte d'entrée au sein des entreprises. On leur propose de tout gérer de A à Z : télécharger leur vidéo, l'encoder, l'héberger, la diffuser et en mesurer les indicateurs d'audience. Le tout par le biais de quelques lignes de code informatique", explique Cédric Montet, qui comptabilise déjà plus d'un million de vidéos prises en charge depuis l'an dernier. Api.video a renoncé aux formules d'abonnements plébiscitées par les logiciels en Saas et opté pour une rémunération à l'acte : quelques fractions de centimes pour...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :