Domofrance investit dans le logement étudiant et lance la marque dédiée Yellome

 |   |  538  mots
La résidence Yellome (Domofrance) située quai de Paludate, à Bordeaux.
La résidence Yellome (Domofrance) située quai de Paludate, à Bordeaux. (Crédits : Paul Robin)
Domofrance lance sa marquée dédiée aux résidences pour les étudiants, apprentis et jeunes actifs, baptisée Yellome. Le bailleur social accompagne cette nouvelle identité d'une montée en puissance de ses investissements sur ce segment de marché très tendu avec l'objectif de construire un millier de logements étudiants supplémentaires d'ici 2021.

Après la marque Exterra, créée en 2013 sur le segment de l'accession sociale, Domofrance poursuit sa stratégie assumée de segmentation de son offre en fonction du public ciblé. Le bailleur social a lancé, ce 4 octobre, le concept Yellome qui regroupera son activité de logements dédiés aux étudiants, aux apprentis et aux jeunes actifs de 18 à 30 ans dans l'agglomération bordelaise et en Nouvelle-Aquitaine. Premier signe concret : une boutique aux couleurs de Yellome a ouvert ses portes en plein centre de Bordeaux au 46, cours d'Albret.

"Aujourd'hui nos logements réservés aux étudiants et jeunes actifs sont fondus dans l'offre globale. On souhaite s'adresser plus directement à ce public qui n'a pas les mêmes attentes ni les mêmes habitudes que le reste de nos locataires. Le taux de rotation annuel est ainsi de 40 % contre 9 % pour les familles", explique Francis Stéphan, le directeur général de Domofrance.

Avec un T1 meublé de 21 m2 et ses espaces communs à 400 € mensuels, Yellome propose ainsi des logements nettement moins onéreux que les résidences étudiantes privées (autour de 600 à 700 €). "En réalité, avec l'aide personnelle au logement (APL) on est sur un reste à charge autour de 150 €, soit un loyer comparable aux logements du Crous", ajoute le dirigeant. Domofrance, qui est une filiale d'Action Logement (ex 1% logement), répond ainsi à sa mission de loger les jeunes salariés et les futurs salariés, le tout dans un contexte persistant de pénurie en matière de logements étudiants à Bordeaux. "Il y a une défaillance de marché et c'est aussi notre rôle d'agir pour y remédier et pour répondre aussi aux demandes de Bordeaux Métropole et de la Région Nouvelle-Aquitaine", ajoute le dirigeant dont l'entreprise gère actuellement un parc de 1.200 logements étudiants, dont 80 % à Talence, Pessac, Bordeaux et Mérignac.

Un millier de logements programmés d'ici 2021

Face à la pénurie, Domofrance prévoit de presque doubler son parc de logements pour les étudiants, apprentis et jeunes travailleurs dans les trois ans. 1.015 logements neufs sont ainsi programmés d'ici 2021, soit un investissement de l'ordre de 71 M€ sur la période. A titre de comparaison, l'entreprise investit environ 220 M€ par an dans la construction neuve. "C'est un investissement conséquent puisque un quart des logements que nous construirons d'ici 2021 seront fléchés vers les étudiants", souligne Francis Stéphan.

Les nouveaux logements seront situés à Pessac (446 logements pour le compte du Crous à la rentrée 2019), Bordeaux (502 logements), Lormont (90 logements) et Cognac (75 logements). Ces logements sont financés via des prêts locatifs sociaux (PLS) classiques avant d'être conventionnés comme résidence étudiante. Ils proposent des prestations supplémentaires par rapport à un logement social classique telles qu'une connexion internet et des espaces communs : cafétéria, détente, coworking, laverie, local à vélo, etc.

Sont éligibles les étudiants, étudiants salariés, jeunes salariés (CDD, premier CDI, stagiaires, intérimaires, apprentis, salariés en mobilité) de 18 à 30 ans pour des baux de un à 24 mois, renouvelables tant que ces critères sont respectés. Aucun logement n'est disponible immédiatement et il y a donc des listes d'attentes "mais des logements se libèrent régulièrement en cours d'année", assure Domofrance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :