Santé : Treefrog franchit un cap historique dans la production de cellules souches

 |  | 752 mots
Lecture 4 min.
Les trois cofondateurs de Treefrog Therapeutics (Thérapies de la Rainette) : Jean-Luc Treillou, Kevin Alessandri et Maxime Feyeux.
Les trois cofondateurs de Treefrog Therapeutics (Thérapies de la Rainette) : Jean-Luc Treillou, Kevin Alessandri et Maxime Feyeux. (Crédits : Appa/ Eric Barrière)
La startup bordelaise Treefrog Therapeutics vient de franchir avec succès un cap historique pour répondre aux besoins de la médecine régénérative en réussissant à produire 15 milliards de cellules souches pluripotentes induites. Une première mondiale qui confirme que la startup dispose avec C-Stem de la technologie nécessaire à la culture à grande échelle de ces cellules souches si précieuses pour la thérapie cellulaire.

Engagée dans la production à grande échelle de cellules souches pluripotentes induites (CSPI), la startup bordelaise Treefrog Therapeutics (Thérapies de la rainette), à Pessac (Bordeaux Métropole) vient de franchir une nouvelle étape déterminante dans le changement de paradigme qu'elle est en train de provoquer sur le terrain des thérapies cellulaires, grâce à sa technologie exclusive C-Stem.

Lire aussi : Biotechnologies : contrat de Treefrog avec l'EFS pour lutter contre les maladies du sang

La jeune entreprise a annoncé, ce mercredi 14 avril, avoir réussi à produire 15 milliards de cellules souches pluripotentes induites à partir d'un seul lot de 50 millions de ces CSPI en six jours et demi, avec une qualité cellulaire "exceptionnelle".

Elément clé de la médecine régénérative, la production de CSPI est bloquée par l'incapacité des laboratoires à produire à grande échelle, avec une qualité génomique irréprochable, les énormes quantités correspondant aux besoins en thérapies cellulaires dans le monde. Avec en bout de course des tarifs monstrueux, qui mettent le kilo de CSPI à 10 millions d'euros.

L'équivalent de 10.000 doses pour la maladie de Parkinson

"Chaque dose de thérapie cellulaire nécessite de deux à cinq milliards de cellules par patient selon les indications. Il est essentiel d'avoir une technologie évolutive de culture cellulaire pour fabriquer des milliards de cellules pour des millions de patients d'une qualité irréprochable pour répondre aux besoins médicaux en termes de volume, de délai, de sécurité et d'accessibilité.

Le lot de 15 milliards de CSPI que nous avons produit en une semaine, avec seulement deux opérateurs, c'est assez de matière première pour 10.000 doses pour la maladie de Parkinson. C'est sans précédent !", éclaire ainsi Maxime Feyeux, cofondateur de Treefrog Therapeutics, qu'il préside, chef de la direction scientifique de la startup.

Lire aussi : VIDEO. Une IA peut-elle nous aider à soigner la maladie de Parkinson ?

Les ressorts de la technologie C-Stem

Alors que l'opération qui permet de faire régresser les cellules adultes, spécialisées dans la fabrication d'os ou de peau, au stade primitif où leur pluripotence les rend à nouveau capable de fabriquer n'importe quel type de tissus, a fait l'objet d'un prix Nobel de médecine (1), Treefrog Therapeutics rend possible la culture de CSPI à très grande échelle grâce à sa technologie exclusive C-Stem.

Parce que dans les traditionnelles boîtes de Pétri, qui servent normalement à la culture cellulaire, les CSPI se suicident en masse (apoptose). C-Stem reconstitue un espace en trois dimensions dans lequel sont encapsulées et protégées les CSPI.

"La capsule est conçue pour être biomimétique. Il s'agit d'une membrane poreuse, qui permet la diffusion des nutriments, des gaz et des facteurs de croissance à l'intérieur et à l'extérieur. Mais c'est aussi un bouclier, qui protège la niche des cellules souches contre les stress mécaniques dans les processus industriels", précise Kevin Alessandri, cofondateur, directeur général et directeur technique de TreeFrog Therapeutics.

Lire aussi : Biotechnologie : Treefrog Therapeutics dévoile sa première installation industrielle

Une vertigineuse explosion des volumes produits en six mois

La startup créée sur le campus universitaire de Bordeaux a déjà démontré qu'elle était capable de traiter des commandes d'une certaine taille, comme en 2019 quand elle a livré avec succès son premier lot de 143 millions de CSPI à l'institut des maladies génétiques Imagine, à Paris. Les volumes n'ont désormais plus rien à voir, Treefrog venant de passer à 15 milliards de cellules souches pluripotentes induites. Ce qui était attendu, puisque cette étape démontre la grande robustesse de la technologie C-Stem, capable de changer d'échelle de production sans problème.

"Nous sommes passés de la culture (...) de 30 millilitres à 500 millilitres, 1,5 litre et maintenant 10 litres de bioréacteur en six mois. Lors de notre premier essai dans un bioréacteur de 10 litres nous avons obtenu, sans aucune optimisation, exactement la même courbe d'amplification exponentielle que nous avons observée en plus petits volumes, ce qui montre que C-Stem est vraiment évolutif. La prochaine étape consistera à atteindre la conformité GMP (pour Bonnes pratiques de fabrication/Good manufacturing practices) au début de 2022", expose Michael Lanero Fidalgo, chef des opérations à TreeFrog Therapeutics.

(1) Il a été décerné en 2012 aux professeurs Shinya Yamanaka, de l'université de Kyoto (Japon), et John B. Gurdon, de l'université de Cambridge (Royaume-Uni), grâce auxquels les cellules adultes peuvent être ramenées à leur état primitif de pluripotence.

Lire aussi : Santé : à Bordeaux la startup Treefrog Therapeutics lève 7,1 M€

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :