Cellules souches : la startup Treefrog Therapeutics lève 600.000 €

 |   |  629  mots
Réussir à fabriquer industriellement et à grande vitesse des cellules souches pluripotentes induites c'est le pari que doit relever TreeFrog Therapeutics.
Réussir à fabriquer industriellement et à grande vitesse des cellules souches pluripotentes induites c'est le pari que doit relever TreeFrog Therapeutics. (Crédits : cc0 Pixabay)
Treefrog Therapeutics promet de créer un vrai marché pour les cellules souches pluripotentes induites. Capables de fabriquer n’importe quel type d’organe, ces dernières sont produites aujourd'hui au compte-goutte et suscitent de colossales attentes non satisfaites. D'où une caricature de marché et des prix monstrueux de l’ordre de 10 M€ le kilogramme… Avec sa technologie de production accélérée, la startup bordelaise doit complètement changer cette donne.

La startup bordelaise Treefrog Therapeutics (Thérapies de la rainette), qui développe une technologie biotechnologique révolutionnaire - consistant en la création de micro-usines capables de fabriquer industriellement et à grande vitesse des cellules souches pluripotentes induites - annonce la levée de 600.000 euros. Cette startup fondée à partir du projet initié par Maxime Feyeux (président) et Kevin Alessandri (directeur général) a bouclé ce tour de table en un mois, grâce à l'appui d'Aquiti Gestion (via les fonds ACI et Naco), mais aussi de l'Irdi Soridec Gestion et John Samson, investisseur privé.

Le projet de Treefrog Therapeutics, qui a décroché en 2018 le concours national d'innovation i-LAB, est porté depuis 11 mois par la société d'accélération du transfert de technologie (Satt) Aquitaine Science Transfert, structure universitaire qui est également entrée au capital lors de cette levée de fonds.

"Au total nous avons investi 1,2 M€ sur ce projet. Les cellules souches qui servent de matière première pour les thérapies cellulaires coûtent 10 M€ le kilogramme. TreeFrog Therapeutics introduit une innovation radicale. Leur technologie permet déjà de produire 10 fois plus de cellules par opérateur, en divisant les coûts de production par cinq, et ce avec un niveau de qualité complétement inédit", déroule ainsi Maylis Chusseau, présidente d'Aquitaine Science Transfert.

La startup est également accompagnée par l'incubateur Unitec.

Pouvoir fabriquer n'importe quel organe

Les cellules souches pluripotentes sont capables de fabriquer n'importe quel type d'organe. Elles sont dites induites car elles ne proviennent pas d'embryons mais de corps adultes (par exemple de l'os). Treefrog Therapeutics a mis au point une technologie d'encapsulage à haute vélocité de ces cellules souches, qui sont protégées par une coquille leur permettant de se développer de façon optimale en bioréacteur industriel.

C'est dans un deuxième temps que les cellules peuvent être différenciées en neurones, rétine, foie, rate ou autres, par le biais de micro-compartiments (des micro-incubateurs) qui reproduisent en miniature l'organe cible (comme le poumon).

L'objectif est de remplacer au bout du compte les réseaux cellulaires détruits par divers types de pathologies (de la maladie de Parkinson au diabète) par ces nouvelles cellules.

"Avec ce premier tour, nous sécurisons notre portefeuille de brevets, nous renforçons nos fonds propres pour accéder à la subvention i-LAB et confirmons notre ancrage aquitain pour le développement de notre outil industriel. C'est aussi un premier pas vers une levée de fonds plus importante pour laquelle nous sommes déjà en négociation", indique Kevin Alessandri.

C'est à Genève que les créateurs ont choisi Bordeaux

Maxime Feyeux (Ecole normale supérieure de Lyon, Université d'Evry-Val d'Essonne) et Kevin Alessandri (Université Pierre et Marie Curie à Paris, Ecole normale supérieure, Institut Pasteur) se sont rencontrés en Suisse, en post-doctorat à l'Université de Genève, où ils ont mis leur projet au point. Et c'est depuis la Suisse qu'ils ont choisi de venir en Aquitaine en 2015 pour y lancer leur entreprise innovante.

"Nous avons cherché pendant quelques mois l'environnement le plus propice au projet. La région Nouvelle-Aquitaine est connue pour son soutien à l'innovation. Nous sommes venus et nous n'avons pas été déçus", relate ainsi Maxime Feyeux.

Arrivés à Bordeaux, les cofondateurs de Treefrog Therapeutics ont intégré le Laboratoire photonique, numérique et nanosciences (LP2N), à l'Institut d'Optique d'Aquitaine, et se sont vus accordés une bourse d'initiative d'excellence de l'Université de Bordeaux. C'est ainsi que les deux initiateurs du projet ont été rejoints pour la création de la startup par trois chercheurs bordelais : Laurent Cognet (CNRS, LP2N), Pierre Nassoy (CNRS, LP2N) et Erwan Bézart (CNRS, Institut des maladies neurodégénératives).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :