Piles et batteries : pourquoi Saft monte en puissance à Bordeaux, Poitiers et Nersac

 |  | 616 mots
Lecture 3 min.
Le nouveau bâtiment de 2.000 m2 de Saft à Poitiers pour doubler les capacités de production de l'électrolyte, composant essentiel des piles au lithium non rechargeables.
Le nouveau bâtiment de 2.000 m2 de Saft à Poitiers pour doubler les capacités de production de l'électrolyte, composant essentiel des piles au lithium non rechargeables. (Crédits : Saft Poitiers)
Le site Saft de Poitiers a inauguré, ce mercredi 7 octobre, un nouveau bâtiment pour doubler la production d’électrolyte, composant essentiel des petites piles au lithium longue durée non rechargeables. Objectif pour Saft : être en mesure de répondre à une hausse de la demande du secteur des objets connectés. Dans le même temps, Bordeaux et Nersac se préparent à accueillir le lancement du projet stratégique de batteries électriques de nouvelle génération. 200 emplois devraient être créés dans la région.

Saft entend continuer à monter en puissance en Nouvelle-Aquitaine. "Il y a un bassin d'emploi, des universités et un savoir-faire que le groupe, filiale à 100 % de Total, entend garder", précise-t-on du côté de la direction. Pas d'impasse donc de Bordeaux à Poitiers en passant par Nersac en Charente. Sur le site de Poitiers, le spécialiste des batteries de haute technologie investit ainsi 20 millions d'euros dont neuf millions dédiés à la construction d'un bâtiment de production d'électrolyte qui a été inauguré ce mercredi 7 octobre.

"L'électrolyte est le composant essentiel des petites piles au lithium non rechargeables que nous fabriquons à hauteur de 30 millions de pièces par an, et toute la qualité de nos produits est liée à la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :