Santé : à Bordeaux la startup Treefrog Therapeutics lève 7,1 M€

 |   |  577  mots
Maxime Feyeux et Kévin Alessandri, cofondateurs de Treefrog Therapeutics
Maxime Feyeux et Kévin Alessandri, cofondateurs de Treefrog Therapeutics (Crédits : Treefrog Therapeutics)
Portée par deux Normaliens, la startup Treefrog Therapeutics (Thérapies de la Rainette) réalise une belle levée de fonds en ce début 2019. Il faut dire que la jeune entreprise est en passe de faire sauter un verrou dans la production de masse de cellules souches. Un enjeu énorme à l’échelle de la planète.

Après avoir produit 143 millions de cellules souches pluripotentes (CSP : capable de fabriquer n'importe quel type d'organe, à la demande - NDLR) la startup bordelaise Treefrog Therapeutics (Thérapies de la Rainette) annonce une levée de fonds record de 7,1 M€.

"Grâce à ce financement, nous allons construire une vitrine industrielle de notre savoir-faire à Bordeaux. Pour être précis nous allons construire une usine qui va produire en très grande quantité des cellules souches pluripotentes de haute qualité" résume le physicien Kévin Alessandri, directeur général et cofondateur de l'entreprise avec le biologiste Maxime Feyeux, président.

L'innovation portée par Treefrog Therapeutics est au centre de ce projet industriel puisque cette très jeune entreprise innovante a mis au point un procédé révolutionnaire de culture des cellules souches pluripotentes. Baptisé C-Stem ce process permet fabriquer 5.000 capsules de culture des cellules souches pluripotentes à la seconde ! Grâce à cette levée de fonds l'entreprise va pouvoir financer un de ses deux objectifs qu'elle s'est fixée à moyen terme : hisser, d'ici 2024, le process C-Stem au niveau des bonnes pratiques les plus exigeantes de l'industrie pharmaceutique (normes BPF).

Comment produire les CSP et comment les greffer

"Nous allons créer une vitrine industrielle à Bordeaux, je ne vous dirai pas où. Quand je dis ça, il faut comprendre que nous allons créer l'usine mais aussi les machines et les procédés. Autrement-dit 60 à 70 % de notre levée de fonds va servir à financer l'automatisation de la production de cellules souches pluripotentes, c'est-à-dire leur culture. Et à monter notre outil industriel au plus haut niveau des bonnes pratiques pharmaceutiques" résume en substance Kévin Alessandri.

Dans cette entreprise de production de CSP de haute qualité en grande masse, le volet biologique prend une dimension vitale. Treefrog Therapeutics est ainsi engagée dans des travaux qui ciblent plusieurs pathologies lourdes, comme la maladie de Parkinson.

"Nous savons fabriquer des boules de neurones et nous savons comment les greffer dans le cerveau. Nous utilisons un brevet qui porte précisément sur la méthode de cette greffe, entre physique et biologie. C'est-à-dire que nous savons comment mettre les CSP dans une machine pour les cultiver à très grande vitesse et en grande quantité, et nous savons comment les mettre dans le patient" didactise le directeur général.

Les Français et leur rainette ne sont pas les seuls sur le coup mais ils semblent bien détenir une technologie leader qui pourrait éclipser aussi bien les Japonais que les Américains. Kévin Alessandri évoque ainsi la firme Sumitomo, au Japon, qui a investi 35 M€ dans une usine de culture de CSP de 3.000 m2 et annonce que Treefrog Therapeutics fera probablement cinq ou six fois mieux dans 40 m2 avec 7 M€ d'investissement... "Notre usine devrait ouvrir ses portes d'ici début 2020" relève le cofondateur de l'entreprise. Cette levée de fonds record de 7,1 M€ a été abondée le fonds d'investissement en capital-risque franco-allemand XAnge (Groupe Siparex).

La société de capital investissement bordelaise Galia Gestion a également rejoint le tour de table, où l'on retrouve l'Irdi-Soridec, Aquiti Gestion et bien sûr la Satt Aquitaine. La jeune entreprise souligne qu'en plus d'une levée de fonds de 6,5 M€ en capital, Treefrog Therapeutics a reçu 600.000 euros de financements non dilutifs de la part de la Région Nouvelle-Aquitaine, de Bpifrance et du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :