Deliveroo ouvre sa première dark kitchen en région à Bordeaux

L'opérateur britannique de livraison de repas Deliveroo a annoncé l'ouverture d'une dark kitchen à Bordeaux, sa première en France en-dehors de Paris. L'entrepôt uniquement dédié à la préparation alimentaire doit accueillir dix restaurateurs.

3 mn

La dark kitchen de Deliveroo a ouvert dans la galerie Tatry à Bordeaux lundi 20 juin.
La dark kitchen de Deliveroo a ouvert dans la galerie Tatry à Bordeaux lundi 20 juin. (Crédits : Deliveroo)

C'est loin d'être la première "cuisine fantôme" qui ouvre à Bordeaux, mais ce pourrait être une des plus actives. Deliveroo annonce, ce 21 juin, le lancement d'une dark kitchen - ces cuisines sans salles de restauration et uniquement dédiées à la préparation de repas. Il s'agit de la première de la marque en-dehors de Paris. Située dans la galerie Tatry, Cours du Médoc, quartier des Chartrons, le lieu fermé au public abrite dix cuisines d'une vingtaine de mètres carrés chacune.

Lire aussi 7 mnPour ou contre : faut-il favoriser l'installation de dark kitchens dans les villes ? Brice Sannac (président UMIH 66) face à Roger-Yannick Chartier (Ville de Montpellier)

Quatre sont déjà occupées par Le Camion qui fume, Meat packing et les Bordelais Kokomo et Monzù. Pour les enseignes qui possèdent des restaurants, cette diversification d'activité est un moyen de capter une nouvelle clientèle davantage tournée vers la consommation à domicile que vers l'expérience hôtelière. D'autant que leur partenariat avec Deliveroo se révèle assez avantageux : selon ce que propose déjà l'opérateur à Paris, les restaurateurs n'ont pas de loyer à payer mais reversent une partie de leur prix de vente à la société de livraison. Un avantage particulier quand des bailleurs proposent des cuisines opérationnelles pour un loyer qui peut grimper jusqu'à 2.000 euros par mois à Bordeaux.

Concentration de l'activité des livreurs

Alors que d'autres lieux de préparation de repas ont ouvert dans la capitale girondine depuis l'an dernier, avec notamment Dévor, Homy kitchens ou le bien nommé Dark kitchen, l'arrivée de Deliveroo acte un peu plus l'affirmation d'un nouveau modèle dans la logistique alimentaire. L'opérateur va pouvoir compter sur les centaines de livreurs, sous statut d'auto-entrepreneurs, qui officient déjà pour lui à Bordeaux. Chez les travailleurs à vélo, cette arrivée interroge.

"Une dark kitchen change la façon de travailler dans le sens où il faut toujours être proche de l'entrepôt pour prendre des courses. Quand les restos sont plus dispersés, on peut attraper des commandes d'un peu partout. On risque une désertification autour des restaurants individuels, c'est ce qu'il se passe à Paris", remarque Ludovic Boison, secrétaire général du syndicat des coursiers et coursières de Gironde. La dark kitchen de Deliveroo va créer davantage d'activité pour les livreurs en même temps qu'elle risque d'accroître la concentration et leur mise en concurrence.

Lire aussi 7 mnLivreurs de courses : des conditions de travail pas si alternatives (3/3)

Amende pour travail dissimulé


  • Le 19 avril dernier, Deliveroo a été condamné à une amende de 375.000 euros pour travail dissimulé. Le tribunal correctionnel de Paris a reconnu que l'opérateur était coupable d'avoir employé des livreurs sous statut indépendant alors qu'ils auraient dû être salariés puisque une relation de subordination existait. Il s'agit d'une première en France et le jugement pourrait faire jurisprudence. Deliveroo a fait appel.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.