Saft continue à investir dans la R&D à Bordeaux

 |   |  639  mots
Saft Bordeaux fabrique en majorité des batteries pour le train et l'aviation.
Saft Bordeaux fabrique en majorité des batteries pour le train et l'aviation. (Crédits : Saft)
L’usine Saft de Bordeaux, qui emploie 700 salariés, vient de fêter ses 70 ans. C’est sur ce site de 8 hectares que sont fabriquées des batteries destinées aux marchés de l’aviation, du rail, de l’industrie et du stockage d’énergie renouvelable. C’est là aussi que se trouve le centre de recherche de référence de Saft, filiale de Total depuis 2016. 300 personnes travaillent dans le département R&D, notamment sur la batterie du futur.

Saft compte 14 usines dans le monde. Cela fait 100 ans que ce spécialiste des batteries de haute technologie pour l'industrie a été créé et 70 ans précisément que l'usine de Bordeaux existe. Il s'agit d'ailleurs aujourd'hui de l'une des plus grosses usines de Saft avec notamment 50 batteries fabriquées chaque jour pour l'aéronautique. "On y fabrique des éléments et systèmes batteries destinés aux marchés de l'aviation, du rail, de l'industrie et du stockage d'énergie renouvelable", a tenu à rappeler Serge Llompart, directeur du site, ce samedi 29 juin à l'occasion d'une cérémonie anniversaire. "Sur ce dernier secteur, Total avait quasiment toute la chaîne de valeur. Il ne lui manquait qu'une brique, celle du stockage." D'où l'intérêt pour Total de racheter Saft en 2016.

Saft

Un container servant au stockage d'énergie renouvelable. A l'intérieur, de nombreuses batteries comme à droite.

Bordeaux : centre mondial de recherche

Mais Bordeaux est surtout le centre de recherche de référence de Saft. Présente sur le site depuis les années 1970, la Recherche & Développement s'est fortement développée ces dernières années avec désormais 300 salariés dans cette branche sur les 700 que compte le site. Sur un chiffre d'affaires de 788 M€ pour Saft en 2018, dont 113 M€ à Bordeaux sur l'ensemble de ses gammes de batteries (nickel-cadmium, nickel-métal hydrure et lithium-ion), 9,4 % ont d'ailleurs été investis en R&D.

"En parallèle de ses activités de développement, les missions de la recherche sont d'améliorer aussi bien l'électrochimie et les systèmes des batteries que les processus de production", précise l'entreprise. "Les batteries se complexifient, nous travaillons donc à la fois sur la mécanique, les algorithmes, l'intelligence artificielle, ou encore les matériaux composites", souligne Patrick Bernard, directeur de la Recherche, à la tête de plus de 50 chercheurs.

Un incubateur, qui fonctionne en mode startup, a par ailleurs été mis en place en 2016. Prévu en renfort de la recherche classique, il vise à combler l'écart entre la recherche fondamentale et le prototypage proche de la production. "Le maître mot, ici, c'est l'innovation", insiste Nicolas Evanno, responsable de l'incubateur.

Les batteries tout solide pour 2025

Une quarantaine de personnes travaillent enfin spécifiquement sur le développement de la nouvelle génération de batteries "tout solide"."Premier avantage, les composés solides sont ininflammables, contrairement aux composés liquides. Ils sont par ailleurs très performants en termes de capacité et de tension, ce qui permettra de concevoir des batteries plus légères et plus denses, avec une durée de vie améliorée », précise Patrick Bernard. La batterie "tout solide "devrait notamment être particulièrement adaptée aux véhicules électriques.

"Saft est dans la course avec une ambition de mise sur le marché en 2025. La création récente de l'alliance européenne des  batteries, avec plusieurs partenaires européens, a joué un rôle de catalyseur", a ainsi commenté Patrick Bernard.

"Il faut garder ce savoir-faire technologique à Bordeaux, en France et en Europe et on ne peut pas se permettre de prendre des années à décider. Nos concurrents à venir sont les Chinois", en a profité pour lancer Ghislain Lescuyer, directeur général de Saft. Clin d'œil plus qu'appuyé en direction des représentants des collectivités locales présents. "Je m'engage à ce que d'ici la fin de l'année, nous travaillions sur la question du foncier autour du site", a notamment réagi Nicolas Florian, maire de Bordeaux. L'usine, implantée à Bordeaux sur 8 hectares dont 4 hectares de bâti, ne prévoit pas de déménager, et il s'agit d'anticiper les besoins futurs. Saft Bordeaux a recruté l'an dernier 110 personnes pour la partie R&D et production.

Saft

Le site de Bordeaux s'étend sur 8 hectares.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :