French Tech Day Bordeaux : le programme complet du 12 décembre

 |   |  920  mots
(Crédits : French Tech Bordeaux)
Comme elle le fait chaque année, l'association French Tech Bordeaux réunira l'écosystème régional de l'innovation lors du French Tech Day, le 12 décembre au Palais de la Bourse. Plus de 2.000 personnes sont attendues au fil de la journée lors de quatre temps forts articulés autour de quatre mots-clés : recruter, innover, découvrir et partager. Trois invités d'honneur figurent également au programme : Nicolas Hazard (INCO), Anne Bioulac (Augustus intelligence) et Anne Braescu-Kerlan (Groupe SOS Tech, Women'Up).

La première séquence, de 10h30 à 12h30, sera dédiée à la solidarité entrepreneuriale. Plusieurs séquences sont prévues : une présentation des lauréats de la première promotion et des mentors du programme French Tech Tremplin, nouveau dispositif visant à promouvoir la diversité au sein de la tech. Cet échange sera suivi d'une table ronde sur la thématique : "Pourquoi et comment développer l'entraide et la solidarité pour entreprendre ?" avec Marine Cotty-Eslous, fondatrice de Lucine et membre du Conseil national du numérique, Abdessamad Baazizi, président de l'Association nationale des jeunes entrepreneurs Aquitaine, et Ludovic Partyka, CEO de Primobox et co-président du Réseau entreprendre. Nicolas Hazard tiendra ensuite une conférence. Fondateur d'INCO, structure accompagnant plus de 500 startups impliquées dans les thématiques sociales et environnementales, il est aussi l'organisateur du forum Impact autour de la nouvelle économie.

La deuxième séquence sera dédiée au recrutement avec le Job Connect, de 13h30 à 17h30. Plus de 100 entreprises se sont inscrites pour rencontrer des candidats à l'embauche. Elles présenteront 380 opportunités dont 300 CDI recensés dans des domaines divers : développement web, data science, graphisme, marketing et communication, développement commercial...

A la fin du Job Connect, à 17h30, les membres du comité French Tech Bordeaux prendront la parole avant la traditionnelle photo collective à 17h55. Quatre startups s'affronteront ensuite lors de la Startup battle, de 18h à 19h : Viji, Nuage, CibleR et MyEli, retenues en demi-finales à l'issue d'un processus de sélection qui aura vu 16 jeunes pousses se mesurer. La lauréate se verra offrir un pass visiteur pour participer au prochain CES Las Vegas avec la délégation de Bordeaux et de Nouvelle-Aquitaine.

La soirée se poursuivra entre 19h et 20h par deux conférences avec :

  • Anne Bioulac, spécialiste de la transformation digitale et de l'impact de l'intelligence artificielle sur les organisations et les modèles économiques des entreprises. Elle est aujourd'hui managing director pour l'Europe au sein d'Augustus Intelligence, startup américaine d'intelligence artificielle. Anne Bioulac a notamment participé à la cartographie de référence des acteurs européens de l'IA avec France Digitale. Elle a également publié une étude visant à mesurer l'impact de l'IA sur les emplois en France et en Allemagne. Elle consacre une partie de son temps à s'investir dans la question de la place de la femme dans l'univers technologique, en tant qu'ambassadrice pour 50intech, Women in Africa, et a publié deux études sur le leadership au féminin.
  • Adeline Braescu-Kerlan, directrice du groupe SOS Tech. Ancienne consultante en santé publique, passée par la direction diversité et inclusion de Sodexo Monde, Adeline Braescu-Kerlan a ensuite piloté l'Incubateur de politiques publiques de Sciences Po avant de rejoindre le groupe SOS en tant que directrice de Groupe SOS Tech, qui s'appuie sur les nouvelles technologies pour "mettre le digital au service de l'intérêt général".

La soirée se poursuivra par un cocktail et un moment de réseautage, toujours au Palais de la Bourse. Inscription gratuite mais obligatoire ici

/////////////////

Quelle feuille de route pour French Tech Bordeaux ?

"Bordeaux grandit, devient vraiment une métropole. La trajectoire bordelaise est ascendante, les entreprises s'y consolident, le nombre d'événements verticalisés augmente. La métropole devient une place forte et se construit des infrastructures. Bordeaux a des atouts et un positionnement central pour devenir un carrefour européen de l'innovation, nous devons le faire savoir. Montrer davantage que Bordeaux est une ville où l'on sait entreprendre et innover, et pas simplement une belle ville où on ne parle que de vin", expliquait il y a quelques semaines Cyril Texier, président du comité French Tech Bordeaux. "Il nous faut aussi écouter les signaux et travailler avec tous les acteurs concernés pour éviter le piège de la ville-musée, de manière à ne pas brider les acteurs locaux et continuer à attirer de nouvelles entreprises. Et pour l'éviter, les axes de travail sont nombreux : comment évite-on aux salariés de passer trop de temps dans les transports et comment leur permet-on de se déplacer en sécurité lorsqu'ils sont à vélo par exemple ? Comment aborde-t-on la question du logement et de son coût ? Comment accueille-t-on les nouveaux arrivants ?"

Cyril Texier, président du comité French Tech Bordeaux

Cyril Texier, président du comité French Tech Bordeaux et dirigeant de Dydu (Do you dream up, éditeur de logiciels conversationnels)

Le président du comité refuse de cantonner l'innovation au numérique et veut également mettre en avant "l'innovation tous azimuts dans l'agriculture, dans la santé... Notre rôle est de faire en sorte que cela se sache, et d'informer également les acteurs locaux, d'ouvrir le débat sur différents sujets tels que la diversité, le financement. De rappeler par exemple aux entrepreneurs que ce n'est pas parce que tu as levé des fonds que tu as réussi, que ce n'est pas une fin en soi et qu'une entreprise existe pour faire du résultat et pouvoir embaucher." Cyril Texier et les autres entrepreneurs du comité entendent également appuyer sur certains points, en partenariat : contribuer à renforcer les liens entre grands groupes et startups, amener les gros acteurs à être clients des plus petits, créer du lien et inciter au mentoring, sortir d'une logique où les petites entreprises sont écrasées pour aller vers plus de cohésion... et aborder la problématique de la concurrence féroce que se livrent les sociétés technologiques pour attirer les meilleurs profils.

Lire aussi : Bordeaux obtient le label "Capitale French Tech"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :