Michel Ohayon s’adresse avec Jean-Michel Grunberg aux professionnels du jouet

 |   |  854  mots
Michel Ohayon, associé à Jean-Michel Grunberg
Michel Ohayon, associé à Jean-Michel Grunberg (Crédits : Appa)
Le courrier cosigné par les deux associés, désormais copilotes de l’enseigne La Grande Récré, que vient de publier le média professionnel La Revue du Jouet, rassure sur la solidité du groupe Ludendo. Il précise aussi les axes choisis par Michel Ohayon et Jean-Michel Grunberg pour assurer la relance de la Grande Récré.

Alors que le pic annuel d'activité dans la vente de jouets se rapproche de plus en plus, avec Noël et le Premier de l'an, Jean-Michel Grunberg, dirigeant de Ludendo, qui gère l'enseigne La Grande Récré, et l'homme d'affaires Michel Ohayon, fondateur et dirigeant de la Financière bordelaise immobilière (FIB), qui a volé en octobre au secours de Ludendo, signent un courrier dans lequel ils s'adressent aux professionnels du secteur, que vient de dévoiler La Revue du Jouet, média spécialisé de référence dans ce secteur d'activité. Dans cette adresse aux acteurs du marché, les deux dirigeants se félicitent tout d'abord de l'heureux dénouement survenu au tribunal de commerce de Paris.

"Nous avons l'honneur et le plaisir de vous confirmer que les plans de redressement par voie de continuation du groupe Ludendo ont été homologués par le tribunal de commerce de Paris le 2 octobre 2018. L'adhésion significative exprimée par nos partenaires a été un atout très positif et nous tenions à vous en remercier" relève le courrier.

Le tribunal de commerce a validé le fait que les budgets prévisionnels présentés "confirment les perspectives de redressement de Ludendo" poursuit la missive, qui précise qu'il a "par ailleurs salué les efforts de restructuration réalisés par l'entreprise au cours des six mois de la période d'observation" pour un plan de continuation qui "conjugue la sauvegarde de l'emploi et l'apurement progressif du passif".

Souligner l'efficacité de l'association

La FIB a joué un rôle clé dans la victoire de l'offre présentée au tribunal de commerce de Paris par Jean-Michel Grunberg. Une séquence clé qui n'est pas oubliée.

"L'autre élément essentiel de la force de notre plan est, bien évidemment, constitué par le soutien et l'apport financier consenti par le groupe FIB, qui nous permet de sécuriser la fin d'année 2018 et de pérenniser l'entreprise. Ainsi le groupe Ludendo est redevenu « in bonis », ce qui signifie qu'il est sorti du redressement judiciaire et qu'il jouit à nouveau de l'ensemble de ses droits et libertés dont dispose toute entreprise" éclairent les deux associés.

Ils partagent par ailleurs la même vue de la situation et tiennent à le faire savoir.

"Ensemble, Michel Ohayon et Jean-Michel Grunberg, nous partageons la même vision de l'entreprise, de l'avenir du jouet et de son rôle par rapport à l'enfant.... Nous partageons également les mêmes valeurs et nous considérons que la relation humaine est un des points forts de La Grande Récré. Ce caractère unique qui nous différencie d'un simple distributeur ou d'un pure player" déroulent les deux hommes dans le courrier publié par La Revue du Jouet.

Renforcer réseau physique et prestations en ligne

Les deux associés donnent enfin des précisions plus concrètes sur leur plan de développement, qu'ils articulent sur deux axes.

"Primo, le renforcement de notre marque La Grande Récré en orientant son concept vers un dispositif omnicanal alliant commerce et loisirs, comprenant :
- des « magasins à vivre » qui offrent une expérience de visite et d'achat agréable et efficace pour nos clients. Notre réseau de magasins de premier ordre sera renforcé, avec le soutien du groupe FIB, par des ouvertures dans des emplacements stratégiques.
- Le site web lagranderécré.fr plus performant, proposant des services digitaux omnicanaux, notamment la e-réservation gratuite, le click & collect, la livraison à domicile et le paquet-cadeau gratuit" expose le courrier.

Michel Ohayon, qui a pris le contrôle de 22 magasins Galeries Lafayette en régions début 2018, n'avait pas caché lors des négociations pour la reprise de La Grande Récré qu'il envisageait d'ouvrir des corners réservés à cette enseigne dans ses Galeries Lafayette. S'il n'est pas tout à fait impossible que le patron de la FIB fasse une annonce imprévue à ce sujet, car il ne faut pas oublier que Michel Ohayon a aussi essayé, sans succès, de s'emparer des magasins français de Toys'R'Us, cela semble désormais peu probable à cause du calendrier.

Optimiser la satisfaction client

Rappelons que Michel Ohayon aurait abondé le plan de continuation de Jean-Michel Grunberg à hauteur de 30 M€. Le deuxième axe de ce plan, présenté de façon très globale, consiste à faire évoluer le modèle "économique et commercial, en mettant en œuvre des principes novateurs visant à se différencier par l'offre de produits et de services tout en proposant des prix attractifs. Il s'agit ainsi d'adapter nos méthodes de management et de gestion qui doivent permettre d'optimiser nos résultats en termes de satisfaction clients, de génération de cash et de rentabilité. L'engagement du groupe FIB permet aujourd'hui à Ludendo de poursuivre sa mutation."

Très engagé dans l'immobilier commercial, l'hôtellerie de luxe, les grands crus, la distribution au détail et désormais le jouet, Michel Ohayon, on le voit, n'est pas intervenu auprès de Ludendo pour simplement jouer les pompiers et s'implique totalement dans la stratégie de développement de ce groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :