Biotechnologies : Treefrog Therapeutics fête ses trois ans avec une aide à 3,5 millions d'euros

La startup Treefrog Therapeutics vient de fêter son troisième anniversaire et d'annoncer un nouveau concours de financements publics à hauteur de 3,5 millions d'euros. Située à l'avant-garde de la production à grande échelle de cellules souches pluripotentes induites (CSPI), cette startup girondine devrait ouvrir une nouvelle ère dans le traitement de graves pathologies encore incurables telles qu'Alzheimer et Parkinson.

6 mn

Emblème totémique de l'entreprise, la rainette (treefrog) semblait nager dans ses oeufs au milieu des salariés de Treeforg Therapeutics.
Emblème totémique de l'entreprise, la rainette (treefrog) semblait nager dans ses oeufs au milieu des salariés de Treeforg Therapeutics. (Crédits : Treefrog Therapeutics)

La startup Treefrog Therapeutics (thérapies de la rainette), a fêté son troisième anniversaire, ce mardi 7 décembre à Pessac (Bordeaux Métropole), où se trouve son siège social, et annoncé qu'elle venait de recevoir 3,5 millions d'euros de financements complémentaires. A l'occasion de cet anniversaire, la startup a organisé la visite de ses locaux et présenté sa nouvelle extension de 900 m2 : un bâtiment en location situé à quelques dizaines de mètres, à Europarc, tout près du groupe I2S avec lequel coopère Treefrog Therapeutics.

Lire aussi 7 mnBiotechnologies : Treefrog Therapeutics lève 64 millions d'euros et va créer sa première filiale

La startup, qui compte déjà 70 salariés, a réussi jusqu'ici un développement exemplaire, d'abord grâce à C-Stem, sa technologie de rupture dans la production à très grande échelle et d'une qualité génomique maximale de cellules souches pluripotentes induites (CSPI), mais aussi grâce au soutien des nombreux acteurs publics qui ont guidé ses premiers pas, qu'il s'agisse de l'Université de Bordeaux, de Bpifrance ou de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Associé avec I2S pour le "Grand défi biomédicaments"

Si Treefrog Therapeutics a réussi une levée de fonds record de 64 millions d'euros en septembre dernier, avec en particulier d'importants contributeurs privés, la jeune entreprise bénéficie en cette fin d'année 2021 de 3,5 millions d'euros de nouveaux financements exclusivement publics. Sur cette enveloppe, Bpifrance amène deux millions d'euros pour soutenir le développement de la thérapie cellulaire portée par la startup contre la maladie de Parkinson.

Financement qui vient s'additionner au million d'euros accordé par le Secrétariat général pour l'investissement (SGPI) dans le cadre de l'appel à projet du « Grand défi biomédicaments » remporté par Treefrog Therapeutics au côté de son partenaire girondin I2S (spécialiste de la vision industrielle), et le centre Meary de thérapie cellulaire et génique de l'APHP (Assistance publique/Hôpitaux de Paris), pour une enveloppe initiale de 1,7 million d'euros. La Région Nouvelle-Aquitaine a de son côté apporté 0,5 million d'euros afin de soutenir l'investissement matériel et immobilier réalisé par la startup à Pessac.

Lire aussi 4 mnLes pistes de la Nouvelle-Aquitaine pour enraciner les biotechnologies sur son territoire

Un surface de production multipliée par deux

"Il s'agit d'une subvention qui va nous permettre d'atteindre une échelle supérieure de développement. Dans son Plan de relance, l'Etat a prévu un volet bio-production et nous en profitons. De son côté la Région nous aide à doubler la surface de notre salle blanche de production et conditionnement. Mais aussi pour l'ouverture de notre nouveau site de micro-production à Europarc. Et c'est avec I2S que nous avons financé un outil de contrôle qualité, dans le cadre du plan de relance", confirme à La Tribune Kevin Alessandri, cofondateur de la startup (directeur général USA en partance pour Boston), avec Maxime Feyeux (directeur scientifique) et Jean-Luc Treillou (président du comité stratégique).

Une startup en fort développement, dont Frédéric Desdouit est le président.

Treefrog Kevin Alessandri 3e anniversaire

Kevin Alessandri en pleine démonstration (crédits : Agence Appa)

Ainsi pas étonnant de croiser le secrétaire général pour les affaires régionales (Sgar) de la préfecture de Nouvelle-Aquitaine, Patrick Amoussou-Adéblé, Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine ou encore Eric Papon, vice-président Innovation et relations entreprises de l'université de Bordeaux, ou encore Franck Raynal, maire de Pessac, à cet anniversaire pas comme les autres.

"Trois ans plus tard, c'est avec une immense joie que je constate le chemin parcouru. Vous êtes maintenant 70 et vous créez en France une plateforme de bioproduction unique au monde. Actuellement nous dépendons à 95 % de biothérapies étrangères. Nous avons donc plus que jamais besoin d'investir dans des technologies comme la vôtre pour garantir notre souveraineté et établir les filières industrielles de demain", a en substance observé Patrick Amoussou-Adéblé.

De son côté, Alain Rousset a rappelé qu'à la racine du projet se trouvait la décision de deux jeunes ingénieurs, alors étudiants en Suisse, qui ont regardé avec intérêt de l'autre côté des montagnes, vers l'océan et Bordeaux où ils ont décidé de s'installer.

Des essais cliniques pour la maladie de Parkinson dès 2024

"Depuis la Suisse, Maxime Feyeux et Kevin Alessandri ont perçu que nous disposions en Nouvelle-Aquitaine de conditions propices au développement d'une startup « DeepTech ». Nous les avons soutenus dès leur arrivée sur le territoire. Car, leur projet industriel s'aligne avec notre objectif de faire émerger en Nouvelle-Aquitaine des ETI (entreprise de taille intermédiaire) d'envergure internationale, notamment dans les biotechs.

A travers notre soutien à TreeFrog, nous sommes ravis de contribuer à démocratiser des thérapies qui peuvent changer radicalement la vie de millions de patients atteints de maladies chroniques et dégénératives, comme l'insuffisance cardiaque ou la maladie de Parkinson", a éclairé en détail Alain Rousset.

Lire aussi 17 mnDéveloppement économique : quels sont les ingrédients de la méthode Alain Rousset ?

Treefrog Therapeutics 3e anniversaire labo

Si elles ne sont pas monumentales, les unités de production de Treefrog Therapeutics sont très efficaces (Agence Appa).

Obtenues par rétro-ingénierie à partir de cellules adultes, les CSPI, qui peuvent fabriquer n'importe quel type d'organe constituent la clé qui doit ouvrir à la santé un tout nouveau champ d'expansion, celui des thérapies cellulaires. Encore prohibitif le coût de production des cellules souches bloque le développement de ces dernières, qui sont en particulier la seule façon de s'attaquer à la maladie de Parkinson. Treefrog Therapeutics compte démarrer ses premiers essais cliniques pour cette thérapie en 2024. La maladie de Parkinson détruit progressivement les neurones et Treefrog Therapeutics est actuellement la seule startup capable de cultiver ces dernières in vitro puis de les injecter dans le cerveau.

Lire aussi 6 mnFermentalg décolle avec son algue riche en DHA et déploie son puits à carbone

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.