Nouvelle-Aquitaine : les inégalités territoriales dans le viseur de la Caisse des dépôts

 |  | 495 mots
De gauche à droite : Jean-Baptiste Desanlis (CDC habitat), Rémi Heurlin (CDC Bordeaux), Jérôme Genin (CDC biodiversité), Pascal Morganti (Transdev) et Annabelle Viollet (directrice régionale adjointe CDC Nouvelle-Aquitaine).
De gauche à droite : Jean-Baptiste Desanlis (CDC habitat), Rémi Heurlin (CDC Bordeaux), Jérôme Genin (CDC biodiversité), Pascal Morganti (Transdev) et Annabelle Viollet (directrice régionale adjointe CDC Nouvelle-Aquitaine). (Crédits : PC / La Tribune Bordeaux)
Répondant à l'appel des pouvoirs publics, la Caisse des dépôts a musclé son activité auprès des collectivités locales et des acteurs privés de Nouvelle-Aquitaine. Avec 27,7 M€ de fonds propres investis dans la région l'an dernier, l'établissement affiche en effet une hausse de 18 % de ses interventions. Objectifs : soutenir la commande publique, revitaliser les centres-villes et réduire les inégalités territoriales.

"Le mot clef de notre action en 2018 c'est la lutte contre la fracture territoriale", annonce Annabelle Viollet, la directrice régionale adjointe de la Caisse des dépôts en Nouvelle-Aquitaine, mardi 24 avril, à l'occasion de la présentation des résultats 2017 de l'établissement public. Cela s'est traduit au niveau national par un milliard d'euros de fonds propres investis dans 190 projets "dont 73 % en dehors des métropoles". La lutte contre les inégalités territoriales et le soutien à l'investissement public local, c'est précisément l'objet de la mutation de la Caisse en Banque des territoires prévue l'été prochain.

Lire aussi : « Sur cinq ans, la Caisse des Dépôts peut susciter 35 milliards d'euros d'investissements » Gabrielle Gauthey

Un effet de levier de 200 M€

Au niveau régional, la Caisse des dépôts a investi 27,7 M€ de fonds propres, soit un bond de 18 % par rapport au 23,4 M€ de 2016. Une intervention qui a permis de mobiliser par effet de levier un total de 200 M€ d'investissements publics et privés dans une vingtaine de projets privés à vocation d'intérêt général (réseaux de très haut-débit, énergie renouvelables, infrastructures, rénovations...). S'y ajoute l'octroi d'un milliard d'euros de prêts aux collectivités locales, aux universités et, surtout, aux organismes HLM pour participer à la construction ou la réhabilitation de 17.500 logements sociaux en Nouvelle-Aquitaine. Le montant des prêts accordés en 2017 dans la région est en repli de -3,5 % par rapport au 1,04 Md€ distribué en 2016.

"Pour 2018, notre enjeu prioritaire est de soutenir le niveau d'investissement des organismes HLM dans la construction et la rénovation de logements malgré les incertitudes liées à la recomposition du secteur prévue par le projet de loi Elan", insiste la directrice régionale adjointe. "Du côté de l'investissement des collectivités locales, la région est plutôt épargnée par la baisse constatée au niveau national grâce au dynamisme de la métropole bordelaise et des départements littoraux mais le but est justement d'arrimer les douze départements néo-aquitains au développement territorial."

Cela passera notamment par la mise en œuvre du programme "Action cœur de ville" qui concernera 22 villes de Nouvelle-Aquitaine dont Libourne, Pau, Brive, Châtellerault, Angoulême et Cognac. Doté de 1,7 Md€ au niveau national, ce programme se déploiera sur plusieurs années. "Nous conventionnerons avec les villes et agglomérations concernées d'ici au 30 septembre puis nous établirons un avenant sous 18 mois qui pourra concerner des projets sur 5 ans", précise Annabelle Viollet. "Nous sommes à un moment charnière pour la rénovation des centres-villes et centres-bourgs avec des projets qui se lancent et d'autres qui aboutissent en matière d'habitat, d'espaces publics, d'équipements et d'attractivité commerciale", souligne Rémi Heurlin, le directeur délégué de Bordeaux qui doit rencontrer prochainement les équipes du Département de la Gironde pour parler du soutien aux villes d'équilibre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :