Livreurs de courses : des conditions de travail pas si alternatives (3/3)

REPORTAGE. Les géants de la livraison de courses à domicile Gorillas et Cajoo font tout pour se construire une image en rupture avec le modèle précarisant des livreurs indépendants. S’ils promettent embauches en CDI et fourniture de matériel, le premier applique un dialogue social qui interroge et le second sous-traite en réalité une partie importante des commandes à des auto-entrepreneurs.

7 mn

Un livreur part en livraison dans Bordeaux pour Gorillas, entreprise qui verrouille sa communication à tous les étages.
Un livreur part en livraison dans Bordeaux pour Gorillas, entreprise qui verrouille sa communication à tous les étages. (Crédits : Maxime Giraudeau)

Milieu d'après-midi à Bordeaux. L'automne qui tire sur le gris n'offre pas une lumière optimale pour prendre les livreurs de courses en photo. Et leur rapidité aide encore moins. Devant le dark store Gorillas cours d'Albret - qui se veut être le nouveau commerce de proximité tout en demeurant fermé au public - on guette les sorties. A peine la porte claque-t-elle qu'un livreur enfourché sur son vélo à propulsion électrique détale, comme ces jouets montés sur ressort, pour porter la commande au client en dix minutes. Ou moins si possible.

Lire aussi 11 mnLivraison de courses : opérateurs géants et locaux croquent le marché du « dernier kilomètre » (1/3)

Des nouveaux coursiers à vélo, encore, qui viennent s'ajouter aux déjà nombreux livreurs de repas à domicile. Mais voilà une différence de poids pour le travailleur : il doit rejoindre l'adresse de livraison en un temps garanti au client, soit dix minutes en moyenne. Chez les travailleurs en deux roues, on observe l'arrivée de ces opérateurs, qui emploient plus d'une vingtaine de salariés par magasin, avec beaucoup d'attention. "Plus on demande à des gens d'être rapides, plus on accroît les risques sur la route. Quand on a pas envie de perdre son travail, on va plus vite", témoigne, d'expérience, Arthur Hay.

Communication verrouillée

Ce membre du "Syndicat des coursier.e.s de Gironde" fait peu confiance à Gorillas depuis que l'entreprise a licencié une partie de ses livreurs à Berlin début octobre. A la suite de grèves dénonçant les conditions de travail, légalement irrecevables car non déclarées au préalable, l'entreprise allemande a carrément choisi de "résilier la relation de travail sans préavis", selon les informations du journal Der Tasgesspiegel.

So, @gorillasapp is on a firing spree. The information about the 350 terminations seems to be correct. But not all people are being fired on the same day. New terminations keep on coming. Today, was the biggest attack on us workers! A member of the #wahlvorstand was terminated.

— Gorillas Workers Collective (@GorillasWorkers) October 8, 2021

Difficile de connaître le fonctionnement des équipes dans les deux adresses bordelaises de la marque, qui verrouille à double tour sa communication. "Nous n'avons pas le droit de parler aux journalistes", coupe court un livreur en revenant à l'entrepôt. A la direction, on défend un modèle de salariat plus vertueux que celui des auto-entrepreneurs.

"L'ensemble des livreurs de Gorillas est salarié et en CDI. Nous n'avons fait appel qu'à 1 % d'intérimaires pour des situations conjoncturelles", répond à La Tribune Paul Choppin, consultant pour Gorillas.

livreur Gorillas

Un coursier Gorillas part en livraison le 17 novembre, cours d'Albret à Bordeaux. (Crédits : Maxime Giraudeau)

"Les Deliveroo et Uber Eats font la queue"

Les coursiers ont aussi l'avantage de voir leur matériel - comprenant vélo électrique et tenue - être fourni par l'employeur. Grâce à tout cela, "ils ne vont pas simplement déposer vos courses, ils vont créer une relation avec vous", promet Paul Choppin. Mais en ont-ils vraiment le temps ?

Le modèle de Gorillas, comme celui de Cajoo, repose sur une application à partir de laquelle les clients passent commande. Mais pour le second, tout ne se joue pas là. Devant le dark store de Cajoo, premier acteur français arrivé dans le marché du dernier kilomètre, les sacs à dos cubiques de Deliveroo, Uber et Stuart défilent. "Une majeure partie de nos livreurs et opérateurs est en CDI, et une plus petite est sous-traitée à des intérimaires", concède Guillaume Luscan, cofondateur de Cajoo.

Lire aussi 5 mnFace à la livraison express, la grande distribution cherche sa stratégie (2/3)

A Bordeaux, sur la place des Capucins, en fin d'après-midi, les auto-entrepreneurs récupèrent les commandes, composées de produits du quotidien, au dark store. En une heure, seuls deux coursiers maison de Cajoo - en contrat de CDI - partent en livraison, pour huit indépendants. "Le soir, nous, les Deliveroo, et les Uber Eats faisons la queue pour récupérer les commandes", confie l'un d'eux. La startup française s'appuie largement, au moins le temps de se faire connaître, sur le réseau des livreurs de repas déjà en place.

Projet de loi pour 2022

Des travailleurs qui sont aujourd'hui "régulièrement connectés sur plusieurs plateformes en même temps pour essayer d'assurer un revenu à 15 euros bruts de l'heure", justifie Jérémy Wick, lui-même auto-entrepreneur dans le secteur. En comparaison aux livreurs de repas, Cajoo impose la contrainte du temps de livraison très réduit. Un problème pour les coursiers connectés sur plusieurs opérateurs à la fois.

"Hier, je récupérais une commande Uber, et là je reçois cinq appels d'un même numéro. Au sixième je décroche - je ne pouvais pas répondre avant car j'étais en vélo - et une représentante de Stuart me demande dans combien de temps je compte arriver à l'entrepôt de Cajoo. Elle m'avait déjà écrit par message. Je lui dis : "là vous abusez, c'est dangereux pour moi". Elle me dit être désolée et raccroche. Là je me rends à Cajoo : je vois qu'ils m'enlèvent la commande et me mettent hors ligne", témoigne Jérémy Wick.

Jérémy Wick

Jérémy Wick, à droite, compte minutieusement les auto-entrepreneurs qui, comme lui, réalisent des courses pour Cajoo. (Crédits : Maxime Giraudeau)

Pas le temps de faire attendre le client. Quitte à accroître la pression sur les épaules de celles et ceux qui pédalent. Pour réguler le modèle salarial proposé par les acteurs nouveaux - qui participent aussi à créer des emplois moins précarisants - et plus anciens, la ministre du Travail Élisabeth Borne a annoncé fin septembre un projet de loi pour 2022. Le dossier urgent, sur la table du gouvernement depuis début 2021, pourrait se traduire dans le cadre législatif avant la présidentielle.

Lire aussi 5 mnTravailleurs indépendants : vers un dialogue social avec les plateformes numériques dès 2022

Élections de représentants syndicaux

Un point précis demeure à trancher : la France doit-elle systématiquement considérer tous les auto-entrepreneurs des plateformes comme salariés ? Ce qui leur accorderait de nombreux droits, mais ferait aussi monter la grogne d'une grande partie d'entre eux, encore attachée à ce modèle très flexible. Le gouvernement s'y refuse encore.

Une avancée est à noter : le Sénat a approuvé le 15 novembre une ordonnance de l'exécutif qui prévoit l'organisation d'élections de représentants syndicaux dès début 2022. La gauche a accusé le texte de "conforter les plateformes dans une situation de contrôle." Ce sera au moins l'occasion pour les travailleurs d'en faire savoir davantage sur leurs conditions salariales. En attendant, Cajoo et Gorillas recrutent en CDI dans leurs antennes bordelaises.

Lire aussi 8 mnUbérisation: les travailleurs indépendants des plateformes vont-ils devenir salariés ?

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.