Michel Ohayon veut reprendre Toys’R’Us et la Grande Récré

 |   |  618  mots
Michel Ohayon dans son hôtel bordelais, l'Intercontinental Bordeaux -Le Grand Hôtel
Michel Ohayon dans son hôtel bordelais, l'Intercontinental Bordeaux -Le Grand Hôtel (Crédits : Agence Appa)
Après son positionnement très récent sur le dossier de reprise de Toys’R’Us en France, le Bordelais Michel Ohayon, patron de la FIB, est sur les rangs pour prendre le contrôle de la Grande Récré. S’il réussit, il pourrait contrôler près de 20 % du marché du jouet.

L'homme d'affaires bordelais Michel Ohayon, dirigeant et fondateur de la Financière immobilière bordelaise (FIB), qui contrôle une trentaine de sociétés immobilières, vient de se positionner comme le repreneur sans doute le plus sérieux de Ludendo, maison mère de l'enseigne La Grand Récré, comme l'a révélé dimanche Le Figaro. Une information sur laquelle est revenue l'AFP ce lundi matin.

La Grande Récré est en redressement judiciaire depuis le mois de mars et Michel Ohayon a décidé de soutenir le plan de continuation que Jean-Michel Grunberg, fils du fondateur de Ludendo (dont la famille contrôle 65 % du capital), doit présenter au tribunal de commerce de Paris le 20 septembre prochain. En juin, La Grande Récré a annoncé la fermeture de ses filiales déficitaires en Belgique, Espagne et Suisse pour se recentrer sur la France où elle contrôle 104 magasins en propre (après 62 fermetures) et 1.200 salariés directs. En 2017, le groupe Ludendo a réalisé un chiffre d'affaires de 460 M€.

Deux autres repreneurs pour Toys'R'Us

Le Figaro précise que Michel Ohayon aurait accepté d'apporter 30 M€ pour rendre le plan de continuation de Jean-Michel Grunberg convaincant aux yeux des juges consulaires. Au terme de cette opération la FIB deviendrait ainsi l'actionnaire majoritaire de Ludendo, société qui serait lestée par 100 M€ de dettes. L'intervention de la FIB permettrait ainsi de garantir les financements de Ludendo. Après avoir repris en début d'année la gestion de 22 magasins Galeries Lafayette en région, Michel Ohayon, qui s'est également positionné pour la reprise des 53 magasins Toys'R'Us, est en concurrence pour la Grande Récré avec Fnac Darty, sur les rangs depuis le mois de juin.

S'il décroche à la fois les 104 magasins de la Grande Récré et les 53 de Toys'R'Us, Michel Ohayon serait prêt à faire passer les seconds sous les couleurs des premiers. Mais ces deux dossiers sont distincts et le destin de Toys'R'Us (leader de la vente de jouets en France) sera réglé par le tribunal de commerce d'Evry lors de l'audience du 3 octobre prochain. Et dans cette affaire, Michel Ohayon sera en lice avec deux autres prétendants à la reprise : Pierre Mestre, fondateur et président du groupe Orchestra, centré sur la vente d'articles de puériculture et de vêtements enfants, et Jellej Jouets, une société en cours de création, souligne l'AFP, qui sera contrôlée à 90 % par Cyrus Capital, un fonds créancier des entités américaines du groupe Toys'R'Us

Spectaculaire virage dans le monde du retail

Quoi qu'il arrive au final, Michel Ohayon s'attaque en force à un marché du jouet il est vrai très affaibli. S'il prend comme il le souhaite le contrôle de la Grande Récré et des magasins français de Toys'R'Us, ce professionnel de l'immobilier commercial deviendra l'un des leaders du jouet en France avec 18 % de parts de marché !

Lire aussi : Jacques Baudoz : "Le modèle coopératif de JouéClub nous apporte sécurité et réactivité"

Une stratégie qui confirme le nouvel appétit de Michel Ohayon pour le secteur de la vente au détail. Très pragmatique, Michel Ohayon a commencé à faire fortune dans l'immobilier commercial à Bordeaux juste après la crise immobilière de 1991, quand de très belles adresses du centre-ville ont commencé à se vendre pour une bouchée de pain. Désormais très engagé dans l'hôtellerie de luxe (Intercontinental Bordeaux - Le Grand Hôtel, Sheraton Roissy...) et les grands crus (Château Trianon), tout en restant dans l'immobilier purement commercial, Michel Ohayon, qui compte encore ouvrir ou reprendre des palaces, entame un spectaculaire mouvement de diversification.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :