La Banque des territoires signe une année exceptionnelle en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  864  mots
De gauche à droite : Rémi Heurlin (directeur délégué Banque des territoires Bordeaux), Laurence Noyer (directrice interrégionale Scet) Annabelle Viollet (directrice régionale adjointe CDC Nouvelle-Aquitaine) et Jean-Baptiste Desanlis (directeur interrégional CDC habitat).
De gauche à droite : Rémi Heurlin (directeur délégué Banque des territoires Bordeaux), Laurence Noyer (directrice interrégionale Scet) Annabelle Viollet (directrice régionale adjointe CDC Nouvelle-Aquitaine) et Jean-Baptiste Desanlis (directeur interrégional CDC habitat). (Crédits : PC / La Tribune)
Portée par deux projets économiques d'ampleur et un assouplissement de ses critères, la Banque des territoires a investi 101 M€ de fonds propres en Nouvelle-Aquitaine l'an dernier, contre 27,7 M€ un an plus tôt. Cet exercice devrait néanmoins rester exceptionnel et la filiale de la Caisse des dépôts vise environ 70 M€ en 2019. Le logement social et le développement territorial restent les priorités.

Un bon spectaculaire de 265 % ! L'année 2018 n'a ressemblé à aucune autre pour l'activité de la Caisse des dépôts en Nouvelle-Aquitaine. Non seulement elle a été marquée par la mise en place de sa filiale, la Banque des territoires, mais elle a surtout atteint un niveau inédit d'investissements en fonds propres à 101 M€, soit une hausse de 265 % sur un an. Un résultat exceptionnel qui est d'abord dû au déblocage de deux projets d'envergure représentant à eux seuls 70 % du total :

  • Le premier, qui a mobilisé 40 M€ de fonds propres, est le partenariat entre Canodor, Hydrocop et Soregies (filiale du syndicat mixte intercommunal Energies Vienne) pour l'acquisition du groupe indépendant NHR-CHCR (Nouvelles Energies Hydrauliques - Compagnie des Hautes Chutes de Roques) et de ses 19 centrales hydroélectriques situées dans les Alpes.
  • Le second est la création du Center Parc des Landes de Gascogne sur 127 hectares à Beauziac et Pindères en Lot-et-Garonne à l'horizon 2021. La Banque des territoires est intervenue pour 31 M€ aux côtés des communes concernées et du Département pour se porter acquéreur d'une partie de l'infrastructure qui sera louée à l'exploitant Pierre & Vacances.

La Nouvelle-Aquitaine devant l'Ile-de-France

"Ce niveau exceptionnel de fonds propres mobilisés témoignent du dynamisme bien réel du territoire et a permis à la Nouvelle-Aquitaine de dépasser l'Ile-de-France sur cet aspect en 2018", explique Annabelle Violet, la directrice régionale adjointe de la Caisse des dépots / Banque des territoires en Nouvelle-Aquitaine, qui poursuit : "C'est aussi lié à l'adaptation des modes d'intervention de la Banque des territoires avec un assouplissement des critères en matière de retour sur investissement et de sélection des projets et une plus grande autonomie de décision sur les projets allant jusqu'à 1 M€."

Ce niveau d'intervention devrait néanmoins rester exceptionnel même si la Caisse des dépôts est déterminée à atteindre environ 70 M€ de fonds propres mobilisés en 2019, ce qui représente déjà, en soi, une vraie marche par rapport au rythme de croisière de l'établissement ces dernières années dans la grande région qui oscillait entre 25 et 30 M€ par an.

Les prêts au secteur public en repli

L'autre levier d'action principal de la Caisse des dépôts est l'utilisation des fonds d'épargne centralisés à partir du Livret A pour prêter à long et très long terme aux organismes publics (collectivités locales, organismes HLM, sociétés d'économie mixte, syndicats mixtes, certaines professions réglementées, etc.). Le montant des prêts signés en 2018 a atteint 934 M€, contre 1 Md € l'année précédente. Un repli lié, selon Annabelle Viollet, "au marché concurrentiel avec des taux très bas qui permettent aux autres banques de proposer des offres très compétitives pour des durées allant jusqu'à 20 ou 25 ans. En revanche, la Banque des territoires reste l'interlocuteur principal au-delà de 30 ans. Mais, plus largement, plusieurs lois votées ces dernières années (loi Notre sur la décentralisation et loi Macron sur la croissance en 2015 puis loi Elan sur le logement en 2018) ont profondément modifié le champ d'activité des collectivités locales, des bailleurs sociaux et des notaires, qui sont trois de nos clients historiques."

Néanmoins, les prêts aux organismes HLM ont permis de participer au financement l'an dernier de la construction de 5.516 logements locatifs sociaux neufs et de la réhabilitation de 1.233 logements sociaux et places d'hébergement. L'établissement propose également désormais des réaménagements de dette aux bailleurs sociaux et des prêts de haut-de-bilan. Par ailleurs, 80 % des nouveaux notaires de la région ont également été accompagnés financièrement via un prêt à l'installation, soit 157 nouveaux notaires en Nouvelle-Aquitaine dont 57 à Bordeaux Métropole.

Logement et développement territorial

Enfin, la Caisse des dépôts, qui place la lutte contre les inégalités territoriales au premier rang de ses priorités, assume son rôle dans la réponse à apporter aux revendications du mouvement des Gilets jaunes.

"Cette mobilisation conforte la stratégie de la Banque des territoires d'être plus réactive, plus souple et plus rapide dans ses prises de décisions. Quand on participe aujourd'hui à la revitalisation des villes moyennes et demain à celle des centres bourgs, quand on finance les maisons de santé, les maisons des services publics, les transports en commun, les réseaux de chaleur et, bien sûr, le logement social, on agit sur le quotidien et le pouvoir d'achat. Nous sommes une des solutions pour répondre à cette question du pouvoir d'achat qui est, à mon sens, primordiale dans les revendications des Gilets jaunes", juge Annabelle Viollet.

Sur le terrain, ces actions se traduisent notamment par deux programmes nationaux déclinés dans la région. Le plan "Action cœur de ville", qui concerne 22 villes moyennes de la Nouvelle-Aquitaine dont Libourne, Brive, Châtellerault et Pau. Consacré à la rénovation et revitalisation des centre-villes, il se superpose peu ou prou à la carte du plan "Territoires d'industrie" qui cible désormais 15 zones dans la région (contre dix initialement) dont trois territoires pilotes : Grand-Châtellerault, Val-de-Garonne et Pau-Tarbes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :